Chroniques·Les lectures de la prof

[CHRONIQUE] Oh, Boy !

Oh, boy !  

Auteur : Marie-Aude Murail. Genre : Contemporain/Jeunesse.  Edition : L’école des loisirs. Pages : 201.


 

Couverture Oh, boy !

 

 

 » Siméon, Morgane et Venise Morlevent se réveillent un matin sans parents. Impossible de les séparer, ils ne les laisseront pas faire. Alors, maintenant, à savoir qui va s’occuper d’eux. Josiane, la demi-soeur antipathique, ou Bart, le demi-frère complètement à côté de la plaque ?  « 

 

Avis Demynotebook.

Quel beau roman ! Je pense que je bois littéralement la plume de Marie-Aude Murail depuis que j’ai commencé à lire Sauveur et fils. Encore une fois, je me suis beaucoup attachée aux personnages entre Siméon, le surdoué, Morgane le fantôme et Venise la belle…

On vit réellement avec eux ce qu’ils endurent, et j’ai trouvé ça à la fois bien écrit et simple à lire. J’ai dévoré ce roman en une journée. On les suit à travers les différentes étapes du tutorat, d’une éventuelle adoption, mais aussi à travers d’autres éléments graves, intimes, pesants, et comme toujours, c’est beau à lire et on ne ressent pas la tension extrême que nous fait, normalement, endurer ces types de sujets. Ils sont pris avec des pincettes, mais sans cacher la vérité. Encore une fois, je trouve que c’est l’idéal pour les enfants, et ces romans jeunesses apprennent autant aux petits, qu’aux ados et adultes.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Bart, qui m’a un peu rappelé ma façon d’être, de paniquer, de ne pas se sentir capable. Pour autant, je n’aime pas le personnage de Josiane mais j’ai pu ressentir de la compassion pour elle, grandement. J’estime néanmoins que cette compassion ne dépasse pas la peur que peut avoir une femme, et rien de plus.


Image associée

L’avis de la prof.

J’utiliserai facilement ce livre avec mes collégiens, peu importe que ce soit des 6e ou des 3e. Les sujets et l’écriture sont accessibles à tous et c’est ce qui me plait énormément. Ils se portent davantage, il me semble, aux programmes de 5e sur la différence et de 3e sur la dénonciation de la société. Il est utilisable avec n’importe quel niveau, mais il s’agit d’une lecture jeunesse, alors évidemment, ce n’est pas ce que j’utiliserai pour des lycéens ou BTS.

Publicités
Chroniques·Les lectures de la prof

[CHRONIQUE] George

George.

Auteur : Alex Gino. Genre : Jeunesse.  Edition : L’école des loisirs . Pages : 172.


Le rôle de toute une vie.

Couverture George

George est une fille, elle en est certaine, mais comment l’avouer à ses parents ? A Kelly, sa meilleure amie et à son frère ? Cette fois, elle détient la solution, la maîtresse va leur faire jouer une pièce de théâtre et George interprètera le personnage de Charlotte. Elle sera parfaite, et elle se révèlera enfin au monde entier, et surtout, à ses proches.

Avis Demynotebook.

J’ai longuement entendu parler de ce livre, alors quand je l’ai vu à la bibliothèque, j’admets que je n’ai pas attendu longtemps pour le prendre, et pas très longtemps non plus pour le lire ! Ce livre m’a plu, il traite d’un sujet d’actualité qui est encore très tabou : la transexualité. Et encore plus quand elle concerne les enfants.

George est né garçon, mais il est sûr d’être une fille. Ce n’est pas évident à faire comprendre à ses proches, surtout quand on a 9 ans ! Si le livre m’a plu, le côté extrêmement jeune du personnage m’a quelque peu dérangée. Je ne dis pas que les enfants de cet âge ne ressentent pas cette éventuelle transexualité, mais il me semblait que ça faisait un peu jeune. Je vois plus ce genre de déploiement au collège mais passons.

Les réactions des personnages autour de George m’ont parues compliquées à cibler. En effet, je comprends que certains personnages n’y portent pas tant d’importance avec leur jeune âge. Comme on dit, un ami est un ami ! Mais, j’ai eu du mal avec la réaction notamment des adultes, qui ont plus de mal à comprendre, à s’y faire et refusent même catégoriquement certaines choses ! Je sais que c’est également comme ça dans la vraie vie, mais pourquoi faire endosser ce dur rôle uniquement aux petites brutes de l’école et aux adultes ? J’ai trouvé que de ce côté-là, ça manquait un peu de mixité. Je ne sais pas si je m’exprime clairement.

En dehors de ça, George est attachante, terriblement, et je me serais bien mise à pleurer avec elle parfois ! J’ai beaucoup aimé le personnage de son frère et de Kelly également même s’ils passent facilement et rapidement au second plan.

L’écriture est légère, facile à lire, adaptée aux jeunes adolescents. C’est également ce qui m’a plu car il est parfois difficile d’en parler avec eux, les mots sont parfois mal choisis, trop savants, trop crus, où on détourne trop les choses. Ici, on comprend rapidement les propos de l’auteur, sans tergiverser.


Image associée

L’avis de la prof.

En tant que prof, je suis assez mitigée. A la fois, je trouve ce livre génial et très bien écrit pour nos petits élèves de collège qui ont parfois du mal à trouver leur place. Ca peut leur permettre de comprendre qu’ils ne sont pas seuls, ou alors justement les aider à comprendre les autres… Mais j’émets plus de doutes sur les relations possibles avec les adultes. [Alerte spoiler] La maîtresse met clairement George de côté et le regarde bizarrement, et ça me gêne. Nous devons être des personnes de confiance, ouvertes à toutes choses. J’ai l’impression qu’on ne nous fera pas confiance après ce genre de lectures. Même si la directrice incarne, elle, le côté humain, ouvert… [Fin de l’alerte spoiler]. Après, selon moi, ça rentre parfaitement dans le programme des 5e sur la vie avec les autres, mais aussi avec les 4e sur l’actualité.

Chroniques·Les lectures de la prof

[CHRONIQUE] Sauveur et fils : Saison 3.

Sauveur et fils saison 3.

Auteur : Marie-Aude Murail. Genre : Jeunesse.  Edition : L’école des loisirs. Pages : 317.


La difficulté de la vie.

 

Couverture Sauveur et fils, tome 3

 

Je ne proposerai pas de résumé pour ce livre car il s’agit d’un tome 3 et cela révèlerait beaucoup trop de la trame si vous voulez commencer à lire cette saga. Je vous conseille alors de commencer par ma chronique sur le premier tome. Je n’avais pas pris le temps de la faire pour le second en revanche.

 

 

Avis Demynotebook

Si vous avez lu ma première chronique sur cette saga, vous n’êtes donc pas sans savoir qu’il s’agissait d’un coup de coeur ! Pour ce qui est du second tome, j’avais passé un bon moment mais ça n’avait pas été à la hauteur de mes attentes. Mais récemment, en tombant dessus à la bibliothèque, j’ai décidé de lire la suite car les tribulations de ce psy et de ses patients me manquaient !

Je risque de vous spoiler les premiers tomes sans m’en rendre compte, alors si vous voulez les lire, je vous déconseille de vous attarder sur cette chronique ! 

J’ai donc terminé ce livre assez rapidement, puisque je me suis prise en pleine nuit à lire l’intégralité des aventures de Sauveur et Lazare, soit presque 300 pages car je l’avais à peine commencé. Inutile de vous dire alors qu’il s’agit d’un énorme coup de coeur, pour la seconde fois.

J’ai été heureuse de retrouver certains personnages tels qu’Ella, Samuel ou encore Louise. J’ai un peu plus de mal avec Gabin, je n’arrive pas à m’attacher à lui, même si je ne le déteste pas non plus. Encore une fois, les personnages sont vraiment attachants. Ils vous font rire, pleurer et réfléchir à la fois. L’écriture de l’auteure se mêle à merveille avec tout ce petit monde.

Dans cette saga, j’aime le fait que tout ne se passe pas super bien ; Louise est capable de réfléchir par elle-même, et ça m’a plu, mais elle affiche aussi ce qui ne va pas et les soucis qu’on peut rencontrer dans la vie de tous les jours. On fait en sorte de ne pas idéaliser une vie qui pourrait paraître sans soucis. Après, j’adore aussi ce livre de par mon côté prof qui aime être avec ses élèves et les aider au mieux possible. Le fait que Sauveur aussi puisse être perdu, comme Monsieur et Madame tout le monde !

Marie-Aude Murail nous entraîne aussi dans les évènements contemporains qui nous sont arrivés il y a quelques années : sans tomber dans le pathos, avec justesse, et sans nous tirer les larmes, même si j’admets qu’elles ont coulé sans que je me force ! On aborde aussi de manière assez abrupte le harcèlement scolaire, et de façon juste, non pas comme j’ai pu le lire dans d’autres livres. Les solutions proposées et la façon d’en parler sont vraies, réelles et pourraient être appliquées, parce que c’est comme ça que ça se passe dans la vraie vie.

J’apprécie énormément les petites anecdotes qu’elle donne à la fin de ces ouvrages en proposant des films, de la musique, qui soient en rapport avec le livre. Merci pour ça !

C’est encore une très bonne lecture, et je vais m’empresser d’aller chercher le quatrième tome à la bibliothèque, en espérant que ce ne soit pas le dernier !


Image associée

L’avis de la prof.

J’ai proposé à diverses reprises cette saga à des élèves, qui était présente au CDI. Elle reflète parfaitement ce qui peut leur arriver, tout en apportant une solution. Elle peut permettre de mettre des mots sur ce qu’ils ne souhaitent pas nous dire. Cependant, attention, il faut tout de même prendre cette saga avec des pincettes, on y parle de suicide, de scarifications etc. Mais toujours dans la douceur. Il n’y aura aucun soucis avec des lycéens, mais la lecture peut demander un certain suivi avec des collégiens. Je pense que certains passages pourraient être utilisés en 5e dans le thème « Avec les autres« .

 

Coup de coeur.

 

Chroniques

[CHRONIQUE] Sauveur et Fils

Sauveur et Fils

[COUP DE COEUR]

Auteur : Marie-Aude Murail

Edition : L’école des loisirs

Nombre de pages : 329

Genre : Young Adult.

Couverture Sauveur et fils, tome 1Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…
Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien.
Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ? Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

Avis

Petite entrée en matière et sans faire de chichis, ce livre m’a tout simplement bouleversée, et je ne vais pas attendre la fin de la chronique pour vous apprendre que c’est un véritable coup de coeur comme je n’en ai pas eu depuis un moment. Oui, oui, avec les larmes aux yeux, les moments de rigolades qui viennent ponctuer le roman… La totale. Et soyons sincère, cette couverture est terriblement mignonne ! Et à toutes ces personnes qui m’ont dit qu’il ne s’agissait pas d’un hamster sur la couverture, mais d’un cochon d’inde, et que j’ai rembarré en disant que c’était marqué sur la 4è…. Désolée ! Il s’agit bien d’un cochon d’inde…

Ici on retrouve Sauveur, un psy, ainsi que ses patients et son fils. Rien qu’à l’idée de connaître l’histoire des patients, j’avais déjà le livre entre les mains. J’aime cette idée de rentrer dans un métier, dans la vie des gens, de voir comment les aider… C’est mon petit côté assistante sociale en tant que prof qui ressort de temps en temps je pense !

Je suis tombée amoureuse des personnages rencontrés, que ce soit Sauveur, son fils, ses clients, Louise… Et j’ai été extrêmement touchée par l’histoire de cet homme, mais aussi celles de ses clients, où j’ai parfois retrouvé certains de mes élèves, ce qui fait que j’ai probablement été encore plus touchée de cette manière, et j’ai eu du mal à la fois à terminer mon livre, mais aussi à le lâcher. (Oui, c’est absolument contradictoire). Et je pense qu’on peut ici parler d’un livre doudou en ce qui me concerne. Un livre qui fait du bien, qui donne beaucoup d’humour alors que les situations donnent envie de pleurer ou de se mettre à hurler de colère.

L’écriture est exceptionnellement fluide, et très douce à la fois. C’est un bol d’air frais qui m’a laissé tout de même un grand vide à la fin de ma lecture. De ce fait, j’ai été ravie en voyant qu’il y avait plusieurs tomes et que cette auteure n’avait pas écrit que cette saga. Il est évident que je lirai la suite, je veux savoir ce qu’il advient de tous ces personnages.

Note : ♥♥♥♥♥