Chroniques

[CHRONIQUE] Je voulais juste te dire

Je voulais juste te dire

Les lettres que vous n’avez jamais osé envoyer.

Auteur : Emily Trunko

Editeur : Bayard

Nombre de pages : 193

Résumé : Une compilation de lettres d’adolescents issues du Tumblr créé par la bloggeuse : les épistoliers s’adressent à eux-mêmes, à un amoureux, à un ami, à la famille, et évoquent entre autre le deuil ou encore la tromperie.

Avis : Cette chronique sera un peu différente des autres, et peut-être très courte, je ne sais pas encore. Néanmoins, je cherchais ce livre depuis très longtemps et j’ai eu l’occasion de pouvoir l’acheter à Montreuil. Il faut savoir que je ne connaissais pas ce tumblr à la base même si j’étais friande de cette plateforme il y a quelques années.

Les lettres traitent de pleins de sujets différents, l’amour, la perte, la tromperie, le deuil, l’amitié… Et c’est tellement prenant. J’ai eu le sourire, j’ai eu les larmes qui me sont montées aux yeux plusieurs fois. On est partagé entre la compassion qu’on ressent pour ces gens qui souffrent parfois de choses vraiment atroces, et à la fois, il y a cette autre vision de ce livre qui fait qu’on se retrouve forcément dedans à un moment ou à un autre. Toutes ces lettres m’ont personnellement fait replonger dans mon passé à plusieurs moments, tout en me faisant penser au présent.

On a un livre extrêmement touchant du fait de la véracité des lettres. Parce que très honnêtement, ils y a certaines lettres que j’aurai pu écrire moi-même. A la fois je me suis retrouvée dedans, et j’ai pris conscience de ce que certains pouvaient vivre. Vous vous retrouvez à la fois avec les larmes aux yeux par rapport à votre propre vécu, et à la fois vous avez envie de croquer la vie en pleine dent en vous disant qu’il y a aussi des choses bien qui arrivent, et que la vie est vraiment trop courte pour se soucier de choses qui n’en valent pas la peine. Alors merci pour toutes ces lettres, qui sont une source de vie.

Je sais qu’un second livre issu du blog est censé sortir, et il est évident que je le prendrai aussi.

Note : ♥♥♥♥♥

Publicités
Chroniques

[CHRONIQUE] La cage dorée

La cage dorée

[ ATTENTION DARK ROMANCE.]

Auteur : Blanche Monah

Editeur : Amazon

Nombre de pages : 587

Résumé : Tout semble réussir à Heather : elle est belle, riche, et mène de brillantes études de photographe. Pour un homme comme Phénix, qui a grandi dans une cité défavorisée et a dû se battre – littéralement – pour réaliser ses rêves, c’est prodigieusement agaçant. Il prend tout de suite en grippe cette jeune stagiaire trop parfaite. Jusqu’à ce qu’il découvre que, malheureusement pour eux, ils ont bien plus en commun qu’il ne l’aurait cru. Entre la princesse et le boxeur, une étrange amitié va se nouer. Phénix parviendra-t-il à faire fondre les barreaux de la cage de Heather ?

Avis : Avant toute chose, et comme pour chaque dark romance, je précise que ce livre est réservé à un public averti. On y trouve des scènes de violence physique et psychologique qui peuvent heurter la sensibilité.

Ceci étant mis au clair… J’avais envie d’une dark romance, et je ne savais pas trop vers quoi me tourner, alors je vous ai donné le choix entre deux livres sur Instagram, suite à ma demande sur le groupe facebook de dark romance. Vous avez donc choisi La cage dorée pour moi, et c’est avec plaisir que je me suis lancée dans ma lecture ! Une lecture dérangeante, encore une fois, mais emprunte de beaucoup de sentiments différents. En revanche, je trouve que la couverture ne rend pas service au livre que je trouve tout de même beaucoup plus lumineux qu’il n’y paraît. Ne vous arrêtez pas à la couverture si elle ne vous tente pas ! Ce livre est une petite pépite pour les adeptes de dark.

Je vous avoue que les premières pages ne m’ont pas emballé, j’ai cru tombé dans le cliché de Phénix, l’homme écorché vif, qui vient d’une cité, face à la petite bourgeoise, pleine d’argent. On est assez loin de cette vérité, voire très loin, et on le comprend assez vite, j’ai donc été surprise et agréablement ! Par la suite on voit une complicité se développer entre Heather et Phénix qui est à la fois tranchante et douce, ça m’a beaucoup plu !

C’est également ce côté que j’ai ressenti dans l’écriture de Blanche Monah qui a achevé de me plaire et de me faire lire ce livre en très peu de temps. On est dans une vive critique, et à la fois on ajoute la touche de romance douce, tendre, qui fait du bien, en opposition avec les scènes violentes que subit Heather. Les scènes sont choquantes, écoeurantes, et à la fois on en décroche pas parce qu’on a besoin de savoir ce qui va se passer. C’est le genre de lecture qui vous donne des hauts de cœur, des coups de cœur, et qui vous fait passer par toutes les réactions et tous les sentiments ! Pour ma part, c’est un vrai coup de maître.

Nos personnages principaux sont tout simplement géniaux. J’aime le caractère farouche, brute de décoffrage de Phénix ! Et à côté le caractère doux, tendre, apeuré d’Heather. Ce sont deux personnages qui se complètent parfaitement et qui rendent la lecture attirante. Je ne vous cache pas que Phénix est devenu un de mes bookboyfriend par excellence ! Les personnages sont recherchés, ils ne sont pas clichés, ont leur propre réaction, leur propre caractère. Ils sont loin d’être parfaits, et c’est ce qui fait que je me suis identifiée à eux dans certaines situations.

Je ne vous parlerai pas des personnages que j’aurai bien giflé, tué, et enterré au fond d’un jardin miteux pour ne pas vous spoiler. Mais… Vous savez à quoi vous attendre au moins ! Des personnages vicieux, détraqués, horribles, le genre qu’on voudrait étriper à mains nues.

J’ai beaucoup aimé la fin, je l’imaginais un peu telle qu’elle. On n’est pas tout à fait dans le happy end, mais pas dans le drame le plus complet non plus. Le genre d’histoire qu’on apprécie, qui ne fait pas trop cliché donc. Je relirai avec plaisir cette auteure qui a su m’entraîner dans un univers de Dark Romance pendant plusieurs heures sans que j’en décroche une fois lancée !

Note : ♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] November 9

November 9

[Coup de coeur]

Auteur : Colleen Hoover

Editeur : Hugo&Cie

Nombre de pages : 340

Résumé : Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer.

La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain.

Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre.

Fallon devient alors la source d’inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est une mine d’informations pour lui et, pour tous les deux, c’est le moyen de faire le point sur leur vie.

Jusqu’au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ?

Avis : Wahou, wahou. Par où commencer ? Je me suis procurée ce livre dès sa sortie, je n’ai pas pu attendre, et je l’ai enchaîné dans la foulée. Même si je n’étais pas fan de la couverture, je me suis laissée séduire par le résumé qui m’a beaucoup attiré, et je dois avouer que l’auteure est, en général, pour ma part, source de lectures formidables et intenses pour moi. Je n’ai donc pas hésité longtemps à me lancer dans l’histoire de Ben et Fallon.

On entre tout de suite dans le vif du sujet dès les premières pages avec la découverte de Fallon, de son père, de sa vie… Dès le début, les émotions sont fortes, présentes, et intransigeantes, on se demande même comment Colleen Hoover peut faire en sorte que le soufflet ne retombe pas par la suite. J’ai eu très peur d’être déçue, notamment parce que le sujet, ces deux personnages qui se retrouvent une fois par an à la même date, cela peut être rapidement redondant, et on peut tomber dans l’ennui avec une aisance assez troublante. Mais non, l’auteure réussit à faire en sorte que les émotions qu’elle fait passer soient de plus en plus intenses, et c’est une réussite, comme toujours. On grandit avec les personnages, avec leur douleur, leur joie, leur peur.

Colleen Hoover a une façon de faire passer les sentiments qui reste vraiment naturel dans le sens où on ne sent pas qu’elle en fait trop, c’est ce qu’on peut ressentir dans la vie de tous les jours, mais en plus décuplé à travers les personnages. C’est toujours les bons mots, aux bons moments.

Les personnages… Parlons en des personnages ! J’admets que Fallon m’a parfois un peu énervée à être aussi indécise, et même si je la comprends, j’ai du coup préféré le personnage de Ben. Ce genre de garçon qu’on rêve de rencontrer dans la vraie vie, tendre, gentil, toujours là au bon moment (tiens, ça me rappelle une certaine auteure!). Les passages de leur vie sont tellement émouvants, tellement prenants. J’admets, j’ai versé ma larme plus d’une fois, préparez les paquets de mouchoirs. Ben et Fallon sont des personnages que l’on oublie pas au bout de quelques semaines après la lecture. La preuve, c’est que je fais ma chronique longtemps après ma lecture, et je m’en souviens comme si je l’avais terminé il y a une heure. J’ai eu besoin de pas mal de temps pour m’en remettre, pour me décoller des personnages, pour rester dans ma vie et quitter leurs univers qui m’a fait frissonner d’amour, de peur, de colère. J’ai aussi eu un coup de cœur pour les personnages secondaires, qui ont eux-mêmes réussi à me faire pleurer, je vous laisse savoir le pourquoi du comment en lisant ce livre qui est vraiment une petite pépite. Je me retrouve à travers les personnages, à travers l’écriture de Ben, et ça fait autant de bien que de mal. Tout ce qu’il faut pour faire d’un livre un coup de cœur pour moi.

La fin est belle, mais en revanche, elle ne m’a pas marqué, ce n’est pas une fin inoubliable à mes yeux. Pour ma part, elle a été mal ajustée, mais ça ne regarde que moi, disons simplement que je m’attendais à quelque chose de plus lisse, plus coulant. Mais c’est une belle fin !

Evidemment, je continuerai à lire les livres de Colleen Hoover car ça a aucun été un coup de cœur pour moi. Coup de cœur lu en seulement quelques heures ce qui est assez compliqué pour ma part depuis quelque temps !

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Follow me back

Follow me back

Auteur : A. V. Geiger

Editeur : Robert Laffont

Nombre de pages : 358

Résumé : Agoraphobe, Tessa Hart ne parle à presque personne au quotidien, exception faite des réseaux sociaux où elle nourrit sa passion pour Eric Thorn, le prodige pop-rock de sa génération. Prenez-la pour une folle si vous voulez, mais il est le seul qui semble la comprendre, alors même qu’ils ne se sont jamais rencontrés…
Pris au piège entre son contrat et des fans envahissants au point de lui faire craindre pour sa vie, Eric se crée un faux compte Twitter pour troller l’un de ses plus gros followers, @Tessa?Eric. Au lieu de ça, la relation qu’ils tissent sur Twitter dépasse vite tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Et lorsque les deux se donnent rendez-vous dans la vraie vie, ce qui aurait pu être la plus belle rencontre de tout les temps vire au cauchemar…

Avis : Voilà un livre dont j’ai longuement entendu parler à sa sortie et qui a déchaîné bookstagram ! Alors je me suis décidée à le lire une fois que j’ai vu qu’on en parlait moins, comme d’habitude, j’attends toujours que la tempête soit passé, ne me demandez pas pourquoi, j’en sais rien moi-même !

On a ici un livre intéressant du début à la fin, dans le sens où on est toujours pris dans la trame qui fait qu’on veut savoir où est-ce-que les personnages vont en venir. Dès le début, on se lance dans l’histoire car on a un bon suspense, et les alternances de passages narrés et de passages de garde à vue aident beaucoup également. C’est quelque chose qui m’a réellement plu et qui m’a facilité la lecture d’ailleurs.

Cependant, je me suis rendue compte dans la seconde partie du livre que ce n’est pas ce à quoi je m’attendais. Je voulais une histoire digne d’un thriller, qui glace le sang. Et je suis tombée sur une histoire beaucoup trop axée romance par rapport à ce que j’espérais. Résultat, avant les dernières pages de la fin, j’ai fini par trouver l’histoire un peu trop plate à mon goût.

Pareil pour les personnages, je les ai beaucoup aimé dans le sens où ils sont très attachants ! Néanmoins, on a vraiment une caricature au possible des personnages, le beau gosse célèbre intouchable qui en a marre de la vie face à la fille seule et traumatisée qui fait des fanfictions sur lui… Bon… J’ai été déçue parce que je m’attendais à mieux que ça, à plus développé ! Parce qu’autrement, je vous accorde que c’est le genre de livre que je lis, j’admets. On a des personnages qui au-delà de cette caricature qui me gêne, sont émouvants, sincères, mais aussi totalement paumés et beaucoup trop souvent.

La fin met un peu de piment dans l’histoire, elle est tombe sans prévenir, et il est vrai qu’elle est carrément impressionnante dans le sens où on cherche si on n’a pas perdu les pages dans le livre à la fin ! Du coup, cette fin fait que je lirai nécessairement le prochain tome. J’ai besoin de savoir ce qui va se passer même si j’ai eu une lecture intéressante, parce que j’étais toujours dans le suspense, mais vraiment en demi-teinte.

Je pense que j’en attendais clairement trop de ce livre, hors on est loin du coup de cœur que j’attendais à force d’en entendre parler. Les avis étaient très enthousiastes et suite à ça je me suis imaginée tout autre chose…

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Mémoire d’une jeune guenon dérangée

Le journal intime de Cléopâtre Wellington T1 : Mémoires d’une jeune guenon dérangée

Auteur : Maureen Wingrove (Diglee)

Editeur : Michel Lafon

Nombre de pages : 235

Résumé : Cléopâtre a 13 ans, trois chats, des parents divorcés, une petite sœur givrée fan de phoques, une pilosité plus proche de celle du singe que de l’être humain, et doit supporter quotidiennement maintes humiliations et insultes assénées par Clément, le plus sadique mais néanmoins plus beau mec du collège.
Heureusement, elle peut compter sur sa BFF Chloé pour lui faire oublier ses drames existentiels à grand renfort de missions d’espionnage nocturnes et de tournage de film d’horreur amateur.
Mais cette année, deux nouveaux font leur apparition en classe de quatrième… Et il se peut qu’ils changent considérablement le quotidien de Cléo.

Avis : Merci aux éditions Michel Lafon pour l’envoi ! Etant une grande fan de Diglee, de ces bd, et de son blog, je me suis naturellement jetée sur l’occasion de pouvoir lire son premier roman qui n’est autre qu’un roman pré-adolescent / adolescent avec pour personnage principal : Cléopâtre, 13 ans, collégienne et poilue !

Vous sentez la lecture bouffée d’air frais là ? Parce que ça a été exactement ça. J’ai littéralement dévoré ce livre, trop court à mon goût ! Je me suis laissée prendre au jeu dès les premières pages. Cléopâtre est tellement naturelle, drôle et attachante. On a une trame légère, bien tournée et qui, personnellement, m’a rappelé mes années collèges avec les copines, les garçons sur qui on flash mais a qui on ose pas parler et les problèmes avec les parents… Le livre se dévore a une vitesse juste hallucinante.

On a un style vraiment propre à notre illustratrice ! Beaucoup d’humour, pas de tabou, ni dans l’histoire, ni dans la façon de parler. On a l’impression que Cléopâtre est une amie qui nous parle pendant plus de 200 pages. L’écriture est réellement captivante.

J’ai été agréablement surprise par le personnage de Cléopâtre. Elle déborde d’humour, elle est attachante sans être trop enfantine non plus. J’ai également apprécié les personnages principaux et notamment sa petite sœur dont je suis une grande fan ! (Elle avait raison, elle est vraiment trop mignonne haha.) J’ai aussi ma petite préférence pour la copine du papa ! Ca sent le bisounours à la guimauve ce genre d’histoire, et c’est vraiment un plaisir ! On aborde même quelques sujets assez importants sans le laisser paraître de trop, notamment sur le harcèlement, sur l’idée qu’il faut aller vers les autres, sur le fait qu’il ne faut pas juger avant de connaître… Y a pas mal de petits détails comme ça, qui même s’ils ne sont pas appuyés, sont bien présents et fait de cette lecture aussi un joli moment de découverte.

La fin laisse présager une jolie suite que je lirais avec plaisir à sa sortie et dès que j’aurai envie d’une lecture légère pour me redonner le sourire et me faire oublier les tracas du quotidien !

Note : ♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Hôtel Grand Amour

Hôtel Grand Amour.

[Partenariat NetGalley : Didier Jeunesse]

Couverture du livre : Hôtel Grand AmourAuteur : Sjoerd Kuyper

Editeur : Didier Jeunesse

Nombre de pages : 256

Résumé : Au moment où Vic, 13 ans, marque le but qui qualifie son équipe, son père s’effondre, victime d’un infarctus. Il est emmené d’urgence à l’hôpital et Vic et ses trois soeurs doivent alors gérer seuls l’hôtel familial. Très vite, c’est le grand n’importe quoi ! Les clients s’enfuient, les créanciers débarquent : il ne reste plus que quinze jours pour sauver l’hôtel ! Sans rien dire à leur père…

Un homme ne doit jamais essayer de ressembler à un autre. Elle disait : S’il veut être comme quelqu’un d’autre, alors moi, je veux être avec cet autre-là.

Avis : Tout d’abord, merci à NetGalley et aux éditions Didier Jeunesse, qui une fois de plus m’a fait confiance pour cet ouvrage.

J’ai choisi ce livre parce que j’aimais bien la couverture, parce que j’avais besoin de lire quelque chose de léger, et il me semblait qu’un livre jeunesse s’accordait parfaitement avec ça. J’ai aimé le résumé qui promettait à la fois de l’humour et de la tendresse. Et j’ai été servie !

Dès les premières pages on comprend que le livre se lit très vite. Il est court, et l’écriture est enfantine puisque c’est un livre jeunesse, vous ne serez donc pas gêné par les tournures de phrases compliquées ! Mais peut-être perturbés par l’écriture tout de même. J’ai d’ailleurs eu parfois du mal à différencier qui parlait entre les différents clics du magnétophone à travers lequel Vic, notre personnage principal, s’exprime.

Je n’ai pas retrouvé ce problème dans la suite de ma lecture. J’ai eu envie de découvrir la suite même si je m’attendais parfois à plus d’émotions que je n’en ai eu !

L’écriture est simple, on s’adresse à un public relativement jeune. Je dirais plutôt des pré adolescents étant donné qu’on a des petites informations très légèrement sexuelles, rien de choquant bien sûr, juste une découverte du corps. Cependant, l’écriture est parfois trop enfantine pour moi. On lit le livre à travers les expressions et les façons de parler de Vic, et parfois il y a des tournures de phrases qui m’ont vraiment dérangée même si je sais parfaitement qu’on est calé sur un enfant de 13 ans, et évidemment, cet enfant de 13 ans ne joue pas avec les mots comme un adolescent ou un adulte. Même si ça n’a pas bloqué ma lecture, ça m’a parfois gêné. D’autant qu’on aborde des thèmes importants comme le décès d’un des parents, la maladie de l’autre, on s’approche également du viol.

Les personnages principaux sont attachants, notamment Vic et ses sœurs, j’ai eu ma préférence pour Alex et Pétro, la plus jeune, même si j’ai apprécié Laeti tout en trouvant qu’elle faisait trop jeune pour l’âge qu’on lui donne. Même si les personnages sont attachants, je n’ai pas réussi à m’identifier à eux, même en prenant en compte le fait que c’était un livre jeunesse. L’histoire est belle, mais pas assez réaliste à mon goût, même en ce qui concerne vraiment le caractère, notamment celui du père.

En ce qui concerne la fin de ce livre, j’ai été très touchée, presque émue aux larmes, de ce pré adolescent en train de grandir qui s’adresse à sa mère décédée sans jamais tomber dans la tristesse infinie. On a vraiment un beau livre sur ce sujet, qui prône l’envie de vivre, et l’amour. Le fait de continuer à vivre, sans oublier pour autant… C’est vraiment un beau livre, et il peut, à mon avis, être une belle histoire pour ces enfants qui perdent un de leur parent trop tôt… On n’est pas seulement dans la tristesse, on trouve de l’humour, énormément de choses rigolotes à lire. On ne se retrouve pas du tout dans un livre dramatique, mais dans un livre empli d’espoir.

Je ne pense pas que je relirai un livre jeunesse de cet auteur parce que ce n’est pas mon genre. Néanmoins, à travers le livre jeunesse et l’humour, on a un livre qui traite de sujets compliqués de façon douce, et avec intelligence.

En amour, je suis bègue.

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Spice & Wolf T1

Spice & Wolf T1

[Partenariat Ofelbe]

Auteur : Isuna Hasekura

Editeur : Ofelbe

Nombre de pages : 470

Résumé : Déesse de la moisson, Holo est une louve qui peut prendre l’apparence d’une attirante jeune fille. Délaissée par les paysans de son village pour qui les vieilles légendes ne servent plus qu’à effrayer les enfants, Holo décide de rejoindre ses terres natales du Nord à bord de la carriole d’un marchand itinérant, l’énigmatique Lawrence Kraft. Tandis qu’ils découvrent de nouveaux horizons en troquant leurs cargaisons de ville en ville, le duo va apprendre à se connaître et rapidement devenir très complice. Mais méfiance : les faux-semblants, les arnaques et les dangers bordent leur chemin… Le talent divin de Holo pour comprendre la nature humaine leur sera bien utile pour reconnaitre les bonnes affaires et déjouer les tromperies. Êtes-vous prêts à suivre cette charmante déesse dans un voyage initiatique parsemé de plaisirs simples, de rencontres, mais aussi de dangers ?

Avis : Avant tout, merci à Ofelbe pour l’envoi de Spice & Wolf !

Ofelbe a eu la gentillesse de me prévenir que ce livre était un peu long à démarrer, et qu’il était un peu plus adulte que le premier envoi que j’avais eu et qui était Re : Zero. Je me suis donc lancée avec un peu d’appréhension mais une grande envie de découvrir Holo, la demoiselle de la couverture ! J’avais choisi ce livre également par envie de sortir de ma zone de confort.

Du coup, dès les premières pages je me suis lancée, et j’ai été ravie de découvrir Holo et Lawrence, nos personnages principaux. Je ne me suis pas ennuyée même si j’ai mis un peu de temps à m’adapter pour comprendre le monde dans lequel ils vivent, cette impression de Moyen-Âge qu’habituellement je n’apprécie pas du tout ; mais qui, ici, ne m’a pas dérangé.

Au fur et à mesure de l’avancée des pages, on a de plus en plus d’action, notamment quand on a passé la première partie du livre, et je me suis donc mise à lire d’un coup sans m’en rendre compte ! On découvre de nouveaux personnages, dont Nora. Et j’avais envie de savoir où tout cela menait puisque Lawrence est un marchant itinérant en quête d’argent, tandis qu’Holo voyage avec lui dans le but de retrouver ses terres natales, tout en l’aidant.

En ce qui concerne l’écriture du livre, je me suis parfois perdue, parce que je trouve que c’est un livre qui, pour comprendre le monde dans lequel on se trouve plongé, nécessite de la concentration pour ne pas perdre le fil de l’histoire. Mais même sans être exactement au courant du cours de l’argent du livre etc, on reste dans une histoire qui est vraiment intéressante, et dès qu’il y a peu d’action, l’écriture devient fluide et le livre se lit tout seul à mon sens !

J’ai trouvé les personnages très attachants, avec un caractère complexe qui m’a plu, surtout en ce qui concerne Holo. Elle peut se montrer à la fois adorable, dangereuse, comme terriblement énervante et j’ai pu me retrouver à travers elle. Cette déesse (qui n’apprécierai pas de me lire si je l’appelais comme ça) a un côté très humain. Je me retrouve à travers cette jeune femme qui pour exprimer sa tristesse parce qu’elle a été blessée ou vexée, se montre colérique, implacable. Elle aime avoir le dernier mot, toujours. Si ça peut énerver certaines personnes, pour ma part j’étais ravie d’avoir un personnage qui ne sort pas tout droit d’un conte de fée ! J’aime beaucoup Lawrence également, tout comme Holo, fin stratège, d’une grande gentillesse… Le compagnon idéal que ce soit pour la route ou en amour il me semble ! L’auteur a su rendre ce personnage très charismatique. Tout comme il a su me faire douter à propos du personnage de Nora qui est pourtant le personnage timide et agréable par excellence ! L’auteur parvient à jouer avec ses personnages et c’est magnifiquement bien réussi !

Les illustrations de ce Light Novel sont magnifiques. Les personnages sont bien dessinés, bien cernés, on a des illustrations qui sont vraiment aux bons moments pour illustrer les bonnes scènes, et elles sont bien disséminées. C’est-à-dire que l’on n’en a ni trop, ni pas assez.

J’étais complètement affolée par la fin. Elle m’a fait passer par toutes les émotions, est ce que Lawrence et Holo vont se sortir du pétrin dans lequel ils se sont mis, encore une fois ? Est-ce-que leur tour de passe-passe va marcher ou pas du tout ? Est-ce-que Holo aura ENFIN ses pêches au miel ! En tout cas c’est une fin que j’ai appréciée, où on se contente du strict minimum sur la situation, ce qui m’a grandement donné envie de lire la suite.

Je lirai donc la suite d’autant plus que j’en ai déjà lu de très bonnes critiques. J’ai d’ailleurs plusieurs fois cru comprendre que ce second tome était encore mieux que le premier. Premier que j’ai adoré ! Ce sera donc une lecture à suivre dès que possible. Je pense que je viens de me lancer dans une nouvelle saga !

Note : ♥♥♥♥