Chroniques

[CHRONIQUE] The gravity of us

The gravity of us.

[COUP DE COEUR]

 

Auteur : Brittainy C. Cherry

Saga : The Elements

Edition : Hugo & Cie

Nombre de page : 375 pages.

Genre : New Romance

C’est une histoire de deuil et d’amour. Ce sentiment qui embrase les êtres humains et réduit leur coeur en cendres. L’alpha et l’oméga de chaque voyage.
Lucy perd sa mère à 18 ans, la laissant elle et ses deux soeurs aînées orphelines. Lorsqu’elle emménage, quelques années plus tard, avec la cadette Mary et son époux, à Wauwatosa dans le Wisconsin, elle rencontre, Graham, mi-écrivain mi- artiste, qui vient lui, de perdre son père.
Ils n’étaient pas faits l’un pour l’autre.
Moi je rêvais. Pour lui la vie n’était qu’une succession de cauchemars.
Il nous arrivait de partager de brefs instants au cours desquels nous étions sur un petit nuage, quand la réalité nous heurtait de plein fouet, et nous forçait à redescendre sur terre. Cependant, si l’occasion m’était accordée de tomber, une fois encore, je tomberais avec lui pour toujours.
Même si nous devions, inéluctablement, nous écraser au sol.

 

Avis.

Couverture The gravity of us

 J’en ai mis du temps à ouvrir ce dernier tome de la saga The Elements. Saga que j’ai adorée, dévorée et après l’ampleur qu’avait pris The Silent Waters pour moi, je n’avais pas réussi à ouvrir un autre livre du genre new romance, et encore moins celui-ci, de peur qu’il ne soit pas à la hauteur malgré cette couverture magnifique, comme les trois autres d’ailleurs.

Et encore une fois, notre auteure a réussi à me surprendre, à me donner les larmes aux yeux et à me faire dévorer ce livre en quelques jours à peine. Je me suis prise d’empathie pour Graham. Oui, que voulez-vous, j’aime les connards froids qui cachent de terribles secrets et qui s’attendrissent grâce à un événement inattendu. Ca fait terriblement cliché n’est-ce pas ? Et pourtant, c’est tellement bien amené, tellement bien traité, qu’on n’y fait même pas attention… J’ai eu d’ailleurs la petite sensation de me retrouver dans un des derniers livres de Nicholas Sparks que j’ai eu l’occasion de lire. (Oui, c’est un compliment assez exemplaire venant de ma part.)

Je me suis attachée à tous les personnages hormis deux que je ne citerai pas pour ne pas vous spoiler. De toute façon, ces deux personnages ne peuvent pas être aimés, il faut être sincère parfois. Mary a eu également tendance à me taper sur les nerfs, même si je comprenais ces réactions pour la bonne et simple raison qu’on est probablement beaucoup à passer par là un jour. En ce qui concerne Lucy, évidemment, c’est un personnage coup de coeur même si elle n’a pas été à la hauteur de mon amour pour Graham et un personnage exceptionnel que je ne vous présente pas.

Encore une fois, la plume de BCC a été extraordinaire, elle nous fait rire, pleurer. Elle est capable d’amener le bonheur, la tristesse, la haine en seulement quelques mots et c’est ce qui fait que j’ai trouvé ce livre formidable au-delà des sentiments présents dans le livre. En effet, on se retrouve face à une auteure qui parvient à susciter les sentiments chez le lecteur, et elle lui tient la main, même quand elle amène des conclusions et des morales un peu difficiles à avaler pour leur véracité, si compliqué à écouter parfois.

Comme vous vous en doutez, c’est un coup de coeur et je suis particulièrement triste de quitter ces 4 couples, cette saga, cette ambiance… J’ose espérer que les one-shot de cette auteure seront traduits en français, pour que je puisse me relancer dans cette écriture qui a été une magnifique découverte il y a déjà deux ans. Merci Brittainy.

Note : ♥♥♥♥♥

 

Publicités
Chroniques

[CHRONIQUE] Jamais plus

Jamais plus

Auteur : Colleen Hoover

Editeur : Hugo & Cie

Collection : New Romance

Nombre de pages : 408

Résumé : Lily Blossom Bloom n’a pas eu une enfance très facile, entre un père violent et une mère qu’elle trouve soumise, mais elle a su s’en sortir dans la vie et est à l’aube de réaliser le rêve de sa vie : ouvrir, à Boston, une boutique de fleurs. Elle vient de rencontrer un neurochirurgien, Ryle, charmant, ambitieux, visiblement aussi attiré par elle qu’elle l’est par lui. Le chemin de Lily semble tout tracé. Elle hésite pourtant encore un peu : il n’est pas facile pour elle de se lancer dans une histoire sentimentale, avec des parents comme les siens et Atlas, ce jeune homme qu’elle avait rencontré adolescente, lui a laissé des souvenirs à la fois merveilleux et douloureux. Est-ce que le chemin de Lily est finalement aussi simple ? Les choix les plus évidents sont-ils les meilleurs ? Le chemin d’une jeune femme pour se trouver et pour rompre le cycle de la violence. Est-ce que l’amour peut tout excuser ?

Avis :

Je suppose que ce n’est pas très étonnant pour ceux qui me suivent sur Instagram de voir que j’ai lu ce livre étant donné que je suis particulièrement friande de New Romance, et notamment des livres de Colleen Hoover, puisque je vous ai d’ailleurs chroniqué November 9 il n’y a pas si longtemps. Évidemment, j’ai énormément entendu parler de Jamais plus, il a touché énormément de monde, et pour cette raison je n’ai pas voulu le lire quand il est sorti. Trop de bruit chez moi, vous savez ce que ça donne, souvent des déceptions. Je n’ai pas résisté bien longtemps à la jolie couverture de ce roman, et encore moins à son résumé.

Et… C’était mal parti. Pendant le premier quart du roman, je n’étais intéressée que par l’histoire passée de Lily. Je m’ennuyais légèrement, et je ne comprenais pas où on voulait en venir, car, j’ai volontairement évité les résumés et les chroniques un peu trop parlantes pour ne pas me faire spoiler le moindre moment de ce roman. J’ai trouvé le rythme pas assez soutenu, trop plat. Jusqu’à ce qu’on entre un peu plus dans le vif du sujet dans l’histoire entre Ryle et Lily. Et là, . Vous m’avez perdu, pour tout vous dire, j’ai mis plusieurs jours à lire la première moitié du livre, et je me suis enfilée (oui, à ce point) les 60% qui restaient cette nuit, jusqu’à 1h30 du matin. Impossible de relâcher le livre. Je voulais savoir comment Lily allait se dépêtrer de ses ennuis, quels choix elle allait faire, parce que je n’étais pas certaine de ce que moi j’aurai fait à sa place.

Comme d’habitude, Colleen Hoover a su me faire rentrer dans son roman à coup d’électrochocs, de moments énervants, larmoyants, écœurants. (Oui rien que ça.) Et je me suis laissée faire, je me suis laissée ballotter par l’amour qu’éprouve Lily pour Ryle, par ses sentiments, par sa façon de penser. Je tiens à dire que le sujet est clairement évoqué dans le résumé donc je ne vous spoile rien, mais on parle énormément de maltraitance ici, de violences physiques au sein d’un couple. Je n’ai jamais autant réfléchi sur ce sujet que pendant ce livre. Il est criant de vérité, on n’est pas seulement face à une dénonciation des femmes battues par leur mari. On est vraiment dans le fait de décortiquer, de savoir pourquoi ils font ça, pourquoi la personne en face n’est pas capable de s’en aller en claquant la porte et sans se retourner. C’est tellement plus compliqué que ça.

« Un jour, quelqu’un m’a dit que les gens négatifs, ça n’existait pas. On est tous des gens qui commettent parfois des actes négatifs. »

Parmi les personnages qui m’ont le plus touché, hormis Lily, notre protagoniste principale, c’est un autre personnage au passé douloureux qui m’a fait me dépouiller les lèvres de colère plus d’une fois. Pour ceux qui ont lu le livre, je pensais que vous aurez compris que je parle d’Atlas. Pas forcément présent à chaque page du roman mais avec une importance à la fois douce, discrète et toute particulière. J’ai également aimé les personnages d’Alyssa et Marshaal, les personnages que vous ne trouverez pas forcément dans la vraie vie si quelque chose vous arrive, mais qui donnent tout de même foi en l’idée que vous n’êtes peut-être pas seule et que la raison l’emporte parfois sur l’amour. Il n’y a aucun personnage que je déteste. Réellement. Et je pense que vous ne comprendrez cela que si vous lisait ce livre avec suffisamment de bienveillance.

La fin est pour moi la bonne. Elle n’est pas dans quelque chose d’impossible, ni dans le drame. Je pense réellement que c’était la meilleure fin qu’il puisse y avoir.

Je ne parlerai pas d’un coup de cœur parce que malheureusement je me suis ennuyée au tout début, mais le reste a bien rattrapé, et c’est, de ce fait, une très bonne lecture, marquante.

Note : ♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] November 9

November 9

[Coup de coeur]

Auteur : Colleen Hoover

Editeur : Hugo&Cie

Nombre de pages : 340

Résumé : Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer.

La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain.

Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre.

Fallon devient alors la source d’inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est une mine d’informations pour lui et, pour tous les deux, c’est le moyen de faire le point sur leur vie.

Jusqu’au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ?

Avis : Wahou, wahou. Par où commencer ? Je me suis procurée ce livre dès sa sortie, je n’ai pas pu attendre, et je l’ai enchaîné dans la foulée. Même si je n’étais pas fan de la couverture, je me suis laissée séduire par le résumé qui m’a beaucoup attiré, et je dois avouer que l’auteure est, en général, pour ma part, source de lectures formidables et intenses pour moi. Je n’ai donc pas hésité longtemps à me lancer dans l’histoire de Ben et Fallon.

On entre tout de suite dans le vif du sujet dès les premières pages avec la découverte de Fallon, de son père, de sa vie… Dès le début, les émotions sont fortes, présentes, et intransigeantes, on se demande même comment Colleen Hoover peut faire en sorte que le soufflet ne retombe pas par la suite. J’ai eu très peur d’être déçue, notamment parce que le sujet, ces deux personnages qui se retrouvent une fois par an à la même date, cela peut être rapidement redondant, et on peut tomber dans l’ennui avec une aisance assez troublante. Mais non, l’auteure réussit à faire en sorte que les émotions qu’elle fait passer soient de plus en plus intenses, et c’est une réussite, comme toujours. On grandit avec les personnages, avec leur douleur, leur joie, leur peur.

Colleen Hoover a une façon de faire passer les sentiments qui reste vraiment naturel dans le sens où on ne sent pas qu’elle en fait trop, c’est ce qu’on peut ressentir dans la vie de tous les jours, mais en plus décuplé à travers les personnages. C’est toujours les bons mots, aux bons moments.

Les personnages… Parlons en des personnages ! J’admets que Fallon m’a parfois un peu énervée à être aussi indécise, et même si je la comprends, j’ai du coup préféré le personnage de Ben. Ce genre de garçon qu’on rêve de rencontrer dans la vraie vie, tendre, gentil, toujours là au bon moment (tiens, ça me rappelle une certaine auteure!). Les passages de leur vie sont tellement émouvants, tellement prenants. J’admets, j’ai versé ma larme plus d’une fois, préparez les paquets de mouchoirs. Ben et Fallon sont des personnages que l’on oublie pas au bout de quelques semaines après la lecture. La preuve, c’est que je fais ma chronique longtemps après ma lecture, et je m’en souviens comme si je l’avais terminé il y a une heure. J’ai eu besoin de pas mal de temps pour m’en remettre, pour me décoller des personnages, pour rester dans ma vie et quitter leurs univers qui m’a fait frissonner d’amour, de peur, de colère. J’ai aussi eu un coup de cœur pour les personnages secondaires, qui ont eux-mêmes réussi à me faire pleurer, je vous laisse savoir le pourquoi du comment en lisant ce livre qui est vraiment une petite pépite. Je me retrouve à travers les personnages, à travers l’écriture de Ben, et ça fait autant de bien que de mal. Tout ce qu’il faut pour faire d’un livre un coup de cœur pour moi.

La fin est belle, mais en revanche, elle ne m’a pas marqué, ce n’est pas une fin inoubliable à mes yeux. Pour ma part, elle a été mal ajustée, mais ça ne regarde que moi, disons simplement que je m’attendais à quelque chose de plus lisse, plus coulant. Mais c’est une belle fin !

Evidemment, je continuerai à lire les livres de Colleen Hoover car ça a aucun été un coup de cœur pour moi. Coup de cœur lu en seulement quelques heures ce qui est assez compliqué pour ma part depuis quelque temps !

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] The elements t3 : The Silent Waters

The elements t3 : The Silent Waters

Auteur : Brittainy C. Cherryelements-tome-3-the-silent-waters-898027-264-432

Série : The elements

Editeur : Hugo&Cie

Nombre de pages : 447 pages

Nous autres, êtres humains, n’oublions jamais les moments qui ont compté.

Résumé : Notre vie est faite de moments. Certains terriblement douloureux, d’autres merveilleusement optimistes. J’ai connu beaucoup de ces moments dans ma vie, des moments qui m’ont changée, des moments de défi. En tout cas, au cours des moments les plus importants – des plus déchirants et des plus incroyables – il était toujours là.

J’avais huit ans quand j’ai perdu ma voix. Une partie de moi m’a été volée, et la seule personne qui pouvait vraiment entendre mon silence était Brooks Griffin. Il était la lumière de mes jours sombres, la promesse du lendemain, jusqu’à ce que la tragédie le rattrape. Une tragédie qui a fini par le noyer dans un océan de souvenirs.

C’est l’histoire d’un garçon et d’une fille qui s’aimaient l’un l’autre, mais qui ne s’aimaient pas eux-mêmes. Une histoire de vie et de mort. D’amour et de promesses brisées.

C’est grâce aux battements de ton cœur que le monde continue de tourner.

Avis : Voilà un livre que je me suis procurée immédiatement à sa sortie le 1er juin. J’ai été une grande fan des deux premiers tomes de cette série, et Brittainy C. Cherry était en passe de devenir une de mes auteures préférées ! C’est donc tout naturellement que je me suis jetée dans ce livre sans me poser aucune question, c’est à peine si j’avais lu le résumé pour tout vous dire. Contrairement à la couverture que je regarde inlassablement, nous pas seulement pour le magnifique mannequin qui est dessus, mais également parce que je trouve que cette série a le mérite d’avoir des couvertures travaillées et magnifiques en ce qui concerne les couleurs !

J’ai été réellement prise dans l’histoire dès les premières pages. Maggie May et Brooks enfants ont su me séduire dès le départ ! Une belle ambiance, de l’amour, que demander de mieux ? Puis petit à petit, des doutes, des drames, de la peur… Tout pour me tenir en haleine en ce qui me concerne. On assiste pendant ces 400 pages, à l’évolution de nos personnages de seulement quelques années à 30 ans. J’ai aimé les voir grandir, évoluer, se découvrir… Je me suis attachée à tous les personnages que j’ai rencontré dans ce livre, de ce fait, je ne me suis pas ennuyée une seule fois, peu importe lorsque le livre passait du point de vue de Maggie à celui de Brooks.

Je sais que je me répète, mais comme d’habitude, Brittainy a réussi à trouver les mots justes pour transmettre les émotions à travers ces personnages. Ou devrais-je dire, les gestes justes même ! L’écriture est toujours aussi belle, fluide, agréable. On lit sans se rendre compte que le temps passe. On se retrouve dans le livre, littéralement, et on vit petit à petit, avec eux.

Je tourne autour depuis tout à l’heure, alors, justement, parlons des personnages. Ceux qui ont lu cette petite merveille ne seront pas étonnée que je me sois encore faîte un bookboyfriend avec Brooks ! J’ai aimé ce personnage plus que tous les autres… Maggie est aussi très attachante, ce traumatisme qui la ronge fait qu’on a cette envie de la protéger, de l’aimer… Et je n’ai pas pu m’empêcher de me retrouver à travers eux, à travers leurs passions. La passion de Maggie May pour la lecture, et celle de Brooks pour la musique… On a des références magnifiques tout au long du livre, très intéressantes, très prenantes. J’ai eu un peu plus de mal avec la mère de Maggie au fur et à mesure du livre, personnage que j’ai réussi tout de même à apprécier, à comprendre, et même à pleurer lorsque cela me semblait normal, et nécessaire parfois.

La fin est très belle, terriblement belle, et je pense que notre auteure n’aurait pas pu faire mieux.

En résumé, ce livre est un énorme, ENORME coup de cœur ! Comme les deux autres que j’ai déjà lu de cette série, et j’attend le dernier tome qui ne sortira pas avant quelques mois 😦 avec impatience ! Je pense aussi me mettre à lire les prochains livres de cette auteure, ainsi que ceux qui sont déjà parus et que je n’ai pas encore en ma possession !

Un bâtiment avec des murs n’était pas un foyer. Le foyer était le lieu où la chaleur de l’amour existait entre deux personnes. Brooks était mon foyer.

Note : ♥♥♥♥♥

Top 10 tuesday

TTT : Les 10 romans préférés écrits par des auteurs américains.

Bonsoir !

Aujourd’hui je reprend le TTT de Frogzine avec les 10 romans d’auteurs américains que j’ai préféré !

 

N’hésitez pas à me dire s’il y a un.e auteur.e qui n’est pas américain.e j’ai parfois eu des doutes ! On remarque en tout cas la forte présence de Brittainy C. Cherry dont j’apprécie tout particulièrement les livres !

Et vous ? Vos 10 romans préférés par des auteurs américains, ce sont lesquels ?

C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi, que lisez-vous ? #3

Bonjour, on se retrouve pour un c’est lundi que lisez-vous ! Je lis moins cette semaine à cause des partiels mais j’ai fait quand même deux belles découvertes dont vous avez pu lire les chroniques, donc petit bilan.

.

Qu’ai-je lu la semaine passée ? 

Deux jolies découvertes qui m’ont plu même si ce n’est pas du tout le même genre. Les deux s’inscrivent dans le genre du Young Adult mais My Wattpad Love est un genre de new romance adolescente, tandis que La Faucheuse est clairement une dystopie.

Que suis-je en train de lire ? 

with-you-930660-264-432J’ai décidé de tenter une Dark Romance dont j’ai beaucoup entendue parler, donc je me suis lancée ce matin !

Résumé :

Il y a quatorze ans, les vies de Reagan Kane et de Vic Kristensen se sont liées à jamais. Ils ont été kidnappés et séquestrés durant leur adolescence. Ensembles, ils ont vécu le pire, et dans le secret, ils se sont aimés malgré le calvaire de leur captivité. Mais la vie les a séparés. Aujourd’hui, alors que la justice s’apprête à être rendue, leurs chemins vont se croiser de nouveau. Ils ont changé, et les stigmates de plusieurs années de souffrance ont forgés leurs existences. Lorsque le présent les replonge dans leurs cauchemars du passé, Reagan et Vic vont découvrir que les blessures infligées à cet amour, sont loin d’être refermées.

.

Que vais-je lire ensuite ?

Bonne question ! Je n’ai pas encore d’idée car j’attends la fin de mes partiels, tout simplement. Je sais, ça fait deux fois que je ne sais pas, mais je suis plutôt du genre à choisir mes lectures sur le tas, au dernier moment. Mais comme d’habitude, si vous avez des livres à me conseiller, c’est avec plaisir !

Chroniques

[CHRONIQUE] The Elements T2 : The Fire.

the-elements-tome-2-the-fire-879958-264-4322The Elements T2 : The Fire.

Auteur : Brittainy C. Cherry

Edition : Hugo New Romance

Pages : 439

Résumé : Deux amis que tout oppose en apparence, mais qui au fond se ressemblent, brisés par des relations familiales difficiles, tombent amoureux jusqu’à devenir une drogue l’un pour l’autre. Elle a toujours été la femme de sa vie, et lui pour elle, son plus douloureux échec. Parviendront – ils à vivre l’un sans l’autre ?

 » Quand on trouve une personne qui parvient à vous faire rire quand votre coeur a envie de pleurer, il faut s’y accrocher. Ces sont ces personnes-là qui changent notre vie pour le meilleur. »  – Alyssa.

Avis : J’avais beaucoup aimé le premier tome de la saga The Elements. Il s’agissait de The air he breathes. J’ai donc décidé de me procurer rapidement le second tome. J’ai été aussitôt attirée par la couverture que je trouve très originale, et par le résumé ! Je me suis donc lancée dans l’histoire de Logan et Alyssa.

Je suis entrée dans l’histoire dès les premières pages. J’apprécie vraiment le genre de la New Romance grâce à cette saga qui mélange une histoire d’amour à la fois belle et compliquée, à des drames et des moments d’érotisme qui ne sont pas gênants ni omniprésents. Pendant cette première partie du livre, Alyssa et Logan sont des jeunes adultes, ce qui, contrairement à certaine fois, ne m’a pas dérangé du tout. Et au fur et à mesure que les pages tournent, ils deviennent adultes, et on est transporté comme dans une seconde histoire, encore plus prenante et toujours plus touchante.

J’aime beaucoup l’écriture de cette auteure qui fait qu’on a une romance à la fois douce et dramatique. Elle sait choisir ses mots et les poser comme il faut pour nous rendre les personnages attachants ou totalement antipathiques. Elle a les mots exacts pour nous faire rentrer dans l’histoire, pour développer du mieux possible ses personnages.

Pendant le roman, on oscille entre la vision d’Alyssa et de Logan. J’ai évidemment adoré ces deux personnages principaux ainsi que Kellan et Erika, qui me fait un peu penser à moi, cette envie de tout refaire quand quelque chose ne va pas… Cependant, ma préférence va pour Logan. (Oui, oui, j’aime le cliché du bad boy torturé.) Parfois, je l’ai détesté, parfois, je ne pouvais pas m’empêcher d’être comme Alyssa, cette envie de protéger, d’aimer, de revenir toujours vers ce personnage…

Mon passage préféré est le passage qui arrive juste après l’annonce de la seconde partie. Pensez à moi quand vous le lirez, il ne m’a pas laissé insensible !

Je ne vous cache rien si je vous dis ouvertement qu’il y a aussi des personnages que j’ai détesté, c’est le cas de la mère d’Alyssa et de Ricky, le père de Logan. Je ne ferai pas de spoil, donc je vous laisse découvrir pourquoi. A la fois, je trouve ces personnages particulièrement importants. Brittainy dénonce les clichés qu’on peut avoir sur la parfaite petite vie de famille, sur les junkies, tout en les reprenant. On a aussi une grande dénonciation de la domination morale par l’amour et par la drogue que je vous laisse découvrir pendant votre lecture.→ J’ai trouvé que c’était une bonne idée, et que ça pouvait être une bonne sensibilisation pour des adolescents qui pourraient lire le livre.

A certains moments, on retrouve cette même relation torturée qu’on retrouvait entre les deux personnages principaux de The air he breathes, et cela n’échappe pas. J’attends donc impatiemment le troisième tome de cette saga qui sortira en juin. En espérant qu’il me plaira autant que les deux précédents, qui sont tous les deux des coups de cœur !

C’est un livre que je vous recommande vraiment, surtout pour les amateurs
de Romance, les 400 pages en valent la peine. Surtout si vous avez envie d’osciller entre le rire et les larmes !

Note :  ♥ ♥ ♥ ♥ ♥