Chroniques

[CHRONIQUE] Quand la nuit devient jour.

Quand la nuit devient jour.

Auteur : Sophie Jomain

Editeur : Pygmalion

Nombre de page : 238

Genre : Contemporain

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression.
Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.

 

Avis.

J’ai eu envie de reprendre une lecture de cette auteure après avoir vécu un énorme coup de coeur lorsque j’ai lu Cherche jeune femme avisée. Et j’ai été attirée par le résumé et la couverture que je trouve particulièrement jolie.

C’est la première fois que je lis un livre qui traite de ce sujet. D’ailleurs, Sophie Jomain nous laisse au début un mot comme quoi elle a hésité à écrire ce roman. J’ai été ravie pour ma part de voir un roman comme celui-ci même si ça n’a pas été un coup de coeur.

Ca n’a pas été un coup de coeur parce que j’ai eu du mal à m’attacher au personnage principal. J’aurai préféré qu’on se centre sur le sujet de l’euthanasie, sur ce qu’elle ressentait par rapport à ça, j’avais la sensation que ce n’était pas assez poussé même si le passage où elle doit en parler avec ses proches est très intéressant ! J’ai été gênée par le fait que j’ai eu la sensation de passer d’un fait réel à une fiction.

Cependant, j’aime toujours autant l’écriture de Sophie Jomain qui est très fluide, aucunement besoin de se concentrer ou de relire les phrases pour rentrer dans le roman dès le premier coup. Le petit détail qui m’a gêné… C’est la fin ! Comme certains le savent, je ne suis pas du tout pour les fins ouvertes, ça me dérange. Et je n’ai pas eu la sensation qu’il y aurait un second tome… Donc je suis restée sur ma faim, un peu comme une idiote devant ma liseuse en mode : Bah… Et ensuite ?!

Note : ♥♥♥♥♥

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s