C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour, je vous reparle de mes lectures cette semaine !

En effet, j’ai terminé Everlasting de Juliette Pierce suite à mon partenariat avec Inceptio grâce au Blog Lady Chantilly Bouquine, vous pourrez y retrouver ma chronique à propos de cette dystopie.

En parallèle, voici mes nouvelles lectures :

 

J’ai reçu Grace and Fury dans la box Milles et un livre box et je le lis donc en commun avec ma copine Histoire naturelle de Bibliophiles qui a d’ailleurs la gentillesse de m’attendre pour cette lecture ! Et je me suis enfin décidée à lire Harry Potter pour faire une séquence dessus avec mes élèves !

Je suis également en train de lire la version roman graphique / BD du Journal d’Anne Frank car je voulais absolument le présenter à mes élèves. De plus, les dessins et l’objet livre sont vraiment magnifiques…

Pour ce qui est de mes lectures futures :

Pour le moment je n’en ai aucune idée. J’aimerai re lire Acide Sulfurique pour mes 3e et lire (enfin également !) La vague !

Publicités
Blabla time

Comment, en tant que professeure, je vois le harcèlement scolaire.

Bonsoir,

Résultat de recherche d'images pour "Marion, 13 ans pour toujours"Suite à la journée nationale contre le harcèlement scolaire, et notamment suite à une discussion avec mes élèves ainsi qu’après avoir vu le film  » Le jour où j’ai brûlé mon coeur « , l’adaptation filmique de l’histoire vraie de Jonathan Destin, j’ai décidé de prendre la parole.

Il faut savoir que certains professeurs ont eux-mêmes été harcelés à l’école, donc oui, nous savons ce que c’est, nous sommes confrontés à des élèves qui en sont victimes tous les jours. Et je rappelle que nous aussi, nous avons été des élèves.

Une fois, une de mes élèves m’a dit : « Moi, Madame, quand j’ai été harcelée, personne n’a rien dit, personne n’a rien vu. «  Et j’ai dû lui expliquer que j’avais 120 élèves, et que même si j’essayais d’être la plus attentive possible, je ne parvenais pas à tout voir. Je regarde de nombreux documentaires, et je fais une prévention assez drastique pendant mes cours sur le harcèlement scolaire, et le cyber-harcèlement. Hier, j’ai été choquée, et j’ai trouvé le documentaire de TF1 suite au téléfilm nommé plus haut, culpabilisant pour nous, professeurs. Je ne dis pas que tous font l’effort d’essayer de voir si leurs élèves ne vont pas bien, ce serait mentir ! Mais nous essayons, et nous n’y parvenons pas toujours. Si la famille ne voit pas ce mal être, comment, nous, qui les voyons 5h dans la semaine, pourrions-nous le remarquer si aucun signe ne nous alerte ? Si les élèves ne nous parlent pas ? La vérité sur Alice par Mathieu

Nous ne tenons pas plus que vous à annoncer les tentatives de suicide et suicides, à nos élèves, à nos collègues… Sachant que nous devons déjà l’encaisser en tant que personne. C’est extrêmement difficile de remarquer qu’un élève va mal. Je rebondis sur une  » idée  » que j’ai pu entendre hier…  » Les élèves atteint de harcèlement scolaire oublient leurs affaires. » Non, pas uniquement, et parfois ça n’arrive même pas du tout. Les résultats peuvent chuter, ou au contraire être très bons, car on se rattache à ce que l’on peut, ou alors justement on lâche tout. Parfois, on le remarque, on en parle avec la direction, et on décide de parler avec l’élève harcelé, élève qui ne réagit pas, qui ne souhaite pas nous parler… C’est une situation bien plus complexe qu’il n’y parait.

A Silent Voice, tome 1 par OimaChers élèves, chers parents, si vous voyez quelque chose ou si vous vivez quelque chose qui s’apparente à du harcèlement (moqueries, racket, bousculades, bagarres fréquentes, caricature, insultes…) n’hésitez pas à nous en parler, à parler à des adultes de confiance, à l’équipe pédagogique ! Nous sommes aussi là pour ça ! Mais nous n’avons pas de pouvoirs… Nous sommes incapables de deviner ce qui se passe dans votre tête, dans la tête de votre copain/copine, de vos enfants… Rappelez-vous que vous n’êtes jamais seul. Vous pouvez également appeler le 3020, en tant que victime ou en tant que témoin…

La vérité, c’est que le harcèlement est de moins en moins tabou pour les parents et pour les enseignants, certes… Mais pas pour les élèvesP'tit gros par Grelaud, comment expliquer qu’on se fait traiter, frapper, harceler sur les réseaux sociaux parce que l’on a peut-être fait un faux pas ? Ou alors parce que l’on n’est pas dans la norme des canons, parce vous êtes trop gros.se, trop maigre, que vous avez trop de formes, pas assez, que vous portez des lunettes, que vous avez une maladie visible que les autres ne comprennent pas, parce que vous avez votre propre personnalité, et que ce n’est pas dans les normes d’un petit groupe (ou d’un gros groupe d’ailleurs) de personnes qui ont décidé de vous rendre la vie dure ? C’est inexplicable. C’est inexplicable parce ça ne devrait pas exister, et on ne devrait pas avoir à expliquer ce genre de chose.

Le harcèlement scolaire tue, et ce n’est la faute de personne si ce n’est des harceleurs eux-mêmes et des témoins directs qui n’ont rien fait. On ne peut pas rejeter la faute sur les parents, ou sur des enseignants qui n’ont rien vu, et j’insiste sur le  » qui n’ont rien vu « . Je ne parle pas des professeurs auxquels on a parlé mais qui n’ont pas été plus loin pour savoir ce qui se passait. Nous tirer des balles dans le pied ne servira à rien et ne sauvera personne. Parents, élèves, professeurs, parlez, avant qu’il ne soit trop tard. Rien n’est plus fragile et dangereux qu’un enfant ou un adolescent qui pense qu’il n’a plus rien à perdre.

 

Cordialement, 

Demynotebook, professeure de français.

 

 

Blabla time

Blablatime #4 : C’est la rentrée !

Bonjour !

Résultat de recherche d'images pour "La rentrée"

Je vous retrouve pour un blabla cette fois-ci qui va parler de la bête noire de tout le monde ! (Sauf la mienne visiblement…) LA RENTRÉE !

La rentrée, ou bien le moment de stress intense que j’ai bien pu avoir… Vous le savez depuis un moment maintenant, je suis professeure contractuelle de français en collège. En effet, les contractuels sont des profs comme les autres, avec quelques inconvénients en plus… Vous ne savez pas si vous allez avoir un poste le jour de la rentrée, ni de toute l’année. Bingo ! Autant vous dire que quand le rectorat m’a appelé mercredi alors que la pré-rentrée était vendredi, ça a été le soulagement intense, surtout quand ça a été confirmé le vendredi justement.

Donc oui, ok, mais en fait, un prof ça fait quoi de plus à la rentrée ? 

Hé bien ça fait comme vous ! Ca stresse. A l’heure où j’écris cet article, je n’ai pas encore rencontré mes classes, j’ai seulement commencé mes séquences (bah oui, tu peux pas t’y prendre à l’avance, t’as pas tes niveaux) et j’ai été chercher mes manuels, badges etc… Oui, coup de chance, je suis dans le même établissement que l’année dernière. Mais quand l’article sera posté, j’aurai probablement déjà rencontré une de mes classes de 4e, et je déchanterai peut-être ! (Non, je rigole, pas maintenant.)

Alors pour ma part, pour la rentrée, je fais comme les gamins ! J’ai envie de nouvelles chaussures, de nouvelles fringues, d’un maquillage distingué, d’un nouveau sac. D’ailleurs voici celui sur lequel je vais jeter mon dévolu dans la semaine : LeGrand Express L - Indus

Ok et pour les cours ?

Pour les cours c’est le moment des achats de livre, Alice au pays des merveilles pour le dernier ! Mais aussi, les choses qui peuvent te faciliter la vie, une petite boite pour pouvoir mettre tes punitions par niveau, une boite de mouchoir pour les gros chagrins et les gros rhumes. (Oui, oui, les gros chagrins existent encore au collège.) LES MILLIERS DE STYLOS dont je suis amoureuse, Staedtler, Stabilo, tout y passe avec moi. Mais aussi un agenda spécial prof pour pouvoir mettre toutes les classes.

Résultat de recherche d'images pour "stabilo point 88"

C’est ta première rentrée mais vu que tu connais l’établissement, tranquille ?

Ah ah ah ! Non, pas tranquille du tout. Les professeurs c’est comme les élèves, t’es stressé de voir tes monstres et tu te demandes à quelle sauce tu vas les manger, (et comment ils vont te gratiner dès le premier cours.) Oui parce qu’être jeune n’a pas que des avantages, surtout en ce qui concerne les premières heures voires les premières semaines de cours. Vous ne connaissez pas vos élèves, donc vous avez peur de dire une boulette. Vous ne connaissez pas non plus leur réaction. (Oui, parce que s’il s’énerve ou qu’il se met à pleurer, ça vous surprend à chaque fois la première fois !) Et surtout, ils vous testent indéfiniment. (Jusqu’à ce que vous explosiez et que vous vous transformiez en dragon cracheur de dictée et de contrôles, là ça fait moins rire.)

 

Enfin bref,

Tout ça pour vous souhaiter une bonne rentrée !

 

Vous faites quelle rentrée cette année vous ? Ecole ? Travail ?

Blabla time

Blablatime #3 : Ca fait quoi d’être professeure ?

Aujourd’hui, je reviens avec un nouvel article, différent, puisque c’est un article Blablatime qui n’a pas eu lieu depuis longtemps. En effet, pour ceux qui ne me parlent pas activement, l’entre année 2017/2018 a été compliquée en ce qui concerne mon avenir. J’ai passé 6 mois à l’usine après mes vacances avant de devenir professeure de français au collège en mars. Voilà, maintenant que les pendules sont remises à l’heure, qu’est ce que ça a changé ?

Mon rapport à la lecture et aux séries.

Résultat de recherche d'images pour "13 reasons why bannière"

Comme je vous l’avais dit, j’étais amoureuse de La casa de papel, cette série à laquelle j’ai accroché excessivement rapidement ! Mais je suis également une grande fan de 13 reasons why, que j’avais lu avant de me jeter corps et âme dans la série. J’ai vu la première saison avant de devenir professeure, mais j’ai vu la seconde en étant déjà dans mes fonctions… J’ai beaucoup aimé cette saison, ce n’est pas le soucis, du moins, ça n’aurait pas été un soucis avant. Mais j’ai été choquée de savoir que certains de mes élèves (entre 12 et 15 ans donc) ont pu voir certaines scènes… J’en reparlerai dans un autre article. J’ai pour projet de faire une catégorie consacrée à ma vie de prof, est-ce que ça vous intéresserai ? 

Résultat de recherche d'images pour "A silent voice bannière"

Mais mon rapport à mes lectures a également changé. Je vous ai notamment parler de mon retour pour les mangas, et notamment A Silent Voice, qui traite du harcèlement. Autant vous dire que j’étais directement concernée désormais, et que j’ai vu des choses assez difficiles depuis mes débuts. J’ai également été confrontée à d’autres soucis personnels des élèves comme la scarification, ou la violence au sein familial. Ce qui fait d’ailleurs que je me repose, sans faire attention, sur des romans en rapport. Notamment avec Sauveur et fils dont je vous ai parlé récemment.

Je fais d’autant plus attention à mes lectures et à ce que je regarde car j’adore proposer des livres et des films / passages de série récents qui ont rapport direct avec le programme. J’ai d’ailleurs aimé proposer des livres comme Percy Jackson pour le cours sur les héros en 5e. J’ai aimé voir des filles de 4e s’intéresser à La Sélection pour proposer un petit exposé rapide sur l’amour…

 

Je vais m’arrêter là pour cet article, pour rester dans le thème du blog, cependant, n’hésitez pas à me dire du coup si une catégorie spéciale vous intéresse ou non, n’hésitez pas non plus à me poser des questions, ce serait avec plaisir ! Et ça me donnerait probablement des idées d’articles.

Bilan du mois

Bilan avril 2018

Bonjour !

Je vous retrouve pour une petite mise au point pour le mois d’avril 2018.

Côté lecture.

 

Peu de lecture ce mois-ci, mais une reprise certaine pour les mangas ! Je continue à recevoir ma box mensuelle : la Once Upon a Book, et si ça peut vous rassurer, j’achète toujours autant de livre… Je recommencerai à faire des Haul dès que possible, notamment parce que je suis toujours abonnée à France Loisirs en plus de ma box.

Côté cinéma et séries.

Comme beaucoup de ceux qui ont Netflix, je ne suis pas passée à côté de La casa de papel qui a été un véritable coup de coeur pour ma part ! Dans les autres séries, j’ai commencé Sense 8, Aggretsuko sur les bons conseils de Histoire Naturelle de Bibliophiles ! De ce fait j’ai poursuivi un peu dans les animé avec Spice & Wolf notamment. D’ailleurs, je me rends compte que je n’ai pas été au cinéma ce mois-ci mais j’ai eu l’occasion de voir toute la saga Twilight pour la première fois, si je n’aime pas les deux premiers films, j’ai beaucoup aimé les autres ! Et je me suis également mise devant Netflix pour regarder This is your death ! Un autre film que j’ai beaucoup aimé qui mélange horreur / glauque avec le côté télé réalité et dénonciation que j’aime beaucoup !

Côté personnel.

Pas beaucoup de nouveau depuis ce fameux mois de février ! Je suis toujours professeure de français contractuelle, et ça me plait de plus en plus même si ce n’est pas forcément évident tous les jours. J’ai la chance d’aller au travail avec le sourire et en ne me demandant pas ce que les élèves me réservent. J’ai des classes agitées comme très calmes, mais toutes très gentilles ! J’ai pu profiter un peu de mes week-end pour aller à Honfleur pour la première fois. Malgré la pluie, ce fut un petit week-end bien agréable. J’ai entamé mes premières vacances en tant que professeure, et si j’essaye d’en profiter pour me reposer, ça reste sportif entre les corrections et les cours à faire !

 

Mais les vacances continuent pour le moment, et je devrais vous retrouver bientôt pour de nouvelles chroniques ainsi qu’un petit racontage de vie sur la journée que je m’apprête à passer à Paris !

Et vous, quoi de nouveau pour ce mois d’avril ? De belles lectures ? Des nouveaux projets ? 

Chroniques

[CHRONIQUE] A Silent Voice.

A Silent Voice.

Bonjour, aujourd’hui petite chronique un petit peu spéciale, parce que je vais vous parler non seulement de manga, de harcèlement scolaire, et je vais mélanger à ça mes premières expériences en tant que professeure de français.

Auteur : Yoshitoki Oima

Editeur : Ki-Oon

Genre : Shônen

Nombre de pages : 192

Résumé : Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule. Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible. Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes… jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable…

Mes élèves sont fans de manga, et moi aussi. Mais malgré cette apparence bien heureuse subsiste quelque chose que nous sommes nombreux à connaître : Le harcèlement scolaire. Les enfants ne sont pas tendres entre eux, et ce n’est pas nouveau. Et malheureusement, c’est quelque chose que je retrouve énormément dans mes classes. Notamment en 4e. Si en 5e ils sont plus doux entre eux, je n’ose pas imaginer ce qui pourrait se passer par la suite. J’ai alors décidé de profiter du fait que j’avais mes deux classes mélangées en petit effectif suite à un voyage scolaire pour parler du harcèlement. J’ai notamment commencé à passer le film animé A Silent Voice disponible sur Youtube en VOSTFR.

Ayant des élèves très atteints par ce sujet, je n’ai passé que le début, et leur ai appris que s’ils voulaient poursuivre par eux-mêmes, non seulement l’animé était disponible sur Youtube, mais en plus, que c’était un manga à l’origine… Moi-même, je me suis décidée à acheter les deux premiers tomes, pour pouvoir en reparler avec eux à l’occasion. J’avais déjà eu la chance de voir que l’animé les avait marqué et en avait fait réfléchir certains. Mais je ne vous cache pas que ça n’a pas été le cas pour tout le monde…

Je viens donc de terminer le premier tome de ce manga, il y a à peine quelques heures. Et ça a été très intense. On retrouve cette fille, différente des autres, tellement douce, tellement gentille ! Et face à elle, un garçon qui ne fait que la harceler, lui faire du mal, l’humilier. Les autres se rendent complices de tout cela, en ne parlant pas, en rigolant lors des bêtises que celui-ci peut faire. C’est un aspect que j’ai apprécié pouvoir développer avec mes élèves car ils ne se rendaient pas tous compte que le fait de ne rien dire s’apparentait aussi à l’harcèlement. Jusqu’au jour où la famille de Shoko se plaint des traitements qu’elle subit. A ce moment-là, la peur des autres va se retourner sur le principal harceleur, alors qu’il n’était pourtant pas le seul. Shoya va se retrouver malgré lui à la place de Shoko, jour après jour, sans que personne ne le croit. Sans que personne ne réagisse. On se retrouve avec le fameux arroseur arrosé, et cela va le poursuivre pendant très longtemps. Dans ce manga, j’ai aimé la tendresse qui se dégageait, j’ai aimé qu’on parle du harceleur qui s’ennuie, qui a peur, qui ne semble pas réaliser ce qu’il fait. Et qui pourtant, va devoir se confronter aux actes qu’il a commis.

Ce que j’ai aimé présenter aux élèves à travers ce personnage, c’est qu’on peut faire des erreurs, mais que le coup de bâton derrière peut-être très violent. Cependant, cela ne veut pas dire qu’on est profondément mauvais ! Mais il y a des conséquences derrière, à la fois pour la personne qu’on a fait souffrir, et aussi pour soi. C’est trop simple de se réfugier derrière son âge quand les choses tournent mal. Et on ne peut pas compter sur les personnes qui ont fait les bêtises avec nous : elles ne nous défendront pas si elles risquent quelques chose. Mais les erreurs peuvent être pardonnées avec des excuses tant qu’il en est encore temps, ou encore un changement de comportement. Il ne s’agit pas de juger les élèves qui ont pu faire subir ce harcèlement avant, mais de leur faire comprendre que tout se sait, que tout se retourne contre vous un jour ou l’autre, et qu’il vaut mieux réaliser ce qui se passe et changer, que devoir subir ce retournement de situation.

On a vraiment une belle ode à l’amitié dans ce manga, à la tendresse, à l’amour entre tous, peu importe les différences. Les enfants comprennent également ce qui peut se passer. Car leur parler nous-mêmes des actes qui peuvent être terribles derrière ne suffit pas. Certains ont la chance, et j’espère qu’ils l’auront toujours, de ne pas connaître des personnes qui ont fait des tentatives de suicide, ou alors pire, qui ont réussi. Et je les ai envie profondément, je leur souhaite que ça n’arrive jamais. Mais de ce fait, ils ont du mal à croire que c’est réel. C’est plus facile de passer par un animé, par des mangas, parce qu’on retrouve des supports qu’ils apprécient beaucoup, en tout cas pour les miens. C’est une belle manière de parler de ce qui est encore tabou en classe. Tabou car j’ai rarement des élèves qui osent dire les choses, qui osent se manifester. Parfois, notre parole ne suffit pas, elle est trop brut, pas assez nuancée, pas assez réelle pour eux. Et cet animé, ainsi que le manga m’ont beaucoup aidé à leur parler. Et ça les a aidé à comprendre aussi qu’on est complice si on ne fait rien, si on rigole. J’ai pu voir une élève réintégrée dans les groupes au moins dans les travaux en classe suite à ce film. C’est important d’en parler, et c’est une très belle chose qu’on aborde ce sujet en manga. Ca a été un véritable coup de cœur pour moi, en temps que lectrice, et en tant qu’enseignante au collège.

Note : ♥♥♥♥♥