Chroniques

[CHRONIQUE] L’obsolescence programmée de nos sentiments.

L’obsolescence programmée de nos sentiments.

Auteur : Zidrou. Genre : BD contemporaine.  Editeur : Dargaud. Pages : 144.


 

«  C’est le jour où Ulysse, veuf depuis plusieurs années, à la retraite depuis ses 59 ans car il a perdu son travail, va rencontrer Méditerranée. Après des années de lassitude à se morfondre et à ne pas savoir quoi faire de sa vie, il se peut que la jolie fromagère de 62 ans réussisse un véritable miracle. « 

 

Avis Demynotebook.

J’ai réussi à avoir le Saint Graal à la bibliothèque ça y est ! J’attendais ce roman graphique depuis plusieurs semaines, si ce n’est pas des mois, et je n’ai pas été déçue !

L’histoire est aussi touchante que les personnages. J’ai beaucoup aimé Ulysse et toute la jolie métaphore filée sur l’Odyssée que l’on trouve au fur et à mesure de cette histoire ! Le comble ? Notre cher Ulysse n’aime pas lire ! On en parlait justement il y a quelques jours.

Mais j’ai retrouvé mon bonheur une seconde fois à travers Méditerranée, cette femme, qui porte un prénom qui me rappelle les vacances qui approchent ! Elle est douce, et elle exprime exactement mes peurs : celle de se regarder dans le miroir quand on vieillit et voir qu’on est plus la personne que l’on était avant, et ça, peu importe l’âge même si ici c’est très symbolique.

On a un bel hymne à l’amour et ce à n’importe quel âge. J’ai été déçue et choquée de voir que les aigris ici… Hé bien, ce sont les enfants ! Les jeunes en somme ! Et j’espère bien ne jamais devenir comme ça même si le clap de fin, que j’avais déjà compris et prévu, ne m’a pas plu dans le sens où je ne suis pas en accord avec ce genre de décision. Mais chacun fait ce qu’il veut, et chacun prend ses décisions, je ne suis personne pour empêcher ce genre de chose ou autre, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de moi, même si j’ai un avis assez fondé sur la question et pour une fois, malgré le fait que j’essaie de toujours voir le bon côté des choses, je pense qu’il ne changera pas et ce peu importe les conversations que je pourrai avoir à ce sujet.

Image associée

En ce qui concerne les dessins, ils sont superbes, doux, et les planches sont toutes belles sans jamais tomber dans le vulgaire, le trop sexy ou autre. C’est la douceur mais aussi le rappel que l’on a AUSSI une vie quand on est âgé ! On retrouve aussi un côté très enfantin et humoristique auquel j’ai beaucoup adhéré ! Je rigolais toute seule.

En résumé, une très belle BD, très touchante avec une belle histoire même si la fin me laisse un léger goût amer en bouche. Le bonheur n’est parfois pas suffisant en ce qui me concerne.

Je crois me rappeler que certains ont lu cette BD. Avez-vous aimé la fin ? Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à mettre un petit [spoiler] en début de commentaire pour les autres. Pour ceux qui ne connaissent pas, ça vous tente ?

Publicités
Chroniques·Les lectures de la prof

[CHRONIQUE] Yallah Bye

Yallah Bye

Auteur : Joseph Safieddine. Genre : BD contemporaine.  Editeur : Le Lombard. Pages : 168.


 

Couverture Yallah Bye

 » Comme tous les étés, Mustapha emmène sa famille au Liban, son pays d’origine. Mais nous sommes en 2006, à Tyr, dans le sud du pays et les bombes lâchées par Israël sont nombreuses. 24 ans plus tôt, Mustapha a dû fuir son pays à cause de la guerre. Que choisira-t-il cette fois-ci ? Pendant que son fils, resté en France, tente de faire tout ce qu’il peut pour ramener sa famille en sécurité, loin de la guerre. « 

 

Avis Demynotebook.

Je vous retrouve pour une BD avec un thème encore une fois très actuel puisqu’elle traite de la guerre, même s’il s’agit des tensions entre Israël et le Liban au cours de l’année 2006. Si cette tension n’est plus d’actualité, en revanche, on en retrouve fréquemment dans certains pays, comme on a pu le constater récemment avec les attentats au Sri Lanka ou encore le retour de plusieurs Français qui avaient été pris en otage. Bref, je ne suis pas là pour vous faire un cours d’histoire, non seulement car je ne maîtrise pas du tout le sujet, mais en plus, mon truc à moi, c’est plutôt la lecture !

J’ai été très touchée par cette BD même si j’admets avoir trouvé notre personnage principal : Mustapha, clairement détestable. Je l’ai vu comme un menteur, un manipulateur et quelqu’un qui faisait passer ses convictions avant sa famille. C’est quelque chose qui m’a profondément dérangée, non pas dans l’histoire, qui est elle très intéressante et très bien ficelée, mais vraiment dans le caractère et le personnage. Je ne me suis pas attachée à lui.

En revanche, j’ai beaucoup aimé les autres personnages de cette famille : le frère resté en France qui fait tout pour aider les autres tout en essayant de garder une contenance devant ses amis. La mère qui tente de garder ses deux enfants en sécurité malgré l’endroit où ils se trouvent…

Résultat de recherche d'images pour "Yallah Bye"

C’était très intéressant de voir la cavale des personnages pour échapper à la guerre qui se rapprochait d’eux petit à petit. J’ai également réussi à suffoquer toute seule en voyant que l’ambassade ne pouvait (voulait ?) rien faire pour mettre ses ressortissants à l’abri… Je comprends cette mère de famille au bord de la crise de nerfs, ce frère qui tente l’impossible par tous les moyens. En revanche, je m’attendais à un événement qui n’est jamais survenu… Le frère parti au Liban est hémophile, maladie qui, je pensais, serait bien plus décrite et aurait une importance dans cette BD, ce qui n’a pas été le cas.

Si je ne me trompe pas, cette BD est un témoignage. L’auteur est d’ailleurs franco-libanais. J’ai été impressionnée par la véracité des propos, par l’ambiance qu’on retrouve dans cette BD : On est dans une angoisse pure et permanente alors que nos personnages, notamment les hommes, restent très calmes, ne paraissent pas paniquer, et encore moins s’inquiéter.  » On a l’habitude « . C’est quelque chose qui m’a beaucoup marquée, étant habituée, il faut le dire, à être dans un pays calme, malgré les attentats ces dernières années, nous ne connaissons pas ce risque des bombes qui pleuvent au-dessus de nos têtes sur tout le pays. Je pense que cette BD va me poursuivre encore longtemps, il s’agit du genre de lecture que je n’oublierai pas de si tôt de par ses faits marquants.

De plus, les dessins sont très beaux, on a une belle couleur chaude qui rend la lecture très agréable, les planches sont magnifiques. Un grand bravo au dessinateur coréen.


Image associée

L’avis de la prof.

Je pense qu’on pourrait parfaitement utiliser cette BD pour les 3e et pour les lycéens, mais plutôt dans le domaine de l’histoire car on n’y fait pas assez référence en français, du moins selon moi. C’est aussi une possibilité pour les BTS dans la thématique : Seul avec tous. On est clairement dans ce cas de figure avec Mustapha, très entouré, qui ne sait pas s’il doit être fidèle à son pays ou à sa famille. Le dilemme est cornélien, et de ce fait, on pourrait éventuellement en parler avec les 4e sur la thématique de l’argumentation, des valeurs…

Chroniques

[CHRONIQUE] L’homme gribouillé

L’homme gribouillé.  

Auteur : Serge Lehman. Genre : Contemporain.  Edition : Delcourt. Pages : 328.


Couverture L'homme gribouillé

À 40 ans passés, Betty Couvreur vit dans l’ombre de sa mère Maud, auteur de livres pour enfants. Pourtant, depuis des années, Maud subit l’emprise d’un terrifiant maître-chanteur, Max Corbeau. Betty l’apprend et se retrouve projetée dans une quête des origines en compagnie de sa propre fille, Clara. Voyage initiatique au pays des monstres et des merveilles avec au bout, peut-être, un secret venu du fond des âges.

 

Avis Demynotebook.

J’ai passé plusieurs mois à demander cette BD car elle était très demandée à la bibliothèque étant donné qu’elle fait partie des prix BD. Donc, après un peu plus d’un mois, j’ai enfin l’occasion de pouvoir lire ce roman graphique qui est juste magnifiquement écrit et dessiné.

On suit Betty, qui fait régulièrement des crises d’aphasie, contrairement à sa fille qui elle, passe son temps à parler avec Maud. On se trouve plongé au coeur d’un secret de famille palpitant et qui va nous emmener dans des droits inattendus. Je ne veux pas vous en révéler de trop, mais sachez que les dessins sont magnifiques, tout comme l’histoire qui est palpitante et qui fait que vous ne pourrez pas vous arrêter en cours de lecture.

Les personnages sont attachants, et plein de courage, on se retrouve avec une famille de femme super badass ! Tout ce que j’aime ! Des femmes courageuses, entrainantes, qui n’ont peur de rien et qui ont un talent fou depuis des siècles, qui est bien utile, mais, ça, je vous laisse le découvrir !

Pas d’avis de la prof en ce qui concerne ce roman graphique, certaines images relèvent du film d’horreur, même si l’histoire pourrait peut-être entrer dans le programme de 4ème où on vacille souvent entre réel et fantastique sans savoir spécifiquement où on en est !

 

Chroniques·Les lectures de la prof

[CHRONIQUE] Mauvais genre

Mauvais genre. 

Auteur : Chloé Cruchaudet. Genre : Historique.  Edition : Delcourt. Pages : 160.


 

Couverture Mauvais genre

 

Paul et Louise s’aiment et finissent évidemment par se marier, jusqu’à ce que la première guerre mondiale éclate. Paul est alors appelé et ils sont séparés. Traumatisé par la guerre, Paul s’échappe et devient déserteur. Louise tente alors de leur rendre la vie plus douce et le cache dans une chambre d’hôtel qu’il ne supporte plus. La solution ? Se transformer en femme. Paul devient Suzanne, par obligation, puis par jeu et enfin par envie, jusqu’à l’irréparable. 

 

Avis Demynotebook.

Je vous retrouve encore une fois pour la chronique d’un roman graphique, je commence à y prendre goût ! Et, par pur hasard, ce roman graphique a rejoint le roman que je viens de vous présenter : George, puisqu’on parle également d’identité, de genre…

Cela faisait un moment que ce roman graphique me donnait envie, je le voyais régulièrement sur internet, et dans les bons commentaires, alors quand je l’ai vu à la bibliothèque, pas besoin de réfléchir, je l’ai embarqué. C’était d’ailleurs une très bonne idée car ça a été un vrai coup de cœur.

Les dessins sont magnifiques, et j’ai beaucoup aimé le jeu des couleurs avec le rouge, qui est bien plus important qu’on ne le pense, et ce, jusqu’aux toutes dernières pages. Les étapes de la transformation de Paul sont bluffantes autant dans les dessins que dans la façon de le raconter, et de faire vivre ce nouveau personnage qu’est Suzanne, car il s’agit bien de ça, d’un renouveau.

Il est très agréable de lire ce roman graphique, qui se termine malheureusement très vite. Cependant, il faut faire attention, car elle peut s’avérer particulièrement choquante, on y parle tout de même de traumatisme de guerre, mais la fin l’est également. J’ai été d’ailleurs très surprise. Je pense qu’il y a peu de chance qu’on s’attende réellement à cette fin, même si tout laisse présager que rien n’ira pour le mieux pour nos personnages. Paul est bien trop entré dans le rôle de Suzanne et commence même à prendre la place de sa propre femme, et ce, jusque dans les recoins les plus intimes de leur être.


Image associée

En ce qui me concerne, je n’utiliserai pas cette œuvre avec des collégiens, elle me parait trop crue, trop difficile même si elle est résolument magnifique. En revanche, ça pourrait être un bon support avec des lycéens lorsque l’on parle des traumatismes de guerre, ou encore avec les BTS dans le thème « Seul avec tous ».

Chroniques

[CHRONIQUE] BD : Un bruit étrange et beau.

Un bruit étrange et beau. 

Auteur : ZEP. Genre : Contemporain.  Edition : Rue de Sèvres. Pages : 84.


Le silence comme solution.

Couverture Un bruit étrange et beau

 

William, ou Marcus, comme vous le voulez, a fait voeu de silence il y a maintenant 25 ans. Il est devenu moine. Mais, après tout ce temps, il doit sortir de son monastère pour se rendre à Paris. La raison ? Un héritage. Un héritage qui va mener à Méry… William va-t-il tout remettre en question ? Ou rester muet éternellement ? 

 

Avis Demynotebook.

Comme je vous l’ai expliqué la semaine dernière, faire des chroniques de BD, ou de roman graphique, c’est quelque chose de tout nouveau pour moi ! Alors pour continuer dans cette nouveauté, j’ai décidé de lire un roman graphique de ZEP. C’est la première fois que je rencontre cet auteur en dehors de ma zone de confort, c’est-à-dire : ses albums jeunesse, et notamment Titeuf.

Je ne saurais pas dire si j’ai aimé ou non ma lecture. Les dessins et l’histoire sont plaisants, mais je n’ai pas réussi à rentrer pleinement dans l’histoire et à en ressentir tous les aboutissants. C’est peut-être de ma faute, j’ai tendance à lire rapidement, peut-être trop rapidement, les BDs et romans graphiques.

J’ai commencé à me demander pourquoi William en était là, à partir de quel moment décide-t-on de faire vœu de silence toute sa vie ? Pour moi qui suis une grande bavarde, autant vous dire que c’est impossible ! Mais pour autant, je n’ai jamais réussi à rentrer dans sa tête à proprement parler, à ressentir les émotions pleines du personnage, et c’est ce qui m’a manqué. Je ne me suis pas sentie en osmose avec lui, j’étais plus dans le corps de Méry, qui ne voit pas assez mon goût. La fin est énigmatique, tout comme le cadeau d’héritage de la tante de William. Même si j’en saisis les enjeux, encore une fois, quelque chose m’a manqué.

Est-ce que vous connaissez cette BD ? En avez-vous lu d’autre ? Etiez-vous fan, vous aussi, de Titeuf ?

Bilan du mois·Mini chroniques

Bilan avril 2019

Bonjour ! 

Voici un article que je n’ai pas fait depuis un an car je ne savais plus comment le présenter et qu’il ne me convenait plus. Alors je reviens en essayant de me diversifier un petit peu…

J’ai lu 14 manges, 7 romans graphiques et 6 romans ce mois-ci. Autant vous dire que j’ai des choses à vous présenter ! J’ai eu de très belles découvertes du côté des mangas avec notamment Ikigami et L’enfant et le maudit. 

Couverture Ikigami : Préavis de mort, tome 01

 

L’Ikigami est délivré aux personnes âgées entre 18 et 24 ans qui vont mourir selon la loi de la prospérité nationale pour faire réaliser aux gens la chance qu’ils ont d’être en vie. 

Couverture L'enfant et le maudit, tome 4

 

Dans un tout autre genre, ce manga traite d’une enfant qui est avec une « créature » qui a été maudite. Si tous les gens redoutent ces créatures, celui-ci protège la fillette. Ca déborde de tendresse. 

 

J’ai également deux autres coup de coeur à vous présenter dans les romans graphiques que j’ai eu la chance de pouvoir lire grâce à la bibliothèque. Il s’agit Des filles de Salem ainsi que Le jour où le bus est reparti sans elle.

Couverture Les filles de Salem : comment nous avons condamné nos enfants

 

Cette lecture a été un vrai coup de coeur. Je ne présente pas la BD pour éviter de vous spoiler, mais ça a été une folle prise de conscience.

 

Couverture Le jour où le bus est reparti sans elle

 

En ce qui concerne cette BD, elle est riche en tendresse, en leçon et elle apprend à montrer les bons côtés de la vie… Un T2 est disponible, mais je ne l’ai pas encore lu.

 

Au cours des prochains bilan je vous présenterai toutes mes lectures, ce sera mieux organisé que cette fois, où je ne souhaite pas parler notamment de certaines lectures qui m’ont moyennement plu, mais aussi des romans qui pour une moitié, sont déjà chroniqués. Elles arriveront petit à petit.


 

Mes musiques préférées ce mois-ci :

Bandolero de Moha La Squale.

J’ai le droit aussi de Calogero.

Je vous mets le clip que j’apprécie énormément, nous avons travaillé sur les paroles avec un petit groupe de troisième en mars dernier, et depuis, c’est vrai que je l’écoute bien plus souvent.

Possédé – Djaja & Dinaz


Pour ce qui est des séries, je n’ai pas eu de coup de coeur ce mois-ci, mais j’attends avec impatience la sortie de la saison 2 de Good Girls sur Netflix fin mai !

Résultat de recherche d'images pour "Good girls"

 

Et vous, quels sont vos coups de coeur du mois d’avril ?

Combien avez-vous lu de livre ?

C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi que lisez-vous ? #17

Bonjour,

Je vous retrouve pour mes lectures actuelles !

La semaine dernière j’ai lu : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Donc 2 romans graphiques que j’ai bien apprécié, ainsi que tous les mangas King’s Game (5 en tout) et j’ai commencé Le maître des livres que je vais continuer cette semaine ! J’ai également lu le nouveau livre d’Emily Trunko que j’ai gagné grâce à un concours Instagram sur le compte dédié à son ancien livre.

 

 J’ai également lu le formidable T2 de la saga de Sarah J. Maas, qui m’a emporté comme jamais ! J’ai rarement autant aimé une lecture Fantasy, à part en ce qui concerne La Passe-Miroir ! Je suis tombée, comme beaucoup, amoureuse de Rhysand, à un point assez fou car…

 

 

 

 

Que suis-je en train de lire ? 

Sans surprise, évidemment j’ai commencé Un palais de cendres et de ruines ! Que voulez-vous ? Je n’allais pas laisser Feyre seule, et il est hors de question que Mademoiselle ne garde Rhysand que pour elle !

Je suis également en parallèle en train de continuer la série de mangas Le maître des livres que j’aime vraiment énormément !

Que vais-je lire ensuite ? 

J’ai emprunté des livres à la bibliothèque et notamment ceux-ci qui sont dans le cadre de mes lectures pour mes élèves :

Couverture Je suis CharLiberté !Couverture Brouzouf tour ou la folle virée avec ma grand-mère complètement barrée

Et pour mes lectures personnelles, j’aimerais beaucoup lire PS : Tu me manques qui traine dans ma PAL depuis peu de temps, mais qui me donne très envie au même titre que Les loyautés.