Chroniques

[CHRONIQUE] 5150, rue des Ormes.

5150, rue des Ormes.

Auteur : Patrick Senécal. Genre : Horreur.  Editeur : Alire. Pages : 367.


Couverture 5150, rue des Ormes

 

 » Yannick Bérubé, 23 ans est séquestré au 5150, rue des Ormes chez les Beaulieu, une famille de fou. Le père est un joueur invétéré d’échecs, Maude, la mère, ne vit que pour le seigneur, et c’était sans compter sur Michelle, l’adolescente, probablement la plus dangereuse… Anne, la plus jeune, reste désespérément muette. Yannick doit s’évader avant de perdre la vie, ou la raison. Il y a urgence. « 

 

Avis Demynotebook.

Je l’avoue, je suis dans ma période horreur, je crois que ça se voit avec mes dernières lectures… Je me suis donc lancée dans une valeur sûre à mes yeux : un roman de Senécal, un huis-clos qui plus est !

Yannick m’a emporté chez les Beaulieu suite à sa chute à vélo. Il aurait mieux fait de se casser une jambe ce jour-là ! Il n’est pas entré chez les bonnes personnes, et il a vu et entendu des choses pas très normales dans cette maison. Dommage hein ? Ce qui est encore plus dommage, c’est qu’il va devoir rester ici. Pour mourir ? Peut-être pas maintenant.

On entre dans cette maison pleine d’angoisse en espérant que ce soit sanglant et… Sachez que ce n’est pas le cas ! On est beaucoup plus porté sur la psychologie démente des personnages, et pour autant, ça reste vraiment flippant et complètement barré. Je vous mets au défi de rester seulement une journée chez les Beaulieu ! Vous allez être servi.

Et le pire ? C’est que vous risquez de vous attacher à certains personnages de cette famille. Après tout, Maude est gentille, douce, et Jacques veut juste vous nourrir, être sympa avec vous, et jouer aux échecs. Il est Juste, si vous n’avez rien fait, il ne vous fera pas de mal. On se demande même ce qui l’a rendu aussi cinglé. On éprouverait presque de la peine pour lui et pour sa femme.

En revanche, Anne et Michelle sont beaucoup plus… dangereuses. Si Anne m’a fait de la peine et je ressentais plutôt l’envie de la protéger comme Maude, je pense que je ne tiens pas deux secondes avec Michelle auprès de moi ! La Reine Rouge n’est pas docile, et elle n’a aucun principe. Autant vous dire que je ne suis pas sûre de vouloir faire ne serait-ce qu’une soirée en compagnie de cette fille qui parait beaucoup plus vieille qu’elle ne l’est. Je ne sais pas si je l’ai détesté pour son comportement ou alors parce qu’elle me fait peur.

Les événements se déroulent doucement mais sûrement, la seule chose qui a pu me gêner, c’est cette sensation de ne pas avancer, de tourner en rond. Effectivement, les scènes tournent en rond, mais ce n’est pas le cas de l’état mental de notre personnage principal qui lui, avance à grand pas ! Peut-être même trop pour que ça puisse me paraître réaliste jusqu’au bout.

La fin m’a moyennement plu en revanche. J’ai eu la sensation que c’était un peu bâclé. Comme nous en discutions avec un ami, effectivement, Senécal à tendance à louper ses fins, et celle-ci en fait plus ou moins partie. Je suis restée sur ma faim : on manque de précisions… Heureusement, on m’a quand même fait remarquer qu’une certaine suite a lieu dans Aliss, que je suis actuellement en train de lire de ce fait. Mais, toujours est-il que l’horreur est insoutenable à la fin, et si j’ai aimé cette partie, les dernières pas m’ont un petit peu refroidie… Je vous laisse vous faire votre propre idée !

Je viens de m’apercevoir qu’il existe un film sur ce livre… A voir donc !

Publicités