Chroniques

[CHRONIQUE] Quand souffle le vent du nord.

Quand souffle le vent du nord.

quand-souffle-le-vent-du-nord-533021-264-432Auteur : Daniel Glattauer

Editeur : Le livre de poche

Nombre de pages : 348

Premier tome d’une duologie !

Résumé : Un homme et une femme.

Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails. Jusqu’à devenir accros.

Jusqu’à ne plus pouvoir se passer l’un de l’autre, sans se rencontrer pour autant …

Savoureuse et captivante, cette comédie de moeurs explore avec finesse et humour la naissance du sentiment amoureux.

.

Avis : J’ai reçu ce livre il y a quelques mois dans ma box Once Upon a Book. (Je ne saurai plus vous dire quand pour être honnête) et il était dans le fin fond de ma wish-list complètement oublié… Mais le côté épistolaire m’a donné envie de le ressortir ! Ces derniers temps j’avais besoin d’une lecture douce, romantique, et rapide. J’ai donc jeté mon dévolu sur ce livre à la couverture qui se présente comme une échappatoire.

Dès les premières pages, j’ai compris que ce livre correspondait tout à fait à ce que je recherchais. Une lecture sympa, rapide, sans prise de tête et… Avec un chemin que je pensais tout tracé ! Ça papote par mail, ils vont s’aimer, se découvrir, faire beaucoup d’enfants, fin. Mais ça c’était mal connaître mon instinct légendaire pour se tromper sur la totalité du livre, n’est-ce pas ? Au fur et à mesure qu’on tourne les pages (qui se tournent à une vitesse folle) et bien on est prit dans cet échange, qui n’est pas celui qu’on pensait ! Hé oui, la naissance du sentiment amoureux comme l’exprime la quatrième de couverture semble bien plus complexe qu’il n’y paraît ! Surtout quand chacun à sa vie de son côté…

Je ne connaissais pas l’auteur avant de lire ce livre, mais j’ai trouvé l’écriture très fluide, très douce, et à la fois envoûtante. J’avais besoin de savoir la suite, comment ils allaient se répondre, de quelle manière. On a vraiment un jeu entre eux. Entre séduction et amitié, l’auteur joue avec les phrases. Et il faut avouer que c’est très bien joué ! En effet, je trouve que faire un livre entièrement constitué de mails n’est pas aisé, peut-être même pas donné à tout le monde ! Mais là, c’est fait avec brio. On ne s’ennuie pas une seule seconde, et surtout, on ne se perd pas, même si on n’a pas noir sur blanc le prénom de l’envoyeur.

Ma petite zone d’ombre est juste là, par rapport aux personnages… En effet, je les ai apprécié, notamment Léo, mais sans plus finalement. J’ai trouvé Emmi complètement… Complètement… Chiante. Je suis d’accord, puis en fait non. Je vous laisse, puis en fait non… Ah et partez où bon vous semble mais je suis jalouse ! Comme j’en parlais avec une autre blogueuse… Effectivement, on tourne en rond, et on finit par se lasser des personnages qui ne savent clairement pas où ils vont.

Néanmoins, c’est très réaliste, et c’est le but de cet écrit épistolaire ! On sait rarement ce qu’il faut faire dès le début, et on sait rarement réagir correctement dès les premiers instants face à nos désillusions, nos rencontres… Surtout quand il s’agit d’amour ! Du coup même si les personnages m’ont parfois énervée, ils ne me sont pas antipathique ! Sauf le mari d’Emmi… Ce mec est une loque, franchement ? Je le plains, j’ai de la compassion pour lui ! Mais alors ce qu’il fait c’est juste… Non. C’est trop intelligent pour que ce soit réel, et trop emprunt de compassion et de faiblesse. Ca fait pas réel donc. (Ou alors c’est juste que ce n’est pas du tout l’homme que je me verrai épouser haha!)

Parlons de la fin… Cette fin qui m’a laissé la bouche grande ouverte en mode : Ah ? Vous êtes sûrs ? Et dans ce moment-là je n’ai plus qu’à remercier Helyossa, qui bien heureusement, m’a adorablement prévenu que… Il y a une suite à ce livre ! Une suite que je vais lire, non seulement parce que j’ai passé un bon moment de lecture, mais aussi parce que je n’accepte pas cette fin ! Et puis quoi encore ?

En conclusion, Quand souffle le vent du nord, c’est la lecture qui fait du bien, avec des personnages qu’on adore et qu’on déteste, parce qu’ils nous ressemblent un peu trop. C’est la lecture surprise qui à la fin vous dit : tiens, débrouille-toi. Prends tes mouchoirs (et tes sous pour aller acheter le second tome), c’est le livre qui ne te laisse pas le choix. Et j’aime les livres qui ne me donnent pas le choix !

Note : ♥♥♥♥

Throwback Thursday

Throwback Thursday Livresque 5

Bonjour !

On est jeudi, donc on se retrouve pour notre petit rendez-vous habituel, pris sur le blog de Bettierosebooks ! Cette semaine, le thème est : France (un livre écrit en France où dont l’action se situe en partie en France). Vu mon récent coup de coeur, j’avais envie de vous remettre Tu as promis que tu vivrais pour moi de Carène Ponte ou Cherche jeune femme avisée de Sophie Jomain. Mais comme le but n’est pas de vous présenter toujours les mêmes livres… Je tenais quand même à rappeler ces deux auteures françaises et mes coups de cœur !

france

J’ai donc préféré choisir un livre contemporain, qui détonne un peu des deux autres livres que j’ai voulu prendre. Il s’agit en effet de La liste de mes envies de Grégoire Delacourt. Ca avait été une très bonne lecture, sans être un coup de coeur. (Dans ce cas pourquoi tu nous le présentes…) Hé bien ! Parce que non seulement j’avais passé un bon moment, mais une partie de cette histoire se passe dans un lieu français que j’affectionne énormément car j’y vais chaque année… C’est la côte d’azur. Et notamment Villeneuve-Loubet et l’Hippodrome de Cagnes-sur-Mer. Je suis une grande amoureuse des villes de Nice et d’Antibes que l’on retrouve également dans ce roman… Et j’ai pu m’évader à travers celui-ci. Je vous laisse donc avec le résumé, et ce petit coin de soleil dans votre tête !

la-liste-de-mes-envies-308911-264-432Résumé : Lorsque la petite mercière d’Arras découvre qu’elle a gagné 18 millions à la loterie et qu’elle peut désormais s’offrir tout ce qu’elle veut, elle n’a qu’une crainte : perdre cette vie modeste faite de bonheurs simples qu’elle chérit par-dessus tout. Mais le destin est obstiné, et c’est en renonçant trop longtemps à cette bonne fortune qu’elle va déclencher, bien malgré elle, un ouragan qui va tout changer. Tout, sauf elle.

Chroniques

[CHRONIQUE] Tu as promis que tu vivrais pour moi

Tu as promis que tu vivrais pour moi.

[Coup de coeur]

tu-as-promis-que-tu-vivrais-pour-moi-915720-264-432

Auteur : Carène Ponte

Editeur : Michel Lafon

Nombre de pages : 360 pages

Ton absence me confirme cruellement qu’on n’a pas forcément tout le temps devant soi.

Résumé : Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte.
Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain, l’homme avec lequel elle vit ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil.
Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que celle qui lui manque tant n’avait pas l’intention de se contenter de paroles en l’air et que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait…

Tu dois rire, aimer, danser, vibrer, tomber mais te relever, ne jamais renoncer, jamais.

Avis : Ce livre me faisait envie depuis longtemps, notamment à cause de sa couverture qui, il faut l’avouer, est magnifique et de son résumé, puis je me suis dit : tiens, voilà un livre qui part d’un phénomène dur et douloureux, et qui part vers un feel good book on dirait, on prend, on verra bien. Il n’est pas sorti depuis très longtemps, autant dire qu’il n’a même pas dû rester un mois dans ma PAL. (Je suis sincèrement désolée pour ceux qui y sont depuis au moins trois ans.)

Le livre démarre sur le résumé du roman : l’enterrement de Marie, la meilleure amie de Molly. Autrement dit, préparez les mouchoirs avant de commencer la lecture, y a de quoi renifler dès la page 15 ! (Oui, je suis concernée.) Dès le départ, le livre est très touchant, et même si on remonte vers le haut au fur et à mesure de la lecture, qu’on a de l’humour, de la tendresse, il reste touchant malgré tout, et ce jusque dans les dernières pages, sans que ce soit non plus un livre mélodramatique. J’ai rigolé, pleuré, aimé pendant les 360 pages de ce livre, du début à la fin sans aucun arrêt. J’ai d’ailleurs lu ce livre très rapidement car il est prenant.

C’est la première fois que je lis Carène Ponte, et j’ai beaucoup aimé son écriture. Elle trouve les mots justes, elle est à la fois touchante, et terriblement drôle. J’ai eu un faible pour les notes de bas de page et je pense qu’Emile Zola acceptera les excuses présentées dans ces dernières ! Je me suis surprise à rire et à sourire toute seule plusieurs fois en lisant ce livre, chose qui m’arrive assez peu régulièrement tout de même ! C’est une écriture pleine de vie que possède cette auteure, une écriture qui fait du bien là où ça fait mal. Merci à elle pour ça.

Grâce à cette écriture, elle donne vie à ses personnages de manière tellement approfondie. Je n’avais pas la sensation d’avoir des personnages dans un livre, mais vraiment des personnes, avec des craintes, des peurs, des attentes, des fous rires… Des personnes réelles, avec qui j’aurai pu être moi-même amie. J’ai beaucoup apprécié cette sensation, la sensation de se retrouver dans les personnages, d’être parfois à leur côté. Je suis tombée littéralement sous le charme de Molly, elle est à la fois forte et tellement fragile, tellement réelle, c’était presque surréaliste de sortir du livre sans la voir débarquer à côté. J’ai eu plus de mal avec le personnage de Viviane, et pourtant, c’est, à la fin, un personnage auquel je me suis attachée également. Parce qu’elle représente la droiture, la jalousie, mais aussi la fragilité, le besoin de stabilité, ce que je suis également à mes yeux parfois. En fait, pour faire simple, j’ai aimé le panel des personnages. De la serveuse à l’avocate, de l’enfant surprotégée par sa mère à celle qui n’en a plus. On est pas fixé sur un monde en particulier, et cela m’a grandement plu.

La fin est un petit moment de bonheur également, quoi de mieux pour une fin feel good qu’une femme qui reprend sa vie en main et qui se termine sur une jolie mise en scène par rapport à la scène de départ ? J’ai aimé cette fin, cette petite touche qui dit de ne pas perdre espoir, de faire ce qu’on veut, car après tout, on ne nous le rappellera jamais assez, la vie est trop courte. Je n’aurai pas imaginé meilleure fin je pense. Je me suis sentie réellement mieux lorsque j’ai terminé ce livre, malgré un passage à vide. C’est 360 pages de bonheur, de tendresse, de franchise et de prise de conscience.

Pour moi, ce livre est un réel coup de cœur et je n’hésiterai pas à relire un des livres de cette auteure qui m’a comblé !

Passer du rouge-Pomme-Blanche-neige au vert-grisâtre-Voldemort !

Note : ♥♥♥♥♥

Haul

[BOOKHAUL] Juin 2017 + Anniversaire

Bonjour, aujourd’hui, pas de c’est lundi que lisez-vous ? Car j’ai du mal à lire ces derniers temps, j’ai pas de mal de rendez-vous pour x raisons, et je suis à la recherche d’emploi, je risque d’ailleurs de travailler en usine de nuit, alors je n’aurai pas toujours forcément le temps de venir poster même si je ferai de mon mieux. Cela ne durera qu’un mois, et je vous tiendrai informé par les réseaux sociaux notamment Facebook et Instagram.

Après cette petite mise au point légèrement pas intéressante pour beaucoup je pense, passons à l’article même ! Puisque je voulais vous présenter les livres que j’ai acheté et reçu pour mon anniversaire ce mois-ci !

  • Les livres reçus pour mon anniversaire.

 

  • Les livres que j’ai acheté à Noz et à Carrefour pendant les offres sur les livres de poche.

 

Des avis sur certains livres ? 🙂

 

C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi, que lisez-vous ? #4

Hello ! On est lundi, alors on se retrouve pour notre petit rendez-vous habituel que je n’ai pas tenu la semaine dernière car je n’avais pas lu !

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ? 

 

Pas de déceptions en vue pour cette semaine de lecture ! Mais pas d’énorme coup de coeur non plus même si j’ai passé un bon moment pour chaque lecture. Vous pouvez retrouver toutes les chroniques sur le blog.

2. Que suis-je en train de lire ?

 

Je suis en train de lire deux livres d’un genre bien différent, je vous laisse lire les résumés si ils vous intéressent :

.

La première fois que j’ai été deux d’Archibald Ploom : 

Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l’amour n’est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l’année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe… Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie. « La première fois que j’ai été deux » est un grand roman d’amour où les sentiments sont intimement liés au cours d’une Histoire qui vit l’Europe s’embraser avant de se reconstruire. Entre la Pologne de ses grands parents, l’Allemagne d’un jeune soldat tombé en 1944 et l’Angleterre de Tom, Karen va découvrir qu’un premier amour peut influencer une vie entière « La première fois que j’ai été deux » est un roman profond et intimiste qui peint le passage de l’adolescence à l’âge adulte. On assiste au dévoilement du destin de deux familles emportées par l’Histoire. Archibald Ploom nous propose un récit voyageur et une fresque historique que la naissance d’un amour vient ponctuer comme un message d’espoir.

.

Facebook m’a tuer d’Alexandre Des Isnards et Thomas Zuber : 

Hier, une soirée privée était privée. Aujourd’hui, vos proches sont tous devenus photoreporters, prêts à publier les photos les plus « délire » de votre crémaillère ou de votre anniversaire.

Hier, on pouvait dîner à deux. Aujourd’hui, on ne peut dîner qu’à quatre (vous, lui ou elle, vos deux portables).

Hier, une naissance ou un week-end en amoureux étaient des moments intimes. Aujourd’hui, la génération transparente en fait la chronique sur Internet parce que c’est mignon, parce qu’il n’y a rien à cacher, parce que tout le monde le fait.

On arrête là, vous avez compris. Facebook – plus de 600 millions d’utilisateurs dans le monde, dont 20 millions en France – n’est pas qu’un site Internet. C’est devenu un mode de vie. Soyons transparents ! Soyons « fun » ! Et surtout… restons connectés ! Réseaux sociaux, tchats, e-mails, SMS, jeux en réseau, géolocalisations, rencontres en ligne : la « culture Facebook » gagne toutes les générations et bouleverse nos relations amicales, familiales ou amoureuses. Sans quon s’en rende toujours compte. Mais à la vitesse du numérique.

Fidèles à la méthode qui a fait leur succès, Alexandre des Isnards et Thomas Zuber ont rassemblé leurs expériences et celles de leurs proches dans des saynètes truculentes, aussi drôles qu’inquiétantes.

.

3. Que vais-je lire ensuite ?

mort-point-final-927983-264-4321

Ma réception Masse critique de Babelio !

Résumé : Dans un commissariat de la banlieue parisienne, Paul Catard est interrogé par le capitaine Vigeois. On vient de retrouver l’homme bâillonné et menotté dans la chambre de sa petite amie. La situation prêterait à sourire si la petite amie n’était pas Mélanie Vasseur, lieutenant de police travaillant dans l’équipe de Vigeois. La surprise est d’autant plus grande lorsque Catard dévoile que Mélanie a survécu à une innommable tragédie qui s’est déroulée dans un lycée de province, quelques années auparavant. Souffrant de violents traumatismes psychologiques, elle a pourtant réussi à intégrer la police et, encore mieux, à cacher son passé. Vigeois et ses hommes se questionnent encore sur la véracité de ces révélations quand ils sont appelés en renfort au parc de la Légion d’honneur de Saint-Denis, où un attentat se prépare. Le temps est compté, et la police n’a plus le droit à l’erreur ! L’angoisse, le drame, le suspense saisissent le lecteur là où il ne les attendait pas.

Chroniques

[CHRONIQUE] Café ! Un garçon s’il vous plait.

Café ! Un garçon s’il vous plait

cafe-un-garcon-s-il-vous-plait-915178-264-4321

Auteur : Agnès Abécassis

Edition : Le livre de poche

Nombre de pages : 384

Résumé : Tout commence par un bon café. Il suffit de demander.

Sauf quand on se goure dans la formule… vous avez commandé un garçon ?

En voici un sur un plateau, se dit Lutèce, en retrouvant la trace de son premier amour. Mais le temps aura-t-il su préserver la fraicheur de leurs souvenirs ?

Et puis arrive Tom, le flic tendre. Quand Régine le trompe et qu’il le découvre, par dépit, il la trompe aussi. Avant de réaliser qu’elle n’avait pas fauté…

Ava, c’est l’artiste qui aime trainer dans les cafés pour y chercher l’inspiration.

Un jour, on lui commande le portrait d’une actrice célèbre. L’occasion pour se carrière de décoller ! Mais rien ne se passe comme prévu, et elle qui pensait boire du petit lait risque de devoir attendre un peu avant de sabrer le champagne.

Une histoire pleine de rires, de larmes, de chocolat et d’un soupçon de crème.

Leur point commun à tous ? L’amour est réellement leur tasse de thé.

On a tous besoin d’amour, Ethel, tous sans exception…

Avis : Avant tout, merci aux éditions Le livre de poche qui m’ont transmis ce livre en .mobi par la plateforme Netgalley ! Je ne connaissais pas cette auteure, mais j’adorais le résumé et j‘avais besoin d’un livre pour décompresser des partiels et ça a merveilleusement bien fonctionné !

J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire lors des premières pages car on retrouve les différents personnages que sont Tom, Ava et Lutèce sans comprendre immédiatement leur parenté. Et au fur et à mesure, j’ai pris mes marques, je me suis habituée et j’ai pu profiter idéalement de ce livre qui m’a fait rire, et qui m’a fait peur également ! Agnès Abécassis a réellement un don de l’écriture, c’est frais, ça donne envie de vivre à fond sa vie, ça donne le sourire, ça fait du bien !

Les personnages sont tellement attachants ! Ils m’ont donné envie de rire, je me suis énervée avec eux, j’ai eu de la peine pour eux lorsque leur cœur semblait chavirer, notamment celui de Lutèce ! J’ai eu peur et j’ai eu des envies de meurtre autant avec Ava qu’avec Régine et j’ai aimé également le personnage de Perla et ses trois petits monstres ! Et pour une des premières fois, j’ai vraiment aimé tous les personnages principaux qu’on retrouve… Je n’en ai pas délaissé un seul si ce n’est Ulysse que l’on ne retrouve pas fréquemment ! J’aime le fait d’avoir trouvé des personnages réels, avec des problèmes qu’on peut nous-mêmes avoir ! Des personnages vrais, bouleversants, comme les personnes que l’on peut rencontrer à chaque coin de rue…

Ce livre m’a fait beaucoup rire, et je l’ai vraiment apprécié, ce qui fait que je n’ai pas cherché une seule seconde à connaître la fin, qui m’a contenté avec délice ! Propriétaires et amateurs de chat, ne loupez surtout pas la scène de Tom et le chat ! Nous avions évoqué avec mon copain quelques heures plus tôt, le fait d’appeler un chat Piteau… Quel plaisir de voir que nous ne sommes pas les seuls à faire des mauvaises blagues sur les chats ! J’ai aussi beaucoup rigolé avec toutes ses stars que l’on retrouve avec des noms légèrement plus loufoques !

En bref, ce livre a été une jolie surprise pour moi, et j’ai passé un très bon moment ! C’était le premier livre que je lisais de cette auteure et j’espère que ce ne sera pas le dernier car j’ai été conquise !

Note : ♥♥♥♥♥