Throwback Thursday

Throwback Thursday

Bonjour !

On se retrouve pour le Throwback Thursday de cette semaine, et le thème est…

continent

Un thème parfait pour les vacances si j’ose dire !

.

Alors, je dois vous avouer que, j’ai pris la facilité, car j’ai pris un livre écrit en français, qui vient tout droit d’Amérique, et plus précisément du Canada ! Encore une fois, j’aurai pu vous présenter La voleuse de livres, mais j’ai déjà parlé des camps de concentration la semaine dernière alors je trouvais ça un peu redondant. Je préfère vous présenter un livre qui nous vient du Canada, et qui en plus, change des livres que je chronique habituellement sur le blog. Hé oui, pas de Young adult, pas de romance... Mais un thriller horrifique et glaçant de la part de Patrick Senécal !

le-vide-integrale-917327-264-4321En effet, j’ai beaucoup apprécié son livre qui est Le vide que j’ai lu directement dans sa version intégrale. Je tiens d’ailleurs à préciser que c’est un des auteurs qui répond en faisant attention à ce qui vous lui écrivez, et qui est véritablement très agréable ! Malheureusement, son livre est bien moins agréable. En effet, j’avais lu ce livre pendant mon concours de l’ENS à Rouen, et j’avais eu des hauts de cœur dans le bus ! C’est un livre très dur à lire, on rentre vraiment dans ce qu’il y a de plus ignoble dans la nature humaine et pourtant… On ne parvient pas à lâcher ce livre. Curiosité malsaine ? Peut-être. Pour ceux qui souhaiteraient le lire, je tiens quand même à vous mettre en garde contre le chapitre 7, et plus généralement pour les âmes sensibles… Autrement, j’avais aussi aimé la disposition des chapitres qui… Ne sont pas dans l’ordre ! Je vous laisse donc avec le résumé.

Résumé : 

Vivre au max. C’est le nom de l’émission de télé-réalité de Max Lavoie. Le milliardaire a tout quitté, liquidé pour se lancer dans son projet. La première saison a défrayé la chronique, choqué les âmes sensibles et s’est attiré les foudres de la commission de censure. En proposant de réaliser en direct les rêves les plus fous des participants, Max a frappé un grand coup. La saison 2 débute et promet encore plus de sensations fortes à un public ébahi.

Tout semble possible, sans limites. Alors qu’est-ce que les participants vont demander au présentateur philanthrope ? Quel fantasme délirant ? Quel ultime grand frisson ?

Attention mesdames et messieurs, plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute… dans le vide.

 

Top 10 tuesday

TTT : Les 10 personnages psychopathes qui vous donnent la chair de poule.

Bonjour ! Aujourd’hui je vous retrouve pour le TTT de Frogzine ! Le thème de cette semaine, ce sont les 10 personnages psychopathes qui nous donnent la chair de poule ! Personnellement, j’ai mon petit classement, et je pense que vous en connaissez quelques-uns.

699758082_orig

  • Annie Wilkes dans Misery de Stephen King.

C’est un des premiers livres que j’ai lu de King, et j’ai été traumatisée par cette folle ! J’avais adoré le livre, car je trouvais les personnages vraiment bien agencés, aucun doute là-dessus, mais j’ai trouvé ce personnage vraiment flippant. Vouloir tout faire pour réécrire une fin d’un livre qui ne nous plait pas en séquestrant l’auteur, c’est quand même pas très commun !

.

  • Ryan dans Heartless T1 : Mercy de Ker Dukey.

Ce personnage est non seulement perturbant et me donne la frousse, mais en plus il reste un tome que je n’ai pas lu, et je pense que ça ne va pas arranger mes affaires. Ce personnage se dit lui-même sadique, et difficile d’approuver le contraire face à une personne incapable d’empathie.

  • Charron dans Hell.com de Patrick Sénecal.

Bon, déjà de base, les livres de Sénecal ne sont pas connus pour être des livres simples à lire, surtout quand on a lu Hell.com et Le vide. Mais alors Charron dans ce dernier livre m’a vraiment écœurée. Ecoeurée de la douleur qu’il inflige à Daniel et de ce qu’il est capable de faire.  C’est un livre particulièrement noir auquel j’avais beaucoup accroché.

  • Mr. Bernard dans Mort. Point final de Frank Klarczyk.

Ce professeur qui décime ses élèves sans aucune empathie à l’aide d’une dictée et de petits commentaires m’a fait hurler de peur car même si je l’ai lu il n’y a pas si longtemps, je me suis dit que ça pourrait arriver à un professeur qui perd les pédales. Et ce n’est pas rassurant du tout !

  • Tanner dans The elements T1 : The air he breathes de Brittainy C. Cherry.

Je ne supporte pas ce personnage qui est une once d’arrogance, mielleux, complètement faux, et au final complètement cinglé. Pour ceux qui n’ont pas lu ce livre, que je conseille vivement, n’hésitez pas ! Mais ce mec qui veut se faire paraître idéal est aussi tordu que ce qu’il dit de Tristan. Je n’aimerai pas faire partie de ses amis !

  • Serena McBee dans la trilogie Phobos de Victor Dixen.

Pour ceux qui l’ont lu, ça se passe de commentaires. Entre les séquestrations, les envois à la mise à mort pour son plaisir et le fait qu’elle est complètement dérangée (coucou tome 3, lisez-le, vraiment.) encore une personne que je n’aimerai pas rencontrer dans la vraie vie, et d’ailleurs si on pouvait éviter d’avoir ce genre de candidate à la présidence des Etats-Unis, ce serait chouette !

  • Les parents d’Antoinette dans Ne le dis pas à maman de Toni Maguire.

Là, il ne s’agit pas de personnages, puisqu’il s’agit d’un témoignage véridique, et c’est ça qui me glace le plus le sang. Les parents de cette jeune fille sont, à mes yeux, tous deux des monstres. Le père a abusé de sa fille de 6 ans, tandis que la mère n’a rien fait pour sauver sa fille. Quoi de plus psychopathe que la réalité ?

.

  • Buck dans Easy de Tammara Webber.

Je ne dois pas être la seule à avoir à la fois eu peur de lui, et des envies de le frapper sérieusement ? Le thème de ce livre autour du harcèlement, de l’attouchement et du viol m’a conduite à détester certains personnages, et même à en avoir peur.

.

  • Braddy dans la trilogie Bill Hodges de Stephen King.

On retrouve le personnage de Mr. Mercedes tout au long de la trilogie avec Carnets noirs et Fin de ronde. C’est dans le premier et le dernier tome que je l’ai trouvé vraiment au delà de toute la noirceur possible, et j’étais parfois pétrifiée toute seule dans mon coin en lisant ces livres ! Ils me rappellent un peu trop certains événements.

.

Je n’ai que 9 livres pour 10 personnages qui me viennent à l’esprit pour le coup, mais au moins, ils risquent de me rester en mémoire encore un petit bout de temps ! Y-a-t’il des personnages que vous connaissez dans cette liste ? Quels sont les vôtres ?

C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi, que lisez-vous ? #5

Hello ! Nous sommes lundi, donc on va reprendre nos petit rendez-vous habituel, mais celui-ci concernera mes lectures des deux dernières semaines étant donné que je n’ai pas eu le temps de vous en parler la semaine dernière ! 🙂

1. Qu’ai-je lu les deux semaines passées ? 

 

Ma chronique d’Addict arrivera soit dans la journée, soit demain au plus tard ! 🙂

2. Que suis-je en train de lire ? 

soigner-nice-14-juillet-2016-937519-264-4321Un nouveau partenariat très intense grâce à NetGalley et aux éditions First…

 

 

 

 

 

 

 

.

3. Que vais-je lire ensuite ? 

Je ne sais pas encore, ça dépendra de ce que je vais recevoir à mon anniversaire, sinon j’ai pour projet d’attaquer le Troisième tome de La Passe-Miroir de Christelle Dabos, ainsi que Un palais d’épines et de roses de Sarah J. Maas. 

Chroniques

[CHRONIQUE] Heartless T1 : Mercy

Heartless T1 : Mercy.

[Attention Dark Romance !]

heartless-tome-1-mercy-878006-264-4321

Auteur : Ker Dukey

Saga : Heartless

Editeur : Milady

Nombre de pages : 313

Résumé : « J’aime le soulagement que procure l’acte sexuel. Il n’est pas grand-chose qui me procure du plaisir, et le sexe ne m’en donne pas beaucoup, mais c’est pour moi un exutoire. J’adore franchir les limites des autres. J’adore les dégrader. Sadique, moi ? Oui. »

On dit que certaines personnes manquent d’empathie en raison d’une activité réduite au niveau du lobe frontal. C’est peut-être mon cas, mais que je sois né ainsi ou que je le sois devenu, l’empathie n’était pas mon fort jusqu’à ce que ses yeux verts croisent les miens dans un miroir… et que je sois incapable de lui ôter la vie.

Je ne voulais pas ressentir d’émotions, je refusais que cette femme vienne compliquer ma vie, elle qui avait été envoyée pour me hanter à cause de mes péchés. Mais la mission a mal tourné et ses conséquences ont transformé ma vie à jamais. En m’obligeant à ressentir des émotions.

Si les gens te montrent de la compassion, c’est pour te signifier qu’ils ressentent ton chagrin, qu’ils le partagent avec toi, que tu n’as pas à le porter seule.

Avis : Je vous préviens tout de suite, il s’agit là d’une chronique à chaud parce que je viens de terminer le livre… J’ai choisi ce livre parce qu’après With You, j’avais envie de tenter une nouvelle dark romance, plus sombre, et plus en rapport même avec la psychologie des personnages ! Alors quand j’ai lu le résumé, ça m’a paru être ce que je recherchais, et la couverture que je trouve magnifique avec ses tons bleus a fini par me persuader !

J’ai été lancée dès les premières pages grâce aux prologues, à tel point que j’ai lu les 150 premières pages d’une traite ! J’ai adoré entrer dans la psychologie des personnages, de comprendre petit à petit Blake, Ryan et Melody. J’ai un véritable coup de cœur pour Mélody et Blake, (et le fait qu’il s’appelle en réalité Damian comme annoncé dans les premières pages y est aussi pour quelque chose haha.) Et je pense que j’ai encore plus adoré les pages qui ont suivi, et ce jusqu’à la fin qui m’a tenue en haleine et m’a donné envie de dévorer le livre jusqu’au dernier mot tellement le suspens est de mise !

Je ne connaissais pas cet écrivain, néanmoins, je pense qu’on se recroisera ! J’ai beaucoup aimé les détails apportés à l’histoire, la mise en attente du lecteur tout au long du livre, avec cette écriture qui m’a rendu totalement addict à ce livre, je n’ai pas pu m’en détourner avant de le terminer ! J’ai trouvé à travers ce livre, ce que je cherchais dans la dark romance, une sorte de mélange entre la romance, l’horreur et le thriller avec une bonne psychologie noire sur les personnages !

D’ailleurs, en ce qui concerne les personnages, j’ai trouvé qu’ils étaient réellement bien développés, intéressants, et surtout, ils ne se ressemblent pas ! J’ai aimé la noirceur qui se dégage de Ryan et de Blake tout en me sentant à la fois très mal à l’aise ! Mais la douceur de Mélody, ainsi que sa force permettent de se retrouver dans un roman, certes noir, gênant, mais où le lecteur peut continuer à avancer sans avoir un malaise plus profond qui prendrait toute la place ! J’ai beaucoup aimé le personnage de Sean aussi, qui n’est pourtant qu’un personnage secondaire. Et évidemment, je n’ai pas apprécié Markus, il est arrogant, froid… Pas du tout ce que j’apprécie dans des personnages !

La fin m’a extrêmement surprise, certains trouvent que le dernier chapitre est une sorte de retournement de situation trop simple, mais moi ça m’a plu. D’ailleurs heureusement qu’il est présent sinon je pense que j’aurai jeté ma liseuse contre un mur de frustration haha !

Un second tome vient de sortir, et il est évident que je compte le lire, cependant, cela attendra peut-être que je me remette du premier tome !

En conclusion, c’est une lecture que j’ai beaucoup appréciée, un vrai coup de cœur ! La psychologie des personnages est recherchée, l’intrigue également et je compte lire le second tome, ainsi que les autres livres de cette auteure !

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Mort point final

Mort point final

[Coup de coeur]

mort-point-final-927983-264-4321

Auteur : Frank Klarczyk

Editeur : Lucien Souny

Collection : Plumes noires

Nombre de pages : 192

Partenariat : Masse critique Mai 2017 Babelio

Résumé :Dans un commissariat de la banlieue parisienne, Paul Catard est interrogé par le capitaine Vigeois. On vient de retrouver l’homme bâillonné et menotté dans la chambre de sa petite amie. La situation prêterait à sourire si la petite amie n’était pas Mélanie Vasseur, lieutenant de police travaillant dans l’équipe de Vigeois. La surprise est d’autant plus grande lorsque Catard dévoile que Mélanie a survécu à une innommable tragédie qui s’est déroulée dans un lycée de province, quelques années auparavant. Souffrant de violents traumatismes psychologiques, elle a pourtant réussi à intégrer la police et, encore mieux, à cacher son passé. Vigeois et ses hommes se questionnent encore sur la véracité de ces révélations quand ils sont appelés en renfort au parc de la Légion d’honneur de Saint-Denis, où un attentat se prépare. Le temps est compté, et la police n’a plus le droit à l’erreur ! L’angoisse, le drame, le suspense saisissent le lecteur là où il ne les attendait pas.

Avis : Tout d’abord, merci à Babelio et aux éditions Lucien Souny pour leur confiance et l’envoi de ce livre. Je l’avais sélectionné car j’avais été très attirée par le résumé, cette histoire d’une « fliquette » traumatisée dans sa jeunesse, de cet attentat qui se prépare et qu’on doit absolument endiguer. Je tiens en revanche à prévenir que si vous avez été très touché par les attentats que l’Europe subit actuellement, vous pouvez lire ce livre, je ne pense pas que ça vous fera passer un mauvais moment, ou vous mettra réellement mal à l’aise vis-à-vis de ces événements. Cette petite parenthèse étant refermée, en le recevant j’ai été surprise de voir un livre aussi fin ! Avec une couverture qui ne m’inspirait pas grand-chose sur le moment…

J’ai commencé ce livre avec une petite appréhension… Grosse erreur. J’ai rarement été emportée aussi vite dans un livre ! Dans une première partie, on retrouve le personnage de Mélanie, adolescente de seconde, en compagnie de toute sa classe, prise au piège par Mr. Bernard, son enseignant, professeur de français. Et c’est cette partie qui m’a tout de suite captivée, elle est racontée par Paul Catard face aux policiers. L’autre partie de ce livre, dans la vie réelle, à la recherche de Mélanie Vasseur, est également très intéressante, mais j’ai préféré cette première partie pour ma part, probablement plus proche de moi car je viens seulement de terminer mes études.

J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, néanmoins, j’ai été facilement perdue dans les détails et à travers tous les noms des personnages dans un si petit roman ! Même si ça n’a pas été très gênant, je l’ai remarqué. Je ne connaissais pas cet auteur auparavant, mais j’avoue qu’après ce livre, je pense que je vais réitérer l’expérience !

Le seul reproche que je pourrai adresser à cet auteur, c’est que je ne me suis pas réellement attachée aux personnages. J’ai ressenti la peur des adolescents, les émotions des policiers, mais par exemple, je ne me suis pas sentie une seule seconde proche de Mélanie Vasseur, qui est pourtant notre personnage principal à la fois en tant qu’adolescente et en tant que policière. Pourtant, et ça peut paraître contradictoire, j’ai eu vraiment la sensation qu’on poussait le psychologisme des personnages assez loin en ce qui concerne les adolescents, le professeur, mais pas assez pour les policiers, qui sont, même s’ils sont au second plan au début, dans tout le roman !

En ce qui concerne la fin, elle m’a scotché, et elle m’a laissé sur tellement de questions, que j’aimerai bien en parler avec vous si quelqu’un l’a lu ! Je suis restée sans voix, sans comprendre réellement le sens, les sens peut-être même ?

En résumé, un très bon livre, que j’ai adoré, mais trop court à mon goût et qui m’a laissé littéralement sur les fesses ! (Heureusement merci, je ne lis pas debout, j’aurai fait une petite chute sinon!)

Note : ♥♥♥♥♥

Throwback Thursday

Throwback Thursday Livresque

Bonjour ! On est jeudi, ce qui signifie qu’il est l’heure d’aller sur le blog de bettierosebooks pour aller voir le thème du Throwback Thursday Livresque de la semaine !  » Dans la poche  » il s’agit donc de parler d’un livre qu’on a lu en poche. Alors, ça m’arrive de moins en moins souvent contrairement auparavant tout d’abord parce que j’utilise beaucoup ma liseuse, et ensuite parce que je trouve les couvertures des livres plus jolies en grand format ! Néanmoins, il m’arrive encore de lire en poche parfois, et la dernière lecture passionnante dont je me souviens a été Bird box de Josh Malerman.bird-box-518283-264-4321

C’est une dystopie en un seul tome que j’ai beaucoup apprécié !  En effet, il ne s’agit pas là d’un livre Young Adult, il s’apparenterait plutôt à un livre d’horreur, de post-apocalyptique. J’avais été passionnée par les personnages, une maman et ses deux enfants, une fille et un garçon, qu’elle élève dans le but de pouvoir survivre. Dans ce monde, vous ne pouvez pas ouvrir les yeux sous prétexte d’être emporté par la folie et de vous faire du mal à vous, ou aux autres. Je n’avais pas pu lâcher ce livre avant de l’avoir terminé… Ca a été une grosse surprise, et la fin m’avait scotchée. J’étais partagée entre curiosité, horreur et joie. J’en garde un souvenir brûlant car ça a été pour moi un livre qui m’a fait passer par des tonnes d’émotions différentes et plus effrayantes les unes que les autres…

Résumé : 

La plupart des gens n’ont pas voulu y croire. Les incidents se passaient loin, sans témoins. Mai bientôt, la menace s’est rapprochée, à touché les voisins. Ensuite, internet a cessé de fonctionner. La télévision et la radio se sont tues. Les téléphones ne sonnaient plus. Certains, barricadés derrière leurs portes et leurs fenêtres, espéraient pouvoir y échapper.

Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l’abri du danger qui s’est abattu sur le monde. Elle a perdu des proches, a assisté à leur fin cruelle. On dit qu’un simple coup d’oeil suffit pour perdre la raison, être pris d’une pulsion meurtrière et retourner sa violence contre soi. Elle sait que bientôt les murs de la maison ne pourront plus protéger son petit garçon et sa petite fille. Alors, les yeux bandés, tout trois vont affronter l’extérieur, et entamer un voyage terrifiant sur le fleuve, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés.

Arriveront-ils à bon port, guidés par leur seule ouïe et leur instinct ?

C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi, que lisez-vous ? #4

Hello ! On est lundi, alors on se retrouve pour notre petit rendez-vous habituel que je n’ai pas tenu la semaine dernière car je n’avais pas lu !

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ? 

 

Pas de déceptions en vue pour cette semaine de lecture ! Mais pas d’énorme coup de coeur non plus même si j’ai passé un bon moment pour chaque lecture. Vous pouvez retrouver toutes les chroniques sur le blog.

2. Que suis-je en train de lire ?

 

Je suis en train de lire deux livres d’un genre bien différent, je vous laisse lire les résumés si ils vous intéressent :

.

La première fois que j’ai été deux d’Archibald Ploom : 

Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l’amour n’est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l’année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe… Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie. « La première fois que j’ai été deux » est un grand roman d’amour où les sentiments sont intimement liés au cours d’une Histoire qui vit l’Europe s’embraser avant de se reconstruire. Entre la Pologne de ses grands parents, l’Allemagne d’un jeune soldat tombé en 1944 et l’Angleterre de Tom, Karen va découvrir qu’un premier amour peut influencer une vie entière « La première fois que j’ai été deux » est un roman profond et intimiste qui peint le passage de l’adolescence à l’âge adulte. On assiste au dévoilement du destin de deux familles emportées par l’Histoire. Archibald Ploom nous propose un récit voyageur et une fresque historique que la naissance d’un amour vient ponctuer comme un message d’espoir.

.

Facebook m’a tuer d’Alexandre Des Isnards et Thomas Zuber : 

Hier, une soirée privée était privée. Aujourd’hui, vos proches sont tous devenus photoreporters, prêts à publier les photos les plus « délire » de votre crémaillère ou de votre anniversaire.

Hier, on pouvait dîner à deux. Aujourd’hui, on ne peut dîner qu’à quatre (vous, lui ou elle, vos deux portables).

Hier, une naissance ou un week-end en amoureux étaient des moments intimes. Aujourd’hui, la génération transparente en fait la chronique sur Internet parce que c’est mignon, parce qu’il n’y a rien à cacher, parce que tout le monde le fait.

On arrête là, vous avez compris. Facebook – plus de 600 millions d’utilisateurs dans le monde, dont 20 millions en France – n’est pas qu’un site Internet. C’est devenu un mode de vie. Soyons transparents ! Soyons « fun » ! Et surtout… restons connectés ! Réseaux sociaux, tchats, e-mails, SMS, jeux en réseau, géolocalisations, rencontres en ligne : la « culture Facebook » gagne toutes les générations et bouleverse nos relations amicales, familiales ou amoureuses. Sans quon s’en rende toujours compte. Mais à la vitesse du numérique.

Fidèles à la méthode qui a fait leur succès, Alexandre des Isnards et Thomas Zuber ont rassemblé leurs expériences et celles de leurs proches dans des saynètes truculentes, aussi drôles qu’inquiétantes.

.

3. Que vais-je lire ensuite ?

mort-point-final-927983-264-4321

Ma réception Masse critique de Babelio !

Résumé : Dans un commissariat de la banlieue parisienne, Paul Catard est interrogé par le capitaine Vigeois. On vient de retrouver l’homme bâillonné et menotté dans la chambre de sa petite amie. La situation prêterait à sourire si la petite amie n’était pas Mélanie Vasseur, lieutenant de police travaillant dans l’équipe de Vigeois. La surprise est d’autant plus grande lorsque Catard dévoile que Mélanie a survécu à une innommable tragédie qui s’est déroulée dans un lycée de province, quelques années auparavant. Souffrant de violents traumatismes psychologiques, elle a pourtant réussi à intégrer la police et, encore mieux, à cacher son passé. Vigeois et ses hommes se questionnent encore sur la véracité de ces révélations quand ils sont appelés en renfort au parc de la Légion d’honneur de Saint-Denis, où un attentat se prépare. Le temps est compté, et la police n’a plus le droit à l’erreur ! L’angoisse, le drame, le suspense saisissent le lecteur là où il ne les attendait pas.