Être contractuel.le·Tribulations

Prof : Conseils du premier jour.

Mon dieu ! C’est mon premier jour ! Comment je vais pouvoir gérer 30 élèves ?

Hello !

Je vous retrouve pour un petit article conseil que j’aurais été ravie de trouver lorsque j’ai commencé tellement j’étais stressée ! Ne me demandez pas comment j’ai fait pour ne pas trembler ou ce genre de chose, j’étais une vraie feuille de papier mâchée ! Et pourtant… Je suis encore là et je veux continuer ce métier, donc c’est que ça s’est plutôt bien passé !

Néanmoins, attention, les conseils que je vous donne ont été valables pour moi, j’ai commencé dans un établissement relativement calme, en campagne !

1. La tenue !

Alors, vous vous poserez sûrement la question et vous entendrez : Surtout ne t’habille pas comme un.e élève ! Ok, je suis d’accord, pour le premier jour. Je suis venue tout de même avec une allure très simple : un jean, une blouse, des talons. Vous voulez mettre des baskets ? Mettez des baskets. Le but c’est que vous vous sentiez bien ! Si vous êtes en train de reluquer votre tenue toutes les 30 secondes ou que vous avez du mal à tenir sur vos talons, ou que vos chaussures cirées toutes neuves vous font mal, vous serez absorbé.e pas par vos élèves, mais par votre allure ! Résultat, un an après, je mets autant de basket que de talons, et de toute façon, à chaque fois, on me prend pour une élève donc !

2. La préparation.

Si vous le pouvez, essayez de préparer vos cours à l’avance, même si je sais que ce n’est pas toujours possible. Personnellement, j’attaque avec une petite vidéo, une musique ou une mise en commun associée au thème que vous allez commencer selon votre matière. Ca permet de les garder calmes et de leur donner envie !

3. Pas de stress, y a point S.

Si c’est possible, épargnez-vous du stress. Rencontrez l’équipe pédagogique avant, demandez à avoir les clés, payez votre cantine si vous comptez manger sur place, essayez d’ouvrir votre salle et vérifiez que le matériel informatique fonctionne : pc, rétro-projecteurs ainsi que vos comptes ENT, webmail académique, Pronote, Sacoche ou que sais-je encore… N’oubliez pas non plus de demander les codes (s’il y en a !) de l’imprimante et de faire vos photocopies à l’avance…

4. Les monstres dans l’arène : avant l’entrée.

C’est bon ? Vous êtes prêts ? Tout fonctionne, vous êtes en position d’attaque avec vos polycopiés à la main ? Génial ! Mais ils ne sont pas encore rentrés et là, ça commence. Alors, selon les établissements, soit les élèves montent seuls en classe, soit il faut que vous alliez vous-mêmes les chercher dans la cour, et comme c’est votre premier jour et qu’ils ont besoin de voir votre tête, pas de panique, ils seront bien rangés pour cette journée ! En ce qui me concerne, ils se mettent en rang devant la salle avant de rentrer, et j’attends le silence. Faites leur comprendre selon votre façon de faire : pour ma part, je donne de la voix sans hurler, mais vous pouvez aussi attendre tout simplement, faire une petite remarque ou autre… Chacun son truc ! Le but ? Qu’ils soient calmes avant d’entrer. Ils s’installent ensuite dans le calme et attendent votre aval pour s’asseoir et sortir leurs affaires. Ils se sont déjà assis ? Soit cela vous convient, soit vous leur dites que ça ne fonctionne pas comme ça. Ne les braquez pas, ils s’habitueront à vous avec le temps !

5. Les fauves sont dans la cage.

(Si vous ne connaissez pas ce film, il s’agit d’Ecrire pour exister : regardez-le ! Je veux devenir cette prof, et en plus c’est une histoire vraie.)

Ca y est ! Ils sont coincés avec vous pendant une heure ! Ou peut-être deux ! Présentez-vous, sans artifice, vous êtes Monsieur ou Madame Prof. Vous avez des règles à imposer ? Faites-le. Vous êtes assez cool ? Ok, faites leur comprendre que par contre vous attendez la même chose d’eux.

Les règles que moi j’impose quand je rencontre une classe en début ou cours d’année :

  • Vous rentrez dans le calme, et vous attendez avant de vous asseoir.
  • Il y a des devoirs. Vous oubliez ? Une fois ça peut arriver, deux fois aussi, mais le mot tombe. Trois fois ? Vous ferez vos devoirs pendant une heure de colle.
  • Aucune raison d’être renvoyé.e de mon cours, sauf si vous vous moquez d’un.e de vos camarades. Retenez-le bien, je ne passerai pas par 4 chemins et vous irez directement en parler avec [Mr le directeur ou Mme la directrice.]
  • Vous avez le droit de boire de l’eau en classe, surtout si vous êtes en train de vous étouffer : pas de mort dans ma salle. En revanche, on ne mange pas. Et si vous avez un chewing-gum, ne vous faites pas attraper, pas de ruminants dans la salle.
  • Pour les gros contrôles, vous êtes prévenus une semaine à l’avance. Pour les petites, on s’arrange selon vos emplois du temps et le mien.

Attention : Il s’agit de MES règles et de MES tolérances ! Vous ne supportez pas les chewing-gum ? Dites leur. Ils n’ont pas le droit de boire ? Dites leur également. Vous avez une autre façon de fonctionner pour les devoirs ? Pas de soucis.

Pourquoi je ne parle pas des bavardages etc : parce qu’ils le feront bien assez tôt, je saurai leur rappeler pourquoi ils sont là. Pour les autres situations : je ne parle pas des choses qu’ils ne devraient pas avoir en tête et qui n’arrivent pas fréquemment dans une classe. Pour donner un exemple, je ne parle pas de respect envers le prof si la situation ne l’exige pas.

Assurez-vous que les règles soient claires pour tout le monde. C’est le cas et personne ne bronche ? Ok, détendez-vous, et si vous avez envie de faire une petite blague, ne vous en privez pas ! Il ne vous reste plus qu’à présenter (si vous le pouvez !) ce que vous allez faire dans l’année OU si vous êtes sur un remplacement, demander (si vous n’avez pas eu de contact avec le ou la titulaire) où ils en sont, leur rappeler ce qu’ils ont fait récemment etc.

Tout est bien mis en place ? Ok, on se remet dedans pendant que vous faites l’appel, ils relisent leur cours, un texte, ils regardent un tableau… et le tout en silence ! Vous pouvez demander à ce qu’ils mettent des petits papiers pour qu’ils ne vous rappellent toutes les 30 secondes leur prénom ! (Sincèrement, je dois le faire les deux premières heures, ensuite, ils répètent. Oups.)

6. La fin du cours.

Si vous le pouvez, sachant que personnellement, ça n’a pas été fait les premières fois… Faites leur écrire leur devoir à l’avance, avant la sonnerie ! Il y a de grandes chances pour que la sonnerie court-circuitent les neurones de nos chères têtes blondes et la fois d’après : oups, j’ai pas fait mes devoirs. Vous aurez peut-être un ENT ou Pronote, qui vous permettra de mettre les choses importantes que vous avez fait en cours ainsi que les devoirs pour la prochaine fois, cela leur permet de vérifier.

Petite chose : Ne les laissez pas se lever si vous ne leur en avait pas donné l’autorisation et que vous êtes encore en train de parler ! La cloche c’est vous ! (Ne dites surtout pas ça ! Parlez plutôt de sonnerie ! Sauf si vous avez de l’humour, allez-y.)

 

Vous êtes encore en vie ? Félicitations ! Allez, on y retourne, la deuxième classe de 5e arrive avec à son bord : Kévin, le bavard qui vous fout tous vos cours en l’air ! Mais ça, on en parlera la prochaine fois. Pourquoi la prochaine fois ? Parce que Kévin ne se montrera probablement sous son plus beau jour au premier cours !

Disclaimer : Kévin a été un élève charmant chez moi, ne vous fiez pas au prénom !

Publicités
Être contractuel.le·Tribulations

Comment devenir professeur ?

Bonjour ! 

Aujourd’hui, je vais répondre à la fameuse question qui a pu revenir de nombreuses fois parmi mes proches et parmi les personnes qui me lisent : Mais comment as-tu pu devenir professeure à 21 ans ?! 

Résultat de recherche d'images pour "Professeur"

Avant tout, il faut savoir que je ne suis pas passée par la voie dite « classique ». Je n’ai pas mon concours, ce qui signifie que je ne suis pas titulaire. Je suis contractuelle, je fais donc des remplacements. Ces remplacements peuvent durer de deux semaines à toute l’année.

Lorsque vous voulez devenir professeur, techniquement, vous devez passer un Master qui vous préparera à passer le CAPES ou CRPE (pour les professeurs des écoles) de votre choix. Pour ma part, ce qui me concerne, c’est le CAPES de lettres modernes. Vous pouvez passer ce concours pour l’éducation nationale publique, pour ce qui est du privé, un autre concours est possible. Mais en tout et pour tout, dans le public, vous aurez trois possibilités différentes pour obtenir le fameux sésame.

  • Le concours externe.

Ce concours est celui qui se passe (pour l’instant) après la première année de Master. Si vous obtenez votre concours, vous passez alors en seconde année en tant que stagiaire. Vous devrez faire 9h devant élèves par semaine, et le reste du temps vous irez à l’ESPE : l’école de formation pour les professeurs.

  • Le concours interne.

Voici celui que je souhaite passer. Pour passer le concours interne, on vous demandera d’avoir au minimum un BAC +3, c’est-à-dire un niveau licence. De plus, on vous demandera d’avoir trois ans d’expérience (ou deux selon les académies) pour pouvoir passer ce concours qui ne ressemble pas au CAPES habituel. Vous devrez faire un dossier, que vous enverrez, et suite à ce dossier, si vous êtes admissible, vous passerez un oral. Attention, il ne faut pas avoir plus de 3 mois de coupure entre deux contrats, sinon vous retomberez à 0 pour ce qui est de votre expérience.

  • Le troisième concours.

Il s’agit d’un concours qui s’adresse aux sportifs de haut niveau, aux personnes ayant au minimum trois enfants et aux personnages ayant au moins six ans d’expérience dans le privé.

Bon d’accord, c’est bien beau de vous raconter ça, moi je n’ai pas de concours, alors comment j’ai fait ? En réalité, j’ai juste envoyé mon CV et une lettre de motivation au rectorat de mon académie. Après un entretien axé sur ma matière, on m’a jugée apte à enseigner en collège et en lycée. Depuis, je suis allée dans plusieurs établissements, et j’ai exercé les mêmes fonctions qu’un titulaire. La différence étant que j’enchaîne les CDD et lorsque mon contrat est terminé, s’il n’y a pas de poste dans mon secteur, je suis donc au chômage jusqu’à ce que le rectorat me contacte pour me proposer quelque chose. Néanmoins, mes vacances sont payées au prorata, ce qui signifie que si j’ai suffisamment travaillé, mes grandes vacances sont payées au même titre qu’un titulaire. Et si mes contrats ne se sont pas arrêtés entre les petites vacances, je suis également payée. Cependant, attention ! Cela n’est pas pareil pour toutes les académies, renseignez-vous bien !

Voilà, j’ai voulu commencer cette nouvelle catégorie par des « bases ». Si vous avez des idées d’article, des questions ou autre, j’y répondrais avec plaisir ! J’espère que cette nouvelle catégorie vous plait et pourra aider certains d’entre-vous.

Bonne journée !