Chroniques

[CHRONIQUE] 5150, rue des Ormes.

5150, rue des Ormes.

Auteur : Patrick Senécal. Genre : Horreur.  Editeur : Alire. Pages : 367.


Couverture 5150, rue des Ormes

 

 » Yannick Bérubé, 23 ans est séquestré au 5150, rue des Ormes chez les Beaulieu, une famille de fou. Le père est un joueur invétéré d’échecs, Maude, la mère, ne vit que pour le seigneur, et c’était sans compter sur Michelle, l’adolescente, probablement la plus dangereuse… Anne, la plus jeune, reste désespérément muette. Yannick doit s’évader avant de perdre la vie, ou la raison. Il y a urgence. « 

 

Avis Demynotebook.

Je l’avoue, je suis dans ma période horreur, je crois que ça se voit avec mes dernières lectures… Je me suis donc lancée dans une valeur sûre à mes yeux : un roman de Senécal, un huis-clos qui plus est !

Yannick m’a emporté chez les Beaulieu suite à sa chute à vélo. Il aurait mieux fait de se casser une jambe ce jour-là ! Il n’est pas entré chez les bonnes personnes, et il a vu et entendu des choses pas très normales dans cette maison. Dommage hein ? Ce qui est encore plus dommage, c’est qu’il va devoir rester ici. Pour mourir ? Peut-être pas maintenant.

On entre dans cette maison pleine d’angoisse en espérant que ce soit sanglant et… Sachez que ce n’est pas le cas ! On est beaucoup plus porté sur la psychologie démente des personnages, et pour autant, ça reste vraiment flippant et complètement barré. Je vous mets au défi de rester seulement une journée chez les Beaulieu ! Vous allez être servi.

Et le pire ? C’est que vous risquez de vous attacher à certains personnages de cette famille. Après tout, Maude est gentille, douce, et Jacques veut juste vous nourrir, être sympa avec vous, et jouer aux échecs. Il est Juste, si vous n’avez rien fait, il ne vous fera pas de mal. On se demande même ce qui l’a rendu aussi cinglé. On éprouverait presque de la peine pour lui et pour sa femme.

En revanche, Anne et Michelle sont beaucoup plus… dangereuses. Si Anne m’a fait de la peine et je ressentais plutôt l’envie de la protéger comme Maude, je pense que je ne tiens pas deux secondes avec Michelle auprès de moi ! La Reine Rouge n’est pas docile, et elle n’a aucun principe. Autant vous dire que je ne suis pas sûre de vouloir faire ne serait-ce qu’une soirée en compagnie de cette fille qui parait beaucoup plus vieille qu’elle ne l’est. Je ne sais pas si je l’ai détesté pour son comportement ou alors parce qu’elle me fait peur.

Les événements se déroulent doucement mais sûrement, la seule chose qui a pu me gêner, c’est cette sensation de ne pas avancer, de tourner en rond. Effectivement, les scènes tournent en rond, mais ce n’est pas le cas de l’état mental de notre personnage principal qui lui, avance à grand pas ! Peut-être même trop pour que ça puisse me paraître réaliste jusqu’au bout.

La fin m’a moyennement plu en revanche. J’ai eu la sensation que c’était un peu bâclé. Comme nous en discutions avec un ami, effectivement, Senécal à tendance à louper ses fins, et celle-ci en fait plus ou moins partie. Je suis restée sur ma faim : on manque de précisions… Heureusement, on m’a quand même fait remarquer qu’une certaine suite a lieu dans Aliss, que je suis actuellement en train de lire de ce fait. Mais, toujours est-il que l’horreur est insoutenable à la fin, et si j’ai aimé cette partie, les dernières pas m’ont un petit peu refroidie… Je vous laisse vous faire votre propre idée !

Je viens de m’apercevoir qu’il existe un film sur ce livre… A voir donc !

Publicités
Blabla time·J'ai testé pour vous...

La PAL, utile ou non ?

Bonjour ! 

Je vous retrouve pour vous parler de quelque chose qu’on voit beaucoup sur les blogs mais aussi les réseaux sociaux, et notamment Instagram : les PAL (du mois ou de la semaine.) Alors pour ceux qui ne le sauraient pas, la PAL c’est une Pile à Lire. 

En gros, avoir une PAL c’est soit :

  • Tous les livres que vous avez en votre possession et que vous n’avez pas lu.
  • Une pile de livres que vous devez lire à tel moment, souvent dans le mois ou pour un événement.

Résultat de recherche d'images pour "Pile à lire"

En ce qui me concerne… Je ne fais jamais de PAL en dehors des événements qui l’imposent plus ou moins ou en dehors de mes vacances parce qu’il faut bien que je sache ce que je vais emporter comme livres… (Je dis ça, mais ça ne marche absolument pas pour la liseuse !)

Pourquoi je ne fais jamais de PAL ? 

Hé bien, en ce qui me concerne, il ne s’agit plus d’une pile à lire, mais d’une montagne. Je pense que l’Everest est plus simple à escalader… Pour vous faire une idée, je pense que je dois bien avoir 400 ou 500 livres à lire entre ma liseuse et mes formats papiers. (Merci d’appeler les pompiers immédiatement, j’en vois quelques-uns qui sont tombés dans les pommes devant l’écran !)

Je ne fais pas de PAL pour la simple et bonne raison que je ne m’y tiens jamais. Je suis très indécise et mes lectures dépendent énormément de mon humeur, de la période de l’année, de ce qui se passe autour de moi. Je choisis mes lectures plus ou moins au hasard. Je sais juste m’organiser quand j’ai des SP (= Services presses). Pour mes lectures personnelles, je dois bien avouer que c’est l’apocalypse ! C’est aussi une manière pour moi de ne pas me culpabiliser si je ne lis pas ce que j’avais prévu de lire. Si je n’avais rien prévu, je ne peux pas m’en vouloir !

Et toi ? Tu fais une PAL ? Tu t’y tiens ? 

Blabla time·Tribulations

Moi, de toute façon, j’aime pas lire.

Bonjour ! 

Aujourd’hui je viens vous parler du plus gros mensonge auquel j’ai le droit chaque année, voir à chaque changement d’établissement quand ça concerne les élèves ! Oui, car ça ne concerne pas que les élèves. Je suis avec quelqu’un qui n’aime pas lire, qui ne lit jamais, autant vous dire que logiquement, il n’est pas tombé sur la bonne personne ! Mais il s’en accommode, alors je fais de même.

Image associée

Adultes, élèves, adolescents, proches : même combat !

Je pars du principe qu’il est impossible, selon moi, de ne pas aimer lire, pourquoi ? Tout simplement parce qu’il me semble plutôt que c’est comme regarder la télé. Il y a toujours quelque chose qui finit bien par nous plaire, mais encore faut-il trouver ce que c’est…

J’ai dû expliquer à mes collégiens que s’ils lisaient des mangas, c’est qu’ils aimaient lire. Certains m’ont dit : Bah non, ce n’est pas de la lecture. Bah si ! Bon dieu. La lecture ce n’est pas que les romans. J’estime que chacun aime lire quelque chose : des romans, des BD, des mangas, la presse… D’autant plus qu’on lit tous les jours : sur nos pc, nos portables, pour lire des articles, des sms, des conversations, des histoires… A mes yeux, on aime forcément lire !

 » Oui, ok, mais je n’aime pas me retrouver devant un livre. »

Encore une fois, je pense qu’il s’agit d’une question de goût et d’attente. Mon conjoint déteste lire mais à l’occasion, il peut lire une BD, ou un magazine de rallye, de sport… A mes yeux, il s’agit encore de lecture. Après tout, peut-être qu’il ne s’agit pas non plus seulement du support, mais aussi tout simplement du sujet !

Je suis une lectrice facile en ce qui me concerne : je lis des romans, des mangas, des BDs, mais peu de documentaires et d’essais. Mais les sujets sont très divers et variés, je lis de la romance, de l’horreur, du young adult, des thrillers, de la dark romance, des témoignages… Et il y a encore énormément de genres, que je n’apprécie pas forcément, mais qui peuvent être tout aussi géniaux ! A mes yeux, il s’agit surtout de choisir le genre, et ensuite de choisir le support…

Personnellement, je conseille beaucoup les livres selon l’âge, les passions, les impressions… (Et j’ai tapé dans le mille deux ou trois fois pour mes élèves cette année avec Lux et Entre chiens et loups pour deux jeunes filles qui ne voulaient pas ouvrir un livre d’autant plus que  » Madame je comprends pas avec ma dyslexie « .) C’est moi évident avec les adultes tout simplement car ce n’est pas mon genre de prédilection pour ce qui est du contemporain, humour, comédie…

Et vous ? Vous connaissez des personnes de votre entourage qui n’aiment pas lire ? Comment vous réagissez ? Vous pensez que c’est possible de ne pas aimer lire du tout ? Vous avez déjà réussi à convaincre quelqu’un de lire, et au final… Cette personne a apprécié ? 

Bilan du mois

Bilan Juin 2019

Bonjour ! 

La fin du mois est déjà arrivée, la Japan Expo approche, les vacances également mais le mois a été un peu chargé, donc j’avoue avoir un peu moins lu.


Blanche Neige de Louis-Pier Sicard : 197 pages : Un petit roman horrifique de la saga des Contes interdits que vous pouvez retrouver ici.

Oh, boy ! De Marie-Aude Murail : 201 pages : Un petit coup de cœur pour ce roman à la fois au top pour les adultes et pour les plus jeunes ados comme enfants ! Vous pouvez retrouver la chronique ici.

Le maître des livres T6, T7 & T8 de Umiharu Shinohara : 571 pages : Une très bonne continuation pour cette superbe série que je vous ai déjà présenté ici.

Dark psycho T2 : The Devil de Thania Odyne : 336 pages : Une dark romance que j’ai préféré par rapport au premier tome dont je vous avais déjà parlé ! La chronique est juste ici.

The End de ZEP : 90 pages : Une BD superbement bien réalisée avec une jolie morale écologique qui a le mérite de rester dans les esprits ! La chronique est présente sur le blog ici.

Yallah Bye de Joseph Safieddine : 168 pages : Une BD dont je vous ai parlé récemment sur la guerre et le conflit israëlo-libanais de 2006 avec de magnifiques planches. Pour plus de détails, c’est ici que ça se passe.

Lou ! T7 : La cabane de Julien Neel : 48 pages : J’ai repris cette superbe série… J’avais adoré quand j’étais adolescente, alors je me suis remise dedans et j’attends de pouvoir lire le dernier tome. Je vous parlerai de cette série prochainement.

Errance d’Inio Asano : 246 pages : Un très beau manga que j’ai adoré et que je vous ai présenté ici.

Le couvent des damnées T3 & T4 de Minoru Tayeyoshi : 384 pages : Je continue cette série que j’aurai probablement terminé le 1er ou le 2 juillet ! J’ai fait durer le plaisir car c’est un vrai coup de coeur.

J’ai re changé d’établissement en début de mois et j’ai dû lire plus ou moins grandement les oeuvres Croc-Blanc et Felicidad, ce qui fait que mes lectures personnelles ont été légèrement impactées. Néanmoins, cela fait un total de 2241 pages pour 12 livres, et une bonne préparation à la Japan Expo que j’attends avec impatience !


Du coup, du côté séries j’ai eu pas mal de petites découvertes, et je me suis remise dans deux séries que j’avais déjà adorées.

Résultat de recherche d'images pour "Good Girls"

En premier, Good Girls, évidemment, dont je vais vous parler prochainement également car c’est vraiment une série que j’adore ! Par ailleurs, je vous ai parlé de Chernobyl qui est une excellente série que j’ai beaucoup aimé ! J’ai commencé GOT (maintenant que plus personne n’en parle !) et j’ai repris Aggretsuko avec la saison 2 disponible sur Netflix : je suis fan ! Dans le même genre (animé) j’ai adoré Glambing School !

Résultat de recherche d'images pour "Aggretsuko"


Pour la musique : 

J’ai fait mon spectacle de zumba le week-end dernier et on a dansé à la fin sur Le Coach de Soprano et je pense que cette musique va me poursuivre tout l’été malgré mes difficultés à aller à la salle ces derniers temps par cette chaleur…

 

Du côté personnel : le mois a été bien rempli, j’ai changé d’établissement pour revenir dans celui d’origine où je me sentais bien. J’ai également fait mon dernier cours de zumba, fêter mon anniversaire, celui de mon conjoint, ainsi qu’être invitée à un mariage particulièrement important pour moi ! Bref, c’était sport ! Et ce n’est pas terminé. Le début du mois de juillet s’annonce pas mal aussi, mais on en reparlera au prochain bilan !

Et vous ? Vos coups de coeur du mois ? Vos activités ? Et vous avez eu le temps de lire ? 

Chroniques·Les lectures de la prof

[CHRONIQUE] Yallah Bye

Yallah Bye

Auteur : Joseph Safieddine. Genre : BD contemporaine.  Editeur : Le Lombard. Pages : 168.


 

Couverture Yallah Bye

 » Comme tous les étés, Mustapha emmène sa famille au Liban, son pays d’origine. Mais nous sommes en 2006, à Tyr, dans le sud du pays et les bombes lâchées par Israël sont nombreuses. 24 ans plus tôt, Mustapha a dû fuir son pays à cause de la guerre. Que choisira-t-il cette fois-ci ? Pendant que son fils, resté en France, tente de faire tout ce qu’il peut pour ramener sa famille en sécurité, loin de la guerre. « 

 

Avis Demynotebook.

Je vous retrouve pour une BD avec un thème encore une fois très actuel puisqu’elle traite de la guerre, même s’il s’agit des tensions entre Israël et le Liban au cours de l’année 2006. Si cette tension n’est plus d’actualité, en revanche, on en retrouve fréquemment dans certains pays, comme on a pu le constater récemment avec les attentats au Sri Lanka ou encore le retour de plusieurs Français qui avaient été pris en otage. Bref, je ne suis pas là pour vous faire un cours d’histoire, non seulement car je ne maîtrise pas du tout le sujet, mais en plus, mon truc à moi, c’est plutôt la lecture !

J’ai été très touchée par cette BD même si j’admets avoir trouvé notre personnage principal : Mustapha, clairement détestable. Je l’ai vu comme un menteur, un manipulateur et quelqu’un qui faisait passer ses convictions avant sa famille. C’est quelque chose qui m’a profondément dérangée, non pas dans l’histoire, qui est elle très intéressante et très bien ficelée, mais vraiment dans le caractère et le personnage. Je ne me suis pas attachée à lui.

En revanche, j’ai beaucoup aimé les autres personnages de cette famille : le frère resté en France qui fait tout pour aider les autres tout en essayant de garder une contenance devant ses amis. La mère qui tente de garder ses deux enfants en sécurité malgré l’endroit où ils se trouvent…

Résultat de recherche d'images pour "Yallah Bye"

C’était très intéressant de voir la cavale des personnages pour échapper à la guerre qui se rapprochait d’eux petit à petit. J’ai également réussi à suffoquer toute seule en voyant que l’ambassade ne pouvait (voulait ?) rien faire pour mettre ses ressortissants à l’abri… Je comprends cette mère de famille au bord de la crise de nerfs, ce frère qui tente l’impossible par tous les moyens. En revanche, je m’attendais à un événement qui n’est jamais survenu… Le frère parti au Liban est hémophile, maladie qui, je pensais, serait bien plus décrite et aurait une importance dans cette BD, ce qui n’a pas été le cas.

Si je ne me trompe pas, cette BD est un témoignage. L’auteur est d’ailleurs franco-libanais. J’ai été impressionnée par la véracité des propos, par l’ambiance qu’on retrouve dans cette BD : On est dans une angoisse pure et permanente alors que nos personnages, notamment les hommes, restent très calmes, ne paraissent pas paniquer, et encore moins s’inquiéter.  » On a l’habitude « . C’est quelque chose qui m’a beaucoup marquée, étant habituée, il faut le dire, à être dans un pays calme, malgré les attentats ces dernières années, nous ne connaissons pas ce risque des bombes qui pleuvent au-dessus de nos têtes sur tout le pays. Je pense que cette BD va me poursuivre encore longtemps, il s’agit du genre de lecture que je n’oublierai pas de si tôt de par ses faits marquants.

De plus, les dessins sont très beaux, on a une belle couleur chaude qui rend la lecture très agréable, les planches sont magnifiques. Un grand bravo au dessinateur coréen.


Image associée

L’avis de la prof.

Je pense qu’on pourrait parfaitement utiliser cette BD pour les 3e et pour les lycéens, mais plutôt dans le domaine de l’histoire car on n’y fait pas assez référence en français, du moins selon moi. C’est aussi une possibilité pour les BTS dans la thématique : Seul avec tous. On est clairement dans ce cas de figure avec Mustapha, très entouré, qui ne sait pas s’il doit être fidèle à son pays ou à sa famille. Le dilemme est cornélien, et de ce fait, on pourrait éventuellement en parler avec les 4e sur la thématique de l’argumentation, des valeurs…

J'ai testé pour vous...

J’ai testé pour vous… Devenir partenaire de maisons d’édition.

Bonjour ! 

Je vous retrouve pour un article qui, je pense, suscite toujours pas mal de foule… Les partenariats avec les maisons d’édition qu’on appellera gentiment ME tout au long de l’article parce que je suis une flemmarde. Ca, c’est dit.

Pour ceux qui le savent, j’ai la chance d’être dans un partenariat régulier avec Michel Lafon (merci à eux!) et j’ai également travaillé avec Ofelbe pendant un petit moment. J’aimerais vous dire que c’est grâce à mon travail etc. Alors oui, bien sûr, ça en fait partie, mais c’est aussi du piston… Néanmoins, ce piston n’arrive pas seul : si vous ne soignez pas votre blog, si vous ne postez pas, et que vous écrivez comme à l’époque de SkyblOg avec des Majuscules Partout et en doublant toutes les leettrees… Vous vous doutez bien que ça ne va pas le faire. Après si vous avez la chance de connaître quelqu’un qui fait partie de ces ME qui proposent de rajouter au bout d’un certains temps, des personnes, avec par la suite leur validation… N’hésitez pas.

Vous voulez que je sois sincère ? Je n’ai jamais eu une réponse positive (pour le moment, je touche du bois et de la peau de singe !) de la part d’une maison d’édition par mail.

Résultat de recherche d'images pour "Partenariat maison d'édition"

Avant tout, sachez que les ME ne répondent pas toujours à vos mails : ils croulent dessous. Si en plus votre blog est tout neuf, il y a peu de chances que vous soyez pris. Généralement, on vous demande d’avoir un blog que vous tenez depuis au moins un an, avec une fréquence de publication, et parfois… Beaucoup d’abonnés sur vos réseaux sociaux. Je suis d’accord, ce n’est pas juste, mais ça fonctionne parfois comme ça pour certains même si le nombre d’abonnés ne garantit pas la qualité, je ne vous apprends rien.

JACKPOT ! 

Une ME vous accepte ! Génial. Ca se passe comment maintenant ? Ca dépend énormément des ME… Sachez que ce partenariat vous engage à recevoir un livre que vous allez chroniquer, généralement on vous laisse un délai d’un mois. Vous ne payez pas votre livre, mais en échange vous devez faire une chronique. Un petit conseil, n’acceptez pas les partenariats où on vous demande forcément de faire une chronique sympathique… Si vous n’avez pas aimé le livre, vous ne l’avez pas aimé. C’est dommage, mais ça arrive.

Résultat de recherche d'images pour "Partenariat"

Généralement, la ME vous propose les sorties et choisi qui les recevra, ou alors c’est à vous de demander ce que vous souhaitez. On ne vous envoie pas un livre que vous ne voulez pas : ça n’a aucun intérêt.

En dehors des ME, vous pouvez aussi avoir des auteurs qui vous contactent. Soit ils font déjà partie d’une ME, soit ils sont auto-édités. Je dois dire que je lis très peu d’auto-édités et que je n’accepte plus les partenariats de ce type, mais je vous en parlerai une autre fois. Quand ces auteurs vous contactent, généralement on va vous demander votre adresse etc, et vous aurez aussi probablement un délai ! Mais techniquement, comme vous le voyez, tout se passe bien. Si vous êtes en retard, vous contactez votre ME ou l’auteur concerné.

Quelques petits conseils pour débuter ? 

  • Tentez votre chance sur Babelio.

C’est comme ça que j’ai réussi à avoir mes premiers partenariats, sur des livres plus ou moins récents et en choisissant ce que je souhaitais.

  • Ne prenez pas des livres qui ne vous intéressent pas.

Ca parait logique, je suis d’accord avec vous. Mais combien le font quand même ? Si vous lisez de la romance et que vous détestez les polars, n’acceptait donc pas un policier ! Votre lecture sera fastidieuse et vous risquez de ne jamais finir le livre, donc de ne pas rendre votre chronique, donc de vous attirer le gourou des ME.

  • Si vous n’avez pas le temps, vous n’avez pas le temps.

Ne vous forcez pas à prendre des SP (= Services presse) parce qu’ils vous tentent peut-être alors que vous n’avez pas le temps de le lire… Encore une fois, vous allez vous créer un propre blocage, et ce n’est pas le but…

  • Soyez sincères.

Ne démarchez pas des maisons d’éditions qui ne vous intéressent absolument pas. Si vous ne lisez pas de mangas, n’allez pas voir Kazé ou Ki-Oon, c’est logique… C’est comme si personnellement j’allais voir des ME qui proposent en grande majorité des polars alors que je déteste ça… De plus, quand vous faites une chronique, restez sincère… Inutile de vouloir faire plaisir à la ME ou à l’auteur si ce n’est pas ce que vous pensez. Cela ne vous empêche pas de lui glisser un petit mot de remerciements tout de même !

Pour le moment je suis bien dans ma petite bulle avec Michel Lafon et les quelques auteurs qui ont le courage et la gentillesse de me demander mon avis sur leur livre. C’est vrai que j’aimerais beaucoup étendre mes recherches, ma culture, à travers ce genre de partenariat plutôt du côté des mangas, mais sachez vous contenter de ce que vous avez. Vous n’avez pas assez ? Continuez de bosser sur votre blog, je vous assure que ça finira par payer. Paroles d’une jeune femme qui a voulu tout supprimer il y a quelques mois avant de s’y remettre à fond.

Chroniques

[CHRONIQUE] Dark psycho T2 : The Devil.

Dark Psycho T2 : The Devil. 

Auteur : Thania Odyne. Genre : Dark Romance.  Edition : AutoEdité. Pages : 336.


Attention : Ce livre est réservé à un public averti. 

Couverture Dark Psycho, tome 2 : The Devil

 

 » Dans ce nouveau tome, nous allons davantage nous concentré sur Samuel : le frère de Kay. Il est blessé, torturé et dangereux. Pourtant Léna va réussir à s’approcher de lui. Ce ne sera pas sans conséquences. Elle pensait déjà connaître l’enfer, c’était bien avant de découvrir qui réellement Sam et de quoi il est capable. Le sang va couler, et le feu ne cessera pas. Est-elle prête à entrer dans la danse ? Rien n’en n’est moins sûr. Pourtant, lui non plus ne semble pas aussi prêt qu’il ne le laissait penser… « 

 

Avis Demynotebook.

Encore une fois : il s’agit d’une dark romance, c’est-à-dire d’un thriller qui marque la romance entre une victime et son bourreau, ne l’oubliez pas.

J’avais lu le premier tome et je vous laisse retrouver ma chronique si elle vous intéresse juste ici : Dark Psycho T1. Si j’avais aimé l’ambiance, je ne m’étais pas attachée aux personnages. Ici, on va à nouveau retrouver Kayden et Eleanor, mais ils ne seront pas l’élément central de l’histoire car on va s’intéresser à celui que j’ai détesté pendant tout le premier tome… Samuel. Et autant vous dire que je ne vais pas me laisser bernée facilement pour éprouver de la sympathie envers lui !

Enfin ça, c’est ce que je me disais quand j’ai relu rapidement ma chronique pour me remettre l’histoire en tête… Si pendant la première partie du roman, encore une fois, je me suis retrouvée à le détester et à trouver Léna, notre nouvelle proie, complètement stupide… J’admets avoir réussi à éprouver de la compassion pour lui dans la seconde partie du roman. Que voulez-vous ? Je suis une irréductible sentimentale et les hommes torturés me font toujours de la peine. Et visiblement, je ne suis pas la seule, Léna est une idiote naïve ? Hé bien moi aussi ! Je me suis laissée entraîner dans les méandres du passé de Samuel et j’ai même été surprise.

Attention, on est loin de la petite new romance avec le personnage torturé qu’on aime de tout son coeur parce que blablabla. On est dans un véritable film d’horreur. On oscille réellement entre thriller et romance, et j’admets que contrairement à la dernière fois, ça m’a beaucoup plu et j’ai littéralement dévoré les 150 dernières pages. L’action est toujours présente, palpable, on veut savoir ce qui va se passer par la suite, bref, j’ai adoré. En revanche, on est dans du glauque pour du glauque et ce qui a pu éventuellement me gêner, c’est le fait que j’ai eu la sensation qu’on avait des passages de tortures ou des scènes de sexe « gratuits » qui ne servaient pas forcément à l’histoire et j’ai trouvé ça dommage… Ca ne m’a absolument pas empêchée d’aimer ma lecture mais c’était parfois un peu trop à mon goût.

La fin m’a terriblement énervée ! Pas parce que c’est clairement cliché ou autre, ah non, pas du tout ! Mais plutôt parce que je vais devoir me procurer le 3ème tome en urgence pour le lire. On est sur une sorte de cliff-hanger un peu prévisible dans les dernières pages, mais ça n’a pas entamé mon envie de continuer la saga. Visiblement, et selon les mots de l’auteure, on va continuer cette histoire mais tout en se tournant majoritairement sur le 3ème frère qui passe pour le « gentil » de la famille au milieu de cette bande de fous : Phil.

J’ai hâte de passer à ce troisième tome, et moi qui avais dit que je ne me lançais dans la lecture du second par pure curiosité, j’ai cette fois radicalement changé d’avis… En espérant continuer dans cette lignée.

Vous connaissez cette saga ? Vous en pensez quoi ?