Chroniques

[CHRONIQUE] L’obsolescence programmée de nos sentiments.

L’obsolescence programmée de nos sentiments.

Auteur : Zidrou. Genre : BD contemporaine.  Editeur : Dargaud. Pages : 144.


 

«  C’est le jour où Ulysse, veuf depuis plusieurs années, à la retraite depuis ses 59 ans car il a perdu son travail, va rencontrer Méditerranée. Après des années de lassitude à se morfondre et à ne pas savoir quoi faire de sa vie, il se peut que la jolie fromagère de 62 ans réussisse un véritable miracle. « 

 

Avis Demynotebook.

J’ai réussi à avoir le Saint Graal à la bibliothèque ça y est ! J’attendais ce roman graphique depuis plusieurs semaines, si ce n’est pas des mois, et je n’ai pas été déçue !

L’histoire est aussi touchante que les personnages. J’ai beaucoup aimé Ulysse et toute la jolie métaphore filée sur l’Odyssée que l’on trouve au fur et à mesure de cette histoire ! Le comble ? Notre cher Ulysse n’aime pas lire ! On en parlait justement il y a quelques jours.

Mais j’ai retrouvé mon bonheur une seconde fois à travers Méditerranée, cette femme, qui porte un prénom qui me rappelle les vacances qui approchent ! Elle est douce, et elle exprime exactement mes peurs : celle de se regarder dans le miroir quand on vieillit et voir qu’on est plus la personne que l’on était avant, et ça, peu importe l’âge même si ici c’est très symbolique.

On a un bel hymne à l’amour et ce à n’importe quel âge. J’ai été déçue et choquée de voir que les aigris ici… Hé bien, ce sont les enfants ! Les jeunes en somme ! Et j’espère bien ne jamais devenir comme ça même si le clap de fin, que j’avais déjà compris et prévu, ne m’a pas plu dans le sens où je ne suis pas en accord avec ce genre de décision. Mais chacun fait ce qu’il veut, et chacun prend ses décisions, je ne suis personne pour empêcher ce genre de chose ou autre, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de moi, même si j’ai un avis assez fondé sur la question et pour une fois, malgré le fait que j’essaie de toujours voir le bon côté des choses, je pense qu’il ne changera pas et ce peu importe les conversations que je pourrai avoir à ce sujet.

Image associée

En ce qui concerne les dessins, ils sont superbes, doux, et les planches sont toutes belles sans jamais tomber dans le vulgaire, le trop sexy ou autre. C’est la douceur mais aussi le rappel que l’on a AUSSI une vie quand on est âgé ! On retrouve aussi un côté très enfantin et humoristique auquel j’ai beaucoup adhéré ! Je rigolais toute seule.

En résumé, une très belle BD, très touchante avec une belle histoire même si la fin me laisse un léger goût amer en bouche. Le bonheur n’est parfois pas suffisant en ce qui me concerne.

Je crois me rappeler que certains ont lu cette BD. Avez-vous aimé la fin ? Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à mettre un petit [spoiler] en début de commentaire pour les autres. Pour ceux qui ne connaissent pas, ça vous tente ?

Chroniques·Les lectures de la prof

[CHRONIQUE] Yallah Bye

Yallah Bye

Auteur : Joseph Safieddine. Genre : BD contemporaine.  Editeur : Le Lombard. Pages : 168.


 

Couverture Yallah Bye

 » Comme tous les étés, Mustapha emmène sa famille au Liban, son pays d’origine. Mais nous sommes en 2006, à Tyr, dans le sud du pays et les bombes lâchées par Israël sont nombreuses. 24 ans plus tôt, Mustapha a dû fuir son pays à cause de la guerre. Que choisira-t-il cette fois-ci ? Pendant que son fils, resté en France, tente de faire tout ce qu’il peut pour ramener sa famille en sécurité, loin de la guerre. « 

 

Avis Demynotebook.

Je vous retrouve pour une BD avec un thème encore une fois très actuel puisqu’elle traite de la guerre, même s’il s’agit des tensions entre Israël et le Liban au cours de l’année 2006. Si cette tension n’est plus d’actualité, en revanche, on en retrouve fréquemment dans certains pays, comme on a pu le constater récemment avec les attentats au Sri Lanka ou encore le retour de plusieurs Français qui avaient été pris en otage. Bref, je ne suis pas là pour vous faire un cours d’histoire, non seulement car je ne maîtrise pas du tout le sujet, mais en plus, mon truc à moi, c’est plutôt la lecture !

J’ai été très touchée par cette BD même si j’admets avoir trouvé notre personnage principal : Mustapha, clairement détestable. Je l’ai vu comme un menteur, un manipulateur et quelqu’un qui faisait passer ses convictions avant sa famille. C’est quelque chose qui m’a profondément dérangée, non pas dans l’histoire, qui est elle très intéressante et très bien ficelée, mais vraiment dans le caractère et le personnage. Je ne me suis pas attachée à lui.

En revanche, j’ai beaucoup aimé les autres personnages de cette famille : le frère resté en France qui fait tout pour aider les autres tout en essayant de garder une contenance devant ses amis. La mère qui tente de garder ses deux enfants en sécurité malgré l’endroit où ils se trouvent…

Résultat de recherche d'images pour "Yallah Bye"

C’était très intéressant de voir la cavale des personnages pour échapper à la guerre qui se rapprochait d’eux petit à petit. J’ai également réussi à suffoquer toute seule en voyant que l’ambassade ne pouvait (voulait ?) rien faire pour mettre ses ressortissants à l’abri… Je comprends cette mère de famille au bord de la crise de nerfs, ce frère qui tente l’impossible par tous les moyens. En revanche, je m’attendais à un événement qui n’est jamais survenu… Le frère parti au Liban est hémophile, maladie qui, je pensais, serait bien plus décrite et aurait une importance dans cette BD, ce qui n’a pas été le cas.

Si je ne me trompe pas, cette BD est un témoignage. L’auteur est d’ailleurs franco-libanais. J’ai été impressionnée par la véracité des propos, par l’ambiance qu’on retrouve dans cette BD : On est dans une angoisse pure et permanente alors que nos personnages, notamment les hommes, restent très calmes, ne paraissent pas paniquer, et encore moins s’inquiéter.  » On a l’habitude « . C’est quelque chose qui m’a beaucoup marquée, étant habituée, il faut le dire, à être dans un pays calme, malgré les attentats ces dernières années, nous ne connaissons pas ce risque des bombes qui pleuvent au-dessus de nos têtes sur tout le pays. Je pense que cette BD va me poursuivre encore longtemps, il s’agit du genre de lecture que je n’oublierai pas de si tôt de par ses faits marquants.

De plus, les dessins sont très beaux, on a une belle couleur chaude qui rend la lecture très agréable, les planches sont magnifiques. Un grand bravo au dessinateur coréen.


Image associée

L’avis de la prof.

Je pense qu’on pourrait parfaitement utiliser cette BD pour les 3e et pour les lycéens, mais plutôt dans le domaine de l’histoire car on n’y fait pas assez référence en français, du moins selon moi. C’est aussi une possibilité pour les BTS dans la thématique : Seul avec tous. On est clairement dans ce cas de figure avec Mustapha, très entouré, qui ne sait pas s’il doit être fidèle à son pays ou à sa famille. Le dilemme est cornélien, et de ce fait, on pourrait éventuellement en parler avec les 4e sur la thématique de l’argumentation, des valeurs…

Chroniques

[CHRONIQUE] The End

The End

Auteur : ZEP. Genre : BD contemporaine / dystopie.  Edition : Rue de Sèvres. Pages : 90.


Couverture The end

 » Dans le cadre d’un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. C’est en recoupant ces génomes avec la mort mystérieuse de promeneurs en forêt espagnole, le comportement inhabituel des animaux sauvages et la présence de champignons toxiques que le professeur comprendra, hélas trop tard, que ces événements sonnent l’alerte d’un drame planétaire ? « 

Avis Demynotebook.

Ce n’est pas une surprise, je vous l’avais dit, je me mets à écrire doucement mes chroniques sur les BDs qui m’ont le plus marquée ! ZEP est encore une fois à l’honneur, et à nouveau pour une BD adulte.

Notre dessinateur préféré (ou le mien, comme vous voulez !) est de retour pour nous parler nature et écologie cette fois ! On y retrouve des personnages au caractère bien trempé, chose que j’ai vraiment adorée. J’aime les personnages avec du caractère, qui font des bourdes, Monsieur et Madame tout le monde en somme ! Ici, on retrouve principalement Théodore et Moon qui aide le professeur Frawley dans ses escapades pour comprendre le langage des arbres.

On est tout de suite plongé dans une ambiance un peu sombre dès les premières planches, avec des dessins très travaillés et à la fois gênants. Pour autant, les couleurs sont magnifiques et agréables à regarder et à lire même si l’on sent bien que quelque chose cloche et que tout ne va pas se passer pour le mieux.

Et d’ailleurs, c’est le cas de le dire. Je me suis tout de même laissée surprendre. Les sentiments ont afflué naturellement : la tristesse, la colère, la résignation… Pourtant, quand on y pense, c’était prévisible. Mais la fin m’a laissée un peu « bête » sans savoir que penser, que faire de cette BD… Je m’attendais à un scénario bien plus catastrophe que celui-ci. Mais il y a une réelle prise de conscience à la fin, dans les dernières pages, pour le lecteur.

C’est une BD adulte très bien ficelée qui alterne les émotions avec les conseils, les mises en garde, et l’histoire qui est réellement prenante sur tous les points : les relations entre les personnages, les recherches du professeur, et tout ce qui en découle  par la suite.

C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour !

Je vous retrouve pour un C’est lundi que lisez-vous ? 

Je ne mettrais pas ce que je lisais la semaine dernière étant donné que je vous ai fait un long bilan du mois de mai.

Actuellement je suis en train de lire : 

  • Eliza et ses monstres de Francesca Zappia.

 » Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fille timide, intelligente, un peu étrange et… qui n’a pas d’amis. Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire. Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star. Mais Eliza ne peut s’imaginer aimer le monde réel plus qu’elle n’aime sa communauté numérique.Puis, un jour,  Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d’être vécue hors ligne… « 

  • Blanche Neige de Louis-Pier Sicard.

 » Une femme coupable d’un crime dont elle n’a plus souvenir. Une évasion vers une forêt où la noirceur ne vient jamais seule. La découverte d’un manoir abandonné aux secrets bien cachés. Des bougies qui s’éteignent, des ombres qui se lèvent, des objets qui se déplacent d’eux-mêmes. Et des coups qui résonnent contre la porte, avant d’être défoncée… « 

Je ne sais pas encore ce que je lirais après même si je vais continuer à lire la suite du Maître des livres en manga ! Je vais également récupérer Femmes de réconfort qui est une BD sur ce qu’ont subi les femmes coréennes durant la seconde guerre mondiale et Lou : La cabane. 

 

Et vous, vous lisez-quoi ? Est-ce que vous connaissez certaines de ces oeuvres ? Un avis ? 

Bilan du mois

Bilan mai 2019

Bonjour ! 

Ca y est, on est déjà à la fin du mois, il est donc l’heure de vous présenter mes différentes lectures !


Sauveur et fils saison 3 de Marie-Aude Murail : 317 pages : Vous pouvez retrouver la chronique juste ici. Si vous ne l’avez pas lu, je vous rappelle que j’ai eu un immense coup de coeur pour cette saga, et notamment pour ce tome-ci !

Starving Anonymous T1 & 2 de Kazy Inabe : 374 pages. Je vous ai présenté cette nouvelle saga ici.

Le couvent des damnées T1 & T2 de Minoru Tayeyoshi : 416 pages. Encore une nouvelle saga que j’ai eu la chance de lire grâce à ma copine Histoire Naturelle de Bibliophiles ! Je vous la présenterai prochainement, j’aimerais terminé la saga avant !

Samedi 14 novembre de Vincent Villeminot : 216 pages. Encore une fois, un roman que j’ai apprécié même la fin m’a un peu gênée, qui a été chroniqué ici.

Les enfants loups : Ame et Yuki de Yu : 208 pages. Je vous en parle dans les mini-chroniques juste ici.

12 ans de Nao Maita : 191 pages. Voilà un manga dont je ne vous ai pas parlé car c’était un simple test et qu’il n’a pas été concluant même si je suppose que l’histoire peut-être très mignonne pour mes collégiens. On retrouve plusieurs jeunes filles qui découvrent la puberté, l’amour… Dans la douceur. Bien pour les plus jeunes.

Les deux vies de Baudouin de Fabien Toulmé : 272 pages. C’est rare que je fasse une chronique sur une BD, mais pour une fois, ça a été fait ici. J’étais vraiment sur les fesses après cette lecture et je suis restée longuement à réfléchir ! Ca m’a donné un petit coup de boost.

Je reviens vers vous d’Olivier Tallec : 56 pages. Un livre dont je ne vous ai pas parlé car il est très court ! Il s’agit d’un album pour adulte qui joue sur l’humour noir. Si vous êtes férus de cet humour, je vous le conseille ! Les dessins s’accordent parfaitement avec les messages, et c’est à mourir de rire ! Bon, en revanche, évitez ce genre d’album quand vous avez un petit coup de mou ! On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde.

Docteur Rorschach de Vaïnui de Castelbajac : 96 pages. Toujours dans un genre qui se rapproche notamment de l’humoir noir, on retrouve ce psy ! L’auteur a dérivé complètement sur les petites façons de parler du quotidien à un psy. Les nombreuses métaphores y passent, et effectivement, c’est encore très drôle ! Il s’agissait d’ailleurs d’un coup de cœur de ma bibliothèque. Je l’ai beaucoup apprécié.

Un bruit étrange et beau de ZEP : 84 pages. Encore une fois, je crois que je vais prendre goût aux chroniques de BD ! Cette BD m’a un peu déstabilisée, c’était la première fois que je découvrais ZEP en dehors de son talent jeunesse. La chronique est disponible également ici.

Bonne journée d’Olivier Tallec : 56 pages. On est dans le même esprit que Je reviens vers vous, présenté juste au-dessus !

George d’Alex Gino : 172 pages. Un roman jeunesse qui aborde la transexualité. George est, génétiquement, un petit garçon qui se sent fille… Et c’est dur à révéler. La chronique se trouve juste ici.

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet : 160 pages. Un roman graphique qui présente un déserteur qui choisit de se travestir pour se cacher, drôle, dérangeant, époustouflant, et voilà que je me mets à chroniquer aussi celle-ci, juste ici.

L’homme gribouillé de Serge Lehman et Frederik Peeters : 328 pages. Un autre roman graphique, dans les prix BD de ma bibliothèque, que j’ai adoré et dont je vous poste la chronique prochainement !

Plum un amour de chat de Hoshino Natsumi : 224 pages. Un manga tout mignon pour les fans de chat que je vous présente également dans les mini chroniques à venir !

Ce qui fait un total de 17 livres pour 3170 pages. C’est un peu moins que ces derniers mois, mais beaucoup plus qu’avant, ce qui montre aussi mon envie de me remettre vraiment à lire et de reprendre le blog qui a rarement été aussi visité que ces derniers temps ! Alors merci beaucoup !


Je n’ai pas forcément eu de coup de coeur dans les musiques ce mois-ci ! Ayant repris le boulot de façon un peu différente, c’était un peu plus compliqué. Je pense que ce ne sera pas le même genre le mois prochain !


Pour ce qui est des séries, c’est autre chose !

Résultat de recherche d'images pour "blue exorcist"

J’ai eu un petit coeur de coeur pour l’animé Blue exorcist quand je trainais sur Netflix ! Ca a réellement été une super découverte et j’espère que ça va continuer ! Les personnages sont hauts en couleur, attachants, enfin bref, je suis tombée amoureuse, ça y est !

Résultat de recherche d'images pour "Black Mirror"

Je me suis également lancée dans Black Mirror car un des épisodes est souvent utilisé pour les cours ! Je me suis donc décidée à regarder la série plutôt que l’épisode seul, et pour le moment, ça me plait bien ! J’aime l’effet de regarder un film de temps en temps plutôt que réellement une série à proprement parler. Ca, c’est chouette.


Et vous ? Quelles sont vos découvertes ? Vos déceptions ? Livresques, musicales ou cinématographiques !

Top 10 tuesday

TTT : Les 10 illustrateurs de mangas ou BDs que vous aimeriez rencontrer.

Bonjour ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour le TTT, que vous pouvez retrouver sur le blog de Frogzine. On va parler, comme à mon habitude ces derniers temps, de mangas et de BDs et notamment de ces illustrateurs tout simplement géniaux ! Merci à eux. Je vais donc scinder ce top 10 en deux en vous donnant 5 illustrateurs BDs et 5 illustrateurs mangas.

  • #Olivier Tallec.

Il est le merveilleux auteur de Bonne journéeBonne continuation ou encore Je reviens vers vous. Des albums dont j’adore les dessins et qui sont remplis d’humour noir ! Tout ce que j’aime !

 

 

  • Arthur de Pins#

Encore un illustrateur de génie notamment pour ses deux séries que j’ai pu lire : Péchés mignons et Zombillenium qui a d’ailleurs été adapté en film d’animation si ça vous intéresse !

 

 

  • ZEP

Inutile de présenter le fameux créateur de Titeuf ou encore du guide du zizi sexuel ! En plus d’autres nombreuses séries et one-shot destinés autant à la jeunesse qu’aux adultes.

  • Sergio Salma

Auteur de la saga Nathalie, qui a été très importante pour moi lorsque j’étais plus jeune. Je me suis mise à aimer lire des BDs notamment grâce à ses histoires, et à vouloir voyager, fréquenter assidument la bibliothèque qui possédait un grand nombre des tomes.

  • #Julien Neel

Je ne suis pas certaine d’avoir à vous le présenter. Si vous êtes né.es dans les années 90 et que vous êtes fan de BD, vous n’avez probablement pas pu passer à côté de Lou ! Dont le dernier tome est sorti il n’y a pas si longtemps d’ailleurs.

 

 

  • Shinohara Umiharu (Le maitre des livres)

L’excellent auteur et illustrateur de la saga que je vous ai présenté dernièrement Le maître des livres !

 

  • #Yoshitoki Oima

 

La merveilleuse femme qui a écrit et illustré A Silent Voice, disponible en mangas ou en film animé, qui est sorti en fin d’année dernière en VF si je ne me trompe pas !

 

 

  • Peach-pit

Encore une auteure de mangas qui a marqué mon enfance car j’ai lu et regardé avec avidité Shugo Chara pendant de nombreuses années ! Je me souviens d’ailleurs du soir de Noël où j’ai eu les derniers tomes et que j’ai avalé dans la nuit quand tout le monde dormait…

  • #Moyoco Anno

Et pour continuer dans les mangas, encore une fois, qui m’ont marqués, et surtout dans la première série que j’ai lue… Il s’agit de l’auteure de Chocola & Vanilla, deux petites sorcières auxquelles j’étais très attachée ! Il s’agit de mes premiers mangas, en 5e.

 

 

  • Natsuki Takaya#

 

Je ne suis pas certaine d’avoir besoin de la présenter car il s’agit de la très connue auteure de Fruit Basket, une saga de manga que je vous ai présentée récemment !

Chroniques

[CHRONIQUE] BD : Un bruit étrange et beau.

Un bruit étrange et beau. 

Auteur : ZEP. Genre : Contemporain.  Edition : Rue de Sèvres. Pages : 84.


Le silence comme solution.

Couverture Un bruit étrange et beau

 

William, ou Marcus, comme vous le voulez, a fait voeu de silence il y a maintenant 25 ans. Il est devenu moine. Mais, après tout ce temps, il doit sortir de son monastère pour se rendre à Paris. La raison ? Un héritage. Un héritage qui va mener à Méry… William va-t-il tout remettre en question ? Ou rester muet éternellement ? 

 

Avis Demynotebook.

Comme je vous l’ai expliqué la semaine dernière, faire des chroniques de BD, ou de roman graphique, c’est quelque chose de tout nouveau pour moi ! Alors pour continuer dans cette nouveauté, j’ai décidé de lire un roman graphique de ZEP. C’est la première fois que je rencontre cet auteur en dehors de ma zone de confort, c’est-à-dire : ses albums jeunesse, et notamment Titeuf.

Je ne saurais pas dire si j’ai aimé ou non ma lecture. Les dessins et l’histoire sont plaisants, mais je n’ai pas réussi à rentrer pleinement dans l’histoire et à en ressentir tous les aboutissants. C’est peut-être de ma faute, j’ai tendance à lire rapidement, peut-être trop rapidement, les BDs et romans graphiques.

J’ai commencé à me demander pourquoi William en était là, à partir de quel moment décide-t-on de faire vœu de silence toute sa vie ? Pour moi qui suis une grande bavarde, autant vous dire que c’est impossible ! Mais pour autant, je n’ai jamais réussi à rentrer dans sa tête à proprement parler, à ressentir les émotions pleines du personnage, et c’est ce qui m’a manqué. Je ne me suis pas sentie en osmose avec lui, j’étais plus dans le corps de Méry, qui ne voit pas assez mon goût. La fin est énigmatique, tout comme le cadeau d’héritage de la tante de William. Même si j’en saisis les enjeux, encore une fois, quelque chose m’a manqué.

Est-ce que vous connaissez cette BD ? En avez-vous lu d’autre ? Etiez-vous fan, vous aussi, de Titeuf ?