Chroniques

[CHRONIQUE] Eleanor & Park

Eleanor & Park

 

Auteur : Rainbow Rowell

Edition : PKJ

Nombre de page : 378

Genre : Young Adult

Etats-Unis, 1986. Eleanor est une lycéenne trop rousse, trop ronde et est harcelée par tout le monde au lycée. Dans le bus scolaire, elle a l’habitude de s’asseoir à côté de Park, un garçon timide, qui l’ignore poliment. Peu à peu, les deux lycéens vont se rapprocher, liés par leurs passions communes pour les comics et les Smiths.

 

Avis

J’avais beaucoup aimé Fangirl de cette auteure, alors j’ai décidé de finalement me lancer dans ce livre dont j’entendais tout le temps parler ! Même si le côté époque des années 80 et approche des années 90 me faisait un peu peur ! Ce qui a achevé de me convaincre de lire ce roman, c’est le rapport au harcèlement auquel j’étais déjà très sensible avant et qui est devenu presque proéminent dans mes lectures depuis que je suis devenue professeure.

J’ai trouvé le début de cette histoire un peu plate, comme s’il ne se passait pas grand chose, puis petit à petit, et sans m’en rendre compte, je me suis mise à la place d’Eleanor, cette rousse, un peu ronde, harcelée par ses camarades, mal chez elle. Je me suis laissée importer dans sa douleur et son courage, alors tout simplement que nous ne nous ressemblons pourtant pas du tout elle et moi. Tandis que je dévore les romans, et éventuellement les mangas, elle est fan de comics, ce que j’apprécie beaucoup moins…

Park m’est plus familier, même si ça n’a pas été mon personnage préféré, j’ai aimé ses réactions, et je me suis retrouvée en lui dans ce côté solitaire mais aussi très nerveux. J’étais heureuse de les voir tout deux construire une amitié ambigüe, et j’étais impatiente de voir où cela pouvait mener. Néanmoins, j’ai mis un peu de temps à lire ce livre car l’écriture n’était pas celle que je préférais, un peu longue, j’avais parfois du mal à m’y retrouver. 

La fin m’a gênée dans le sens où elle est trop subjective, même si je l’ai trouvé originale du coup. J’aime l’idée de pouvoir imaginer ce qui se passe par la suite, mais ne pas en être certaine me dérange cruellement ! J’ai peur d’être passée à côté de quelque chose en ce qui concerne la dernière phrase notamment… Ce qui ne m’empêchera aucunement de lire d’autres livres de cette auteure.

Note : ♥♥♥♥

Publicités
Chroniques

[CHRONIQUE] La couleur du mensonge

La couleur du mensonge.

Auteur : Erin Beaty

Editeur : Lumen

Nombre de pages : 506

À Demora, ce sont les entremetteuses qui font et défont les unions, et façonnent ainsi le paysage amoureux et politique du royaume. Sage Fowler, seize ans, n’a rien du parti idéal : indisciplinée et rebelle, c’est de surcroît une bâtarde. Pourtant, son oncle parvient à lui obtenir un rendez-vous chez l’une des marieuses les plus réputées du pays – sa seule chance de trouver sa place dans la bonne société. Mais une surprise de taille l’attend : son franc-parler et sa vivacité d’esprit ne lui obtiennent pas un beau mariage… mais au contraire un apprentissage auprès de l’entremetteuse.

Or la guerre menace. C’est donc escortée par une troupe de soldats aguerris que Sage devra traverser le pays en compagnie des plus beaux partis de la région pour rallier la capitale et assister à l’événement matrimonial le plus attendu de ces cinq dernières années. Mais en chemin, l’un des soldats lui propose d’aider l’armée en espionnant pour son compte…

 

Avis.

Je ne savais pas dans quoi j’allais m’engager avec ce livre. Néanmoins, la couverture me plaisait, et le résumé aussi, donc je me suis lancée un peu à corps perdu dedans. (Quand je vous dis que je choisi mes livres au hasard et à cause de la couverture…) Heureusement pour moi, même si j’ai eu du mal aux premières pages, j’ai ensuite été captivé par ce qui m’a semblé être une véritable réécriture de… Mulan ! Cette idée de marieuse et de Sage qui passe son temps à faire des catastrophes… Etant une grande fan des dessins animés de Disney, et donc des deux animés qui ont été fait pour Mulan… Autant vous dire que j’ai été réellement ravie !

J’ai beaucoup aimé l’écriture de l’auteure, c’est très fluide, et on place les lieux avant de rentrer dans l’histoire avec les personnages. Des personnages dont je suis vraiment tombée amoureuse, surtout en ce qui concerne Sage et Ash. Enfin, si on peut dire ça. En effet, l’autre partie de cette histoire qui m’a plu est le fait qu’on passe son temps à être surpris, même si parfois, cela reste compliqué à suivre sur le moment précis, c’est toujours limpide derrière.

Je trouve que les personnages sont réellement très bien travaillés même si au début vous pouvez avoir du mal à vous repérer entre les soldats et les filles à marier au Concordium. On a un caractère spécifique à chacun, qui fait que pour une fois, je n’ai détesté personne hormis le personnage de Jacqueline, mais qui, heureusement, n’est pas prépondérant. Je pense que j’aurai fait en sorte qu’elle se fasse tuer sinon. Les personnages de Ash et Sage m’ont tout simplement transporté dans un autre monde, j’étais prête à les suivre partout où ils allaient, j’ai eu peur pour eux, je les aimé, détesté quand ils faisaient des choix stupides. Mais j’ai aimé la force de caractère, la sensibilité rare mais présente tout de même à travers des moments un peu plus subtils que les autres.

J’ai aimé toute l’action qui découlait du roman, on ne s’ennuie pas une seule seconde. Les personnages sont rusés, intelligents, et il y a très peu de temps morts une fois que l’intrigue est lancée. C’est très agréable, et à la fois, vous ne pouvez pas vous séparer de votre lecture. L’action, les mensonges, les trahisons vous tiennent en haleine jusqu’aux dernières pages. C’est d’ailleurs la seule chose qui a pu me laisser pantoise, ces fameuses dernières pages… Je ne voulais pas que ça s’arrête.

Un autre tome est prévu, il ne sortira en anglais qu’en juillet 2018 malheureusement, alors je pense que ma curiosité va devoir atteindre car je ne lis qu’en français… Mais c’est avec un grand bonheur que je lirai le prochain tome !

Pour faire court, c’est un Young Adult qui mêle espionnage, romance, action qui mérite sa place, il est intéressant, on se lasse pas au fur et à mesure que les pages tournent, bien au contraire, et on s’attache profondément aux personnages. Je pense que c’est une petite pépite, et pour ma part ça a été un coup de coeur. 

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Tous les deux

Tous les deux

[Coup de coeur]

Auteur : Nicholas Sparks

Editeur : Michel Lafon

Nombre de pages : 544

Résumé : À trente-deux ans, Russel Green a une vie de rêve : une carrière brillante dans la publicité, une maison sublime à Charlotte en Caroline du Nord, une adorable petite fille de six ans et surtout une femme exceptionnelle, Vivianne, qui est le centre de son monde. Mais cette merveilleuse façade se craquèle le jour où Vivianne part soudainement et qu’il perd son travail. Désarmé, Russel doit apprendre à composer avec sa nouvelle existence et à élever seul sa fille, devenant pour elle tour à tour chauffeur, cuisinier, infirmier, compagnon de jeu… Submergé de chagrin, il se jette dans ce combat quotidien. L’amour inconditionnel qui le lie à sa fille lui redonnera-t-il goût à la vie ?

Avis :

C’est le premier livre que je lis de cet auteur, alors que je dois connaître probablement presque toutes les adaptions cinématographiques tirées de ses livres. #ShameOnMe. Quelle claque… J’ai voulu lire ce livre notamment parce que c’est Michel Lafon qui le publie, et ensuite parce que j’avais envie d’une histoire sentimentale qui prend aux tripes, exactement ce que fait Nicholas Sparks habituellement selon ce que j’en avais compris.

J’ai beaucoup aimé la couverture, et je pense que c’est ce qui m’a aidé à me lancer dans ce roman, tout de même assez conséquent, par le fait qu’on est plus envoyé dans une histoire de famille, d’amour et de découverte entre un père et sa fille, plutôt que dans une histoire de couple. Autrement dit, pas de new romance ici ! Ne vous attendez pas à de l’action, à des rebondissements inattendus, ce livre ne sera pas fait pour vous sinon. On entre dans un univers connu de tous : un couple, avec une petite fille, une maison, un travail… Pas d’action dans tout ça, mais beaucoup de choses concrètes, réelles, de sentiments. J’ai du coup tendance à penser que ce livre peut s’adresser à tout le monde.

On entre dans le quotidien de Russ, qui perd son travail, puis petit à petit sa femme, Vivianne. Il se retrouve alors à devoir élever London, sa fille, plus ou moins seul. Pas évident quand on n’en a pas l’habitude n’est-ce pas ? On les voit apprendre à se connaître, faire en sorte que tout se passe bien avant tout pour elle. Et si ça n’a rien de spectaculaire au premier abord, on a réellement une complicité qui se fait entre le lecteur et les personnages. J’ai eu tellement de peine pour Russ, tellement de haine pour Vivianne par la suite alors même que je me retrouvais parfois en elle au début du roman, dans sa façon d’être, dans ses réactions. Ce que j’ai aimé par rapport aux personnages, c’est qu’ils m’ont tous touchés à leur façon, que ce soit nos personnages principaux, ou alors dans la famille de Russ… J’ai détesté sans en être réellement capable, j’ai aimé en ayant toujours une hésitation. On retrouve bien la complexité des choses qui nous arrivent : tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Russ n’est pas parfait, Vivianne n’est pas seulement un personnage que l’on peut se permettre de détester. On a une belle représentation de ce qui se passe autour de nous tous les jours, et c’est ce qui m’a plu. Un roman où on ne triche pas, on ne s’évade pas tout à fait, et on prends conscience, si possible, de la difficulté des choses. Tout n’est pas toujours merveilleux, tout n’est pas toujours simple, et on n’échappe pas à certaines « lois ».

L’écriture m’a fait plonger dans le roman. Je l’ai trouvé à la fois très jolie et très simple. Je n’ai pas annoté de citations toutes les 30 secondes comme j’ai déjà pu le faire dans d’autres livres, c’est vrai, mais ça ne m’a pas gêné. On fait passer les sentiments par des mots simples que chacun prononce chaque jour, sans en faire trop, tout en restant dans le naturel et ça m’a beaucoup plu. J’ai trouvé l’écriture fluide en fonction des moments, parfois hachée à cause de la douleur, mais j’ai toujours pu m’y retrouver, m’identifier. Elle a eu un rythme qui personnellement me convenait et était en adéquation avec ce que je ressentais.

La fin est à la fois parfaite et terriblement déstabilisante. On n’est pas dans le happy end parfait, ni dans le drame. C’est un juste milieu des deux, encore une fois comme on en vit tous les jours. Pour moi c’est un point qui mène directement au coup de cœur !

Après je tiens quand même à mettre en garde les personnes qui seraient peut-être touchées par ce genre de sujets comme la rupture, le divorce, les questions de garde etc que ce n’est peut-être pas le livre qui vous faut maintenant tout de suite, ou alors bien au contraire, si vous êtes prêt, ce sera LA révélation comme ça a pu l’être pour Russ.

Note : ♥♥♥♥♥

Top 10 tuesday

TTT : Les 10 meilleurs romans pour une nuit torride.

Rendez-vous organisé par Frogzine.

Je ne pensais pas faire ce TTT, notamment parce que je comptais faire avant tout ma chronique sur Phobos 4. Mais je vois que vous êtes très peu à lire de l’érotique, de la dark romance ou même du new adult… Du coup si jamais ça peut donner des idées à certains, voilà mes préférés. Je tiens à préciser que certains titres (que je signalerai) sont des dark romances et sont donc destinés à un public averti. Il n’y a pas que des livres érotiques mais aussi des romances avec quelques scènes de sexe sans pour autant que ce soit de trop.

 

 

Attention, les livres suivants sont des dark romances.

 

Je n’en ai pas 10 parce que je n’en ai pas lu énormément qui m’ai beaucoup plu comme ceux-là, en revanche, j’en ai beaucoup qui m’attendent dans ma PAL !

Throwback Thursday

Throwback Thursday Livresque

Hello !

Je vous retrouve aujourd’hui pour le rendez-vous du jeudi que je n’avais pas fait depuis un moment également. Cette semaine, le thème est Une histoire en France ! Vous pouvez retrouver le récapitulatif des participations et les différents thèmes de chaque semaine sur le blog de Bettierosebooks !

tu-as-promis-que-tu-vivrais-pour-moi-915720-264-432  Forcément j’ai choisi Tu as promis que tu vivrais pour moi de Carène Ponte car ça a été un énorme coup de cœur pour moi l’année dernière et que j’avais apprécié le fait de voyager à travers différents endroits de France au gré des lettres que reçoit notre personnage principal.

Je vous le conseille également pour une autre raison un peu particulière, c’est que j’ai donné ce livre à mon arrière grand-mère qui adore lire et que je considère clairement comme une grande femme de lettres par rapport à ses diverses lectures et sa culture. Et… Elle l’a aimé. Beaucoup. Entre les lieux français, l’émotion et la douceur de ce livre, je pense qu’on ne peut pas y rester insensible et que c’est une petite pépite à avoir chez soi, en tant que lecture doudou.

C'est lundi que lisez-vous ?·Non classé

C’est lundi que lisez-vous ? #12

Après des mois sans nouvelles autre que des chroniques, je retente de faire quelques rendez-vous, et quoi de mieux que de recommencer avec les C’est lundi que lisez-vous ? Pour rappel, vous pouvez trouver les récapitulatifs des différents blogueurs sur le blog de Galleane.

Qu’est ce que j’ai lu la semaine passée ?

J’ai terminé Mirror mirror de Cara Delevingne que j’ai laissé traîner pas loin de deux mois car j’ai vraiment eu du mal à rentrer dans l’histoire avant de dévorer la dernière moitié du livre en une seule nuit… Comme quoi… Je vous poste la chronique prochainement. Mais j’ai été agréable surprise !

 

 

 

 

Qu’est ce que je suis en train de lire ?

Je suis en train de terminer le dernier tome de Phobos que je savoure le plus possible et qui très honnêtement me met dans tous mes états ! Mais je viens également de commencer Tous les deux de Nicholas Sparks. J’ai regardé de nombreuses adaptations de ses livres, mais pour autant, ce sera ma première lecture de cet auteur ! Je n’en suis qu’au début donc impossible de dire si j’aime ou non mais j’espère le terminer de manière assez rapide pour pouvoir me faire un avis sur cet auteur et vous en parler.

Que vais-je lire ensuite ? 

J’ai reçu en partenariat le second tome d’Inaccessibles chez Michel Laffon ainsi qu’un roman graphique par Jay Asher et Jessica Freeburg qui est : Le joueur de flûte de Hamelin. Je les ferai donc passer en priorité.

Chroniques

[CHRONIQUE] November 9

November 9

[Coup de coeur]

Auteur : Colleen Hoover

Editeur : Hugo&Cie

Nombre de pages : 340

Résumé : Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer.

La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain.

Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre.

Fallon devient alors la source d’inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est une mine d’informations pour lui et, pour tous les deux, c’est le moyen de faire le point sur leur vie.

Jusqu’au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ?

Avis : Wahou, wahou. Par où commencer ? Je me suis procurée ce livre dès sa sortie, je n’ai pas pu attendre, et je l’ai enchaîné dans la foulée. Même si je n’étais pas fan de la couverture, je me suis laissée séduire par le résumé qui m’a beaucoup attiré, et je dois avouer que l’auteure est, en général, pour ma part, source de lectures formidables et intenses pour moi. Je n’ai donc pas hésité longtemps à me lancer dans l’histoire de Ben et Fallon.

On entre tout de suite dans le vif du sujet dès les premières pages avec la découverte de Fallon, de son père, de sa vie… Dès le début, les émotions sont fortes, présentes, et intransigeantes, on se demande même comment Colleen Hoover peut faire en sorte que le soufflet ne retombe pas par la suite. J’ai eu très peur d’être déçue, notamment parce que le sujet, ces deux personnages qui se retrouvent une fois par an à la même date, cela peut être rapidement redondant, et on peut tomber dans l’ennui avec une aisance assez troublante. Mais non, l’auteure réussit à faire en sorte que les émotions qu’elle fait passer soient de plus en plus intenses, et c’est une réussite, comme toujours. On grandit avec les personnages, avec leur douleur, leur joie, leur peur.

Colleen Hoover a une façon de faire passer les sentiments qui reste vraiment naturel dans le sens où on ne sent pas qu’elle en fait trop, c’est ce qu’on peut ressentir dans la vie de tous les jours, mais en plus décuplé à travers les personnages. C’est toujours les bons mots, aux bons moments.

Les personnages… Parlons en des personnages ! J’admets que Fallon m’a parfois un peu énervée à être aussi indécise, et même si je la comprends, j’ai du coup préféré le personnage de Ben. Ce genre de garçon qu’on rêve de rencontrer dans la vraie vie, tendre, gentil, toujours là au bon moment (tiens, ça me rappelle une certaine auteure!). Les passages de leur vie sont tellement émouvants, tellement prenants. J’admets, j’ai versé ma larme plus d’une fois, préparez les paquets de mouchoirs. Ben et Fallon sont des personnages que l’on oublie pas au bout de quelques semaines après la lecture. La preuve, c’est que je fais ma chronique longtemps après ma lecture, et je m’en souviens comme si je l’avais terminé il y a une heure. J’ai eu besoin de pas mal de temps pour m’en remettre, pour me décoller des personnages, pour rester dans ma vie et quitter leurs univers qui m’a fait frissonner d’amour, de peur, de colère. J’ai aussi eu un coup de cœur pour les personnages secondaires, qui ont eux-mêmes réussi à me faire pleurer, je vous laisse savoir le pourquoi du comment en lisant ce livre qui est vraiment une petite pépite. Je me retrouve à travers les personnages, à travers l’écriture de Ben, et ça fait autant de bien que de mal. Tout ce qu’il faut pour faire d’un livre un coup de cœur pour moi.

La fin est belle, mais en revanche, elle ne m’a pas marqué, ce n’est pas une fin inoubliable à mes yeux. Pour ma part, elle a été mal ajustée, mais ça ne regarde que moi, disons simplement que je m’attendais à quelque chose de plus lisse, plus coulant. Mais c’est une belle fin !

Evidemment, je continuerai à lire les livres de Colleen Hoover car ça a aucun été un coup de cœur pour moi. Coup de cœur lu en seulement quelques heures ce qui est assez compliqué pour ma part depuis quelque temps !

Note : ♥♥♥♥♥