C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi, que lisez-vous ?

Bonjour,

Je vous retrouve pour un article qui n’a pas été fait depuis plusieurs mois car je lisais de moins en moins… Je reprends donc directement avec mes lectures actuelles.

Qu’est-ce que je suis en train de lire ?

Couverture Everlasting

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que vais-je lire ensuite ? 

Bonne question ! Pour l’instant, je n’en ai pas la moindre idée. J’aimerai relire un roman d’horreur pour Halloween, donc peut-être un des contes interdits ! Ou alors peut-être un livre qui aura rapport avec les cours de français de mes 3e ou de mes 5e où je vais traiter l’autobiographie et la différence.

Et vous ? Vous lisez quoi en ce moment ?

 

Publicités
Throwback Thursday

[TTL] Frissons, sang, horreur,thriller, angoisse, suspens.

Hello !

Allez on continue à reprendre les bonnes choses avec les rendez-vous littéraires ! Cette semaine, on attaque les lectures horribles pour Halloween ! En ce qui me concerne, je vais vous présenter un livre que j’ai beaucoup aimé et que pourtant je n’ai jamais eu le temps de chroniquer alors que je l’ai adoré.

Avant tout, il faut savoir que ce livre est réservé aux adultes et particulièrement dérangeant, il ne s’agit pas de s’amuser à se faire peur juste pour Halloween avec un truc qui finit bien et où en fait, tout va bien. Absolument pas. Les thèmes abordés sont plutôt glauques, n’en doutez pas.

Il s’agit du livre Les 3 p’tits cochons de Christian Boivin. Est-ce que c’est une blague ? Absolument pas ! Il s’agit du quatrième tome de la saga des contes interdits.

Couverture Les 3 p'tits cochons

 » Trois individus qui trempent dans le voyeurisme, la pornographie, le cannibalisme et la nécrophilie.

Une étudiante universitaire menant une vie bien rangée qui se retrouve à la morgue après avoir consommé du Flakka. 

Un tueur à gages qui revient dans sa ville natale afin de mettre sa soeur en terre et qui découvre de troublantes vérités à son sujet.

Une rousse excentrique à la libido débridée et dénuée de tout sens moral, capable de pervertir les âmes les plus pures. « 

 

Je ne sais pas pourquoi, mais je suis toujours plus prise au coeur par les romans québecois. Je n’ai lu que ce tome-ci, mais Halloween arrive et je pense que d’autres contes macabres comme Le petit chaperon rouge, m’attendent bien tranquillement !

 

Chroniques

[CHRONIQUE] Collaboration horizontale.

Collaboration horizontale.

Auteurs : Mademoiselle Navie et Carole Maurel. Genre : Roman graphique. Edition : Delcourt. (Mirages)

Pages : 144. Prix : 18.95e.


L’utilisation des romans graphiques en cours ?

Je compte utiliser ce roman graphique pour les cours de français qui se mêlent d’ailleurs à l’histoire avec mes 3e. Je trouve cette BD plus parlante pour ces élèves qui ont parfois du mal à lire, ou qui n’aiment tout simplement pas la lecture. Cela nous permet également d’aborder la guerre de manière « civile ». Il est important de parler de ce que l’on vivait quand on n’était pas, et d’autant plus lorsque l’on était une femme.


Collaboration Horizontale

 

 

Le quotidien d’un immeuble et d’une communauté de femmes solidaires dans le Paris occupé, en 1942. Pour sauver Sarah, son amie juive, Rose entame une relation passionnée un officier allemand.

 

 

 

Avis Demynotebook.

Merci beaucoup à ma copine Histoire Naturelle de Bibliophiles qui me prête son roman à la fois pour que je le découvre, et à la fois pour mes petits monstres !

J’aime beaucoup les romans graphiques, et encore plus ceux qui traitent de la Seconde Guerre Mondiale et notamment de ce qui se passait dans les villes. Dans ce roman, on aborde de nombreux sujets : l’amour entre une française et un allemand, les femmes tondues, le fait de cacher les juifs, les soucis au sein d’une communauté…

Je me suis bien sûre beaucoup attachée aux personnages, mais surtout aux illustrations… Il y a un travail magnifique avec notamment plusieurs doubles pages qui sont juste sublimes ! C’est un grand plaisir de lire une histoire si bien écrite avec des illustrations si expressives, sans jamais être dans la vulgarité ou l’agressivité, bien au contraire.

Est-ce que vous connaissez des romans graphiques très beaux ? J’aimerai en découvrir de nouveaux !

♥♥♥♥♥

Coup de coeur.

 

 

Top 10 tuesday

[TOP 10 TUESDAY] Les 10 livres qui ne seraient pas aussi bons avec des personnages différents.

Bonjour,

Cela fait longtemps que je ne vous ai pas retrouvé pour un petit rendez-vous littéraire ! On va donc remédier à ça tout de suite en vous présentant le thème de cette semaine : Les 10 livres ne seraient pas aussi bons avec des personnages différents.

 

On retrouve dans tous ces romans des personnages au caractère enflammé, et je ne sais pas ce que cela serait sans eux, ou avec des personnages différents ! Et je ne préfère pas l’imaginer. En effet, ces livres sont pour la plupart des coups de cœur grâce aux personnages.

Et vous ? N’hésitez pas à me laisser les liens de vos articles en commentaires pour que je puisse passer !

Chroniques

[CHRONIQUE] Rubiel e(s)t moi.

Rubiel est moi.

Auteur : Vincent Lahouze. Genre : Roman. Edition : Michel Lafon.

Pages : 268. Prix : 17,95e.

 

Qui est Vincent Lahouze ?

Vous connaissez peut-être cet homme dont on entend de plus en plus parler sur les réseaux sociaux, et notamment sur Instagram car celui-ci est particulièrement présent. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai pu faire la « rencontre » de Rubiel pour la première fois. Vincent à la trentaine et il s’agit de son premier roman.

Couverture Rubiel e(s)t moi

 

 

 » Si je devais me souvenir d’une chose, d’une seule chose, ce serait la vision des murs gris de l’Orphelinat du Bienestar de Medellin et des portes qui claquaient lorsque nous courions dans les couloirs, le bruit sourd de mes pieds nus sur le parquet de bois délavé et poussiéreux. Oui, d’aussi loin que je me souvienne, la couleur n’existait pas.

Je suis né en Colombie, à la fin de l’année 1987, mais je n’ai commencé à vivre qu’en 1991. « 

.

.

Avis Demynotebook.

Avant tout, merci aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat ! Quand j’ai su que Vincent Lahouze sortait son livre, j’ai eu envie de le découvrir immédiatement car j’avais déjà lu de nombreux textes sur son compte instagram, dont une nouvelle.

Je vais rentrer tout de suite dans le vif du sujet : les personnages. J’ai été agréablement surprise de voir des personnages si développés, on entre réellement dans leur tête et on ne s’attarde pas sur des descriptions inutiles. Ce sont des descriptions sur le caractère, les réactions, ce qui m’a semblé bien plus intéressant. On retrouve notamment les personnages de Rubiel et de Vincent.

En effet,Vincent Lahouze a écrit ce roman entre fiction et récit autobiographique. On apprend alors, si vous ne le savez pas déjà, que Vincent a été adopté en Colombie par des parents français et que son véritable prénom était, auparavant, Rubiel. Il nous livre alors des parties de sa vie actuelle, et imagine sa vie s’il était resté Rubiel, et uniquement celui-ci, en Colombie.

J’ai beaucoup aimé cette double énonciation, cette alternance entre fiction et réalité. Je me suis même beaucoup attachée à Rubiel. Mais cet attachement est surtout dû à la plume de notre auteur. En effet, on a énormément de jeux de mots, de jeux littéraires et de sensibilité, ce qui m’a beaucoup plu. C’est une belle façon de s’exprimer, et ça a rapidement touché ma sensibilité en suscitant immédiatement ma compassion pour cet enfant apeuré, débrouillard, poissard même parfois…

En bref : J’espère pouvoir lire de nouveau un roman de Vincent Lahouze car ce premier a été un grand coup de coeur, rempli d’émotion, de vérité. Cher Vincent, j’espère que tu trouveras ce que tu cherches, si ce n’est pas encore le cas.

 

♥♥♥♥♥

Coup de coeur.

 

 

 

Chroniques

[CHRONIQUE] Heroes

Heroes

Auteur : Battista TarantiniCouverture Heroes

Editeur : Hugo &Cie

Nombre de pages : 461

Genre : Romance

La vie a joué un très mauvais tour à Grace. Alors qu’elle commençait des études de médecine, son cœur l’a lâchée et elle a dû subir une transplantation cardiaque. L’organe qui bat désormais dans sa poitrine est en bonne santé, mais il lui est complétement étranger. Ne sachant plus qui elle est, Grace s’exile en Australie, chez sa tante, pour tenter de se retrouver, et donner une nouvelle direction à sa vie.

Arrivée dans le bush australien, sa voiture tombe en panne et Z, le garagiste local lui porte secours.

Ténébreux, écorché vif, il répare des voitures en menant une vie solitaire, se contentant de la compagnie de son chien. Grace comprend rapidement que Z n’est pas celui qu’il semble être. Il la fascine, l’attire irrévocablement ; comme elle, il a choisi le désert rouge d’Australie, ses espaces infinis et sa dureté, pour se réinventer.

Au cœur de l’immensité australienne, Z et Grace vont-ils réussir à oublier leur passé ?

Avis.

Bonjour ! Cela fait bien longtemps que je n’avais pas pu poster… Mes monstres me prennent beaucoup de temps mine de rien ! Du coup je reviens avec un livre vu partout sur les réseaux sociaux pendant un moment, et à la fois une belle romance puisqu’il s’agit de celle de Z. et Grace !

Avant tout, il faut savoir que je raffole de l’Australie et que je rêve d’y aller un jour, alors forcément… Une histoire en Australie, au pays des kangourous, c’était pour moi ! J’avais peur de lire ce livre car j’en avais entendu énormément de bien, et finalement, je me suis lancée, même si j’avais peur d’être déçue.

C’est un livre que j’ai pris le temps de lire, pour la simple et bonne raison que l’histoire de Grace m’a touché « professionnellement » suite à quelques déboires médicaux avec mes élèves. Je me suis donc permise une pause de temps en temps. Ca mis de côté, ça allait mieux par la suite, et j’ai croqué ma lecture à pleines dents !

J’ai tout de suite adoré les personnages, même si malheureusement, j’avais déjà deviné le sombre secret de Z, à vrai dire, je ne sais pas si l’auteur a vraiment pris la peine de vouloir le cacher non plus pour être honnête. En revanche, dans l’éventuel doute, je me suis mise à dévorer la moitié du roman, simplement pour être sûre d’avoir raison, hem… En ce qui concerne les autres personnages, j’ai toujours adoré Grace et sa tante, du début à la fin. Le personnage de Z est torturé et mystérieux, tout ce que j’aime également, mais je dois bien avouer qu’il m’a agacé plus d’une fois à ne jamais savoir ce qu’il voulait vraiment.

Le petit côté thriller de la fin, avec cette chasse à l’homme, alors que je ne suis pas du tout friande de ça habituellement, ça a vraiment pimenté ma lecture. Et c’est une très bonne chose ! Je peux d’ailleurs dire que c’est un joli coup de coeur qui m’a permis d’oublier mon boulot une fois la situation initiale passée.

Note : ♥♥♥♥♥