Chroniques

[CHRONIQUE] King’s Game

King’s Game

Auteur : Nobuaki Kanazawa

Editeur : Lumen

Nombre de pages : 374

Genre : Light Novel / Horreur

Tiré du manga : King’s Game

Avertissement : Ce Light Novel est clairement réservé à des fans d’horreur et de gore.

 

Résumé : Nobuaki est réveillé en pleine nuit par un étrange sms qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s’embrasser. Le mystérieux expéditeur du message prétend que la classe entière participe à un “King’s Game”. Jour après jour, les défis se succèdent, et les lycéens sont bien obligés de se rendre à l’évidence: ils ont 24 heures pour s’exécuter et la sanction en cas de désobéissance est la mort. Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? Où qu’elles soient, quoi qu’elles tentent pour s’échapper, la mort vient trouver ses jeunes victimes, infaillible. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros… Parviendront-ils à découvrir la vérité avant qu’il ne s’abatte ? King’s Game… 1 classe, 32 élèves, 24h pour obéir. Une seule sanction : la mort.

Avis :

J’ai choisi ce livre pour me lancer dans les Light Novel à la base, ça faisait longtemps qu’il traînait dans ma pile à lire, et j’ai décidé de l’en sortir ! Pour le meilleur ou pour le pire ? Je vous laisse le découvrir. J’avais envie d’horreur, de choc, quelque chose qui m’empêche presque de dormir la nuit tellement j’aurai eu peur pour moi ! Eh bien disons que ce n’est pas tout à fait ce qui s’est passé…

Pourtant, j’ai été emballée dès le début, le fait d’avoir une classe, des gages, une histoire qui commence doucement sans trop prendre son temps non plus, tout était bon pour moi. Mais on est monté d’un seul coup dans l’horreur au lieu d’y aller petit à petit et ça m’a déjà un peu gêné. J’ai eu l’impression qu’on se précipitait. Bon, admettons, après tout, j’avais envie d’horreur, de glauque et de frissons, donc pourquoi pas ?

Oui, seulement avec toute une classe, dur, dur de se souvenir de tous les personnages hormis Nobuaki… Je ne me suis pas assez attachée aux personnages car le livre tombe vraiment uniquement dans le gore. Le glauque pour le glauque. Je n’ai pas retrouvé le suspense que j’attendais, on devine rapidement comment ça va se terminer, et pour moi j’ai eu des passages qui n’étaient pas assez réalistes du tout. Je sais bien qu’on est dans une espèce de thriller un peu glauque, donc forcément, oui ce n’est pas réel, mais je n’ai pas eu la sensation que ça aurait pu me tomber dessus si c’était réalisable. Pareil pour les personnages, autant les réactions de certains sont compréhensibles, autant pour d’autre, ça ne l’est absolument pas !

Je sais qu’il y a d’autre tomes, et je ne sais pas si je vais les lire parce que j’ai vraiment été déçue. Je pense que si je les lis c’est justement parce que je n’ai pas eu les explications que j’aurai souhaité. Car sincèrement, si quelqu’un est capable de m’expliquer la fin, ne vous gênez pas !

Note : ♥♥♥♥♥

Publicités
C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi, que lisez-vous ? #14

Bonjour !

Je vous retrouve pour notre petit rendez-vous que je n’ai pas respecté la semaine dernière suite à de nombreux changements dans ma vie personnelle et professionnelle, mais je suis toujours là, pas de panique, et je pense que je vais même pouvoir vous faire pas mal d’article sur ce qui se passe, et sur mes lectures qui vont se faire probablement plus nombreuses qu’auparavant !

Qu’est ce que j’ai lu les semaines passées ? 

 

Qu’est ce que je suis en train de lire ?

 

Qu’est ce que je vais lire par la suite ? 

Je ne sais pas trop encore car j’ai beaucoup de romans à lire du coup ! Mais je pense attaquer Hunger Games T1 et Percy Jackson T1 dans la foulée ainsi que Moi, Malala.

 

Et vous,

Vous lisez quoi en ce moment ? 🙂

Chroniques

[CHRONIQUE] Tous les deux

Tous les deux

[Coup de coeur]

Auteur : Nicholas Sparks

Editeur : Michel Lafon

Nombre de pages : 544

Résumé : À trente-deux ans, Russel Green a une vie de rêve : une carrière brillante dans la publicité, une maison sublime à Charlotte en Caroline du Nord, une adorable petite fille de six ans et surtout une femme exceptionnelle, Vivianne, qui est le centre de son monde. Mais cette merveilleuse façade se craquèle le jour où Vivianne part soudainement et qu’il perd son travail. Désarmé, Russel doit apprendre à composer avec sa nouvelle existence et à élever seul sa fille, devenant pour elle tour à tour chauffeur, cuisinier, infirmier, compagnon de jeu… Submergé de chagrin, il se jette dans ce combat quotidien. L’amour inconditionnel qui le lie à sa fille lui redonnera-t-il goût à la vie ?

Avis :

C’est le premier livre que je lis de cet auteur, alors que je dois connaître probablement presque toutes les adaptions cinématographiques tirées de ses livres. #ShameOnMe. Quelle claque… J’ai voulu lire ce livre notamment parce que c’est Michel Lafon qui le publie, et ensuite parce que j’avais envie d’une histoire sentimentale qui prend aux tripes, exactement ce que fait Nicholas Sparks habituellement selon ce que j’en avais compris.

J’ai beaucoup aimé la couverture, et je pense que c’est ce qui m’a aidé à me lancer dans ce roman, tout de même assez conséquent, par le fait qu’on est plus envoyé dans une histoire de famille, d’amour et de découverte entre un père et sa fille, plutôt que dans une histoire de couple. Autrement dit, pas de new romance ici ! Ne vous attendez pas à de l’action, à des rebondissements inattendus, ce livre ne sera pas fait pour vous sinon. On entre dans un univers connu de tous : un couple, avec une petite fille, une maison, un travail… Pas d’action dans tout ça, mais beaucoup de choses concrètes, réelles, de sentiments. J’ai du coup tendance à penser que ce livre peut s’adresser à tout le monde.

On entre dans le quotidien de Russ, qui perd son travail, puis petit à petit sa femme, Vivianne. Il se retrouve alors à devoir élever London, sa fille, plus ou moins seul. Pas évident quand on n’en a pas l’habitude n’est-ce pas ? On les voit apprendre à se connaître, faire en sorte que tout se passe bien avant tout pour elle. Et si ça n’a rien de spectaculaire au premier abord, on a réellement une complicité qui se fait entre le lecteur et les personnages. J’ai eu tellement de peine pour Russ, tellement de haine pour Vivianne par la suite alors même que je me retrouvais parfois en elle au début du roman, dans sa façon d’être, dans ses réactions. Ce que j’ai aimé par rapport aux personnages, c’est qu’ils m’ont tous touchés à leur façon, que ce soit nos personnages principaux, ou alors dans la famille de Russ… J’ai détesté sans en être réellement capable, j’ai aimé en ayant toujours une hésitation. On retrouve bien la complexité des choses qui nous arrivent : tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Russ n’est pas parfait, Vivianne n’est pas seulement un personnage que l’on peut se permettre de détester. On a une belle représentation de ce qui se passe autour de nous tous les jours, et c’est ce qui m’a plu. Un roman où on ne triche pas, on ne s’évade pas tout à fait, et on prends conscience, si possible, de la difficulté des choses. Tout n’est pas toujours merveilleux, tout n’est pas toujours simple, et on n’échappe pas à certaines « lois ».

L’écriture m’a fait plonger dans le roman. Je l’ai trouvé à la fois très jolie et très simple. Je n’ai pas annoté de citations toutes les 30 secondes comme j’ai déjà pu le faire dans d’autres livres, c’est vrai, mais ça ne m’a pas gêné. On fait passer les sentiments par des mots simples que chacun prononce chaque jour, sans en faire trop, tout en restant dans le naturel et ça m’a beaucoup plu. J’ai trouvé l’écriture fluide en fonction des moments, parfois hachée à cause de la douleur, mais j’ai toujours pu m’y retrouver, m’identifier. Elle a eu un rythme qui personnellement me convenait et était en adéquation avec ce que je ressentais.

La fin est à la fois parfaite et terriblement déstabilisante. On n’est pas dans le happy end parfait, ni dans le drame. C’est un juste milieu des deux, encore une fois comme on en vit tous les jours. Pour moi c’est un point qui mène directement au coup de cœur !

Après je tiens quand même à mettre en garde les personnes qui seraient peut-être touchées par ce genre de sujets comme la rupture, le divorce, les questions de garde etc que ce n’est peut-être pas le livre qui vous faut maintenant tout de suite, ou alors bien au contraire, si vous êtes prêt, ce sera LA révélation comme ça a pu l’être pour Russ.

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Le joueur de flûte de Hamelin

Le joueur de flûte de Hamelin

[Partenariat] | [Ceci est un roman graphique]

Auteur : Jay Asher & Jessica Freeburg

Editeur : Michel Lafon

Nombre de pages : 140

Résumé :

Il était une fois, dans un petit village au fin fond de la forêt, une jeune femme sourde nommée Maggie. Maltraitée par les villageois, elle se réfugiait dans l’imaginaire, rêvant de trouver un jour le prince charmant. Quand Maggie rencontre le mystérieux joueur de flûte, il semble que tous ses vœux se réalisent. Mais à mesure qu’elle se rapproche de lui, Maggie découvre le côté sombre du garçon de ses rêves qui pourrait bien se révéler son pire cauchemar…

Avis :

Avant tout, merci aux éditions Michel Lafon pour ce nouveau partenariat, qui met en jeu un roman graphique alors que je suis plutôt habituée aux romans purs et durs. J’ai lu beaucoup de romans graphiques pendant un moment, mais j’admets avoir arrêté parce que je trouvais qu’il n’y avait pas assez de consistance pour le prix. (Ne me tapez pas sur les doigts, je connais la loi du prix unique, ce que ça coûte de faire éditer un livre, etc. N’empêche que mon compte bancaire n’était pas forcément en accord il y a quelques années quand j’étais encore étudiante pour payer 20e et dévorer le livre en une heure à peine.) Donc c’était l’occasion lors de cette sortie de voir si j’appréciais toujours ce style.

Nous avions eu un petit extrait lors du salon de Montreuil lors du petit déjeuner avec les partenaires, et c’est vrai que je choisis majoritairement mes BDs et mes romans graphiques vis-à-vis des dessins. Je sais automatiquement si ça va me plaire ou non juste au dessin car malheureusement parfois, je me focalise automatiquement dessus et je ne pourrai pas lire un roman graphique ou une BD avec des illustrations qui ne sont pas mon genre, que je trouve trop approximatifs. J’ai besoin également de discussion dans ce genre de roman, c’est tout ou rien, mais pas de description alors que tout peut passer par le dessin. Et j’avais l’impression de retrouver tout ce que j’aimais dans les extraits, alors quand ce roman nous a été proposé, j’ai postulé.

Ce roman traite du conte du joueur de flûte de Hamelin, conte que je ne connaissais pas avant de me renseigner un peu sur ce roman graphique. Pas taper donc ! Je ne pourrais pas faire de comparaison entre cette réécriture et le vrai conte du coup. Je vais uniquement vous parler vraiment de l’aspect artistique, des émotions ressenties, plus que de l’histoire de ce fait.

Pour les illustrations, clairement, elles sont magnifiques. J’ai eu un énorme coup de cœur pour nos deux personnages principaux que sont le joueur de flûte et Maggie. Il y a beaucoup de tendresse, d’émotions, et à la fois de colère, de sentiment de vengeance ! Puis sincèrement, j’aurai bien fait du joueur de flûte mon bookboyfriend hein. Non seulement on l’a représenté de façon carrément hyper beau, mais en plus il m’a mis les larmes aux yeux. Moi je dis oui, aucun souci, viens on s’épouse. On a une histoire tellement poétique, tellement belle sans tomber pour autant tomber dans le cliché amoureux ou autre. On passe de la joie à la stupeur en quelques secondes. J’aime les romans qui jouent avec ma sensibilité, qui me font changer d’avis toutes les 30 secondes, et j’aime ce fait qu’on ne soit pas dans le monde des Bisounours (bon, j’admets, ça c’est selon mes périodes de lecture.) Mais entre l’histoire, les personnages, les illustrations, c’est un combo gagnant car ça a été un vrai coup de cœur pour moi.

Est ce que vous connaissez le conte de base ?

Vous aimez bien lire des romans graphiques ou pas du tout ? Celui-ci vous tente ? 

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Phobos T4 : Horizons

Phobos T4 : Horizons

Auteur : Victor Dixen

Editeur : Robert Laffont

Collection : Collection R

Tome 4 et final de la saga Phobos.

Nombre de pages : 649

Genre(s) : Young Adult, Dystopie

Je ne vous mets pas le résumé pour ne pas spoiler ceux qui n’auraient pas encore lu les autres tomes ! 🙂

phobos-tome-4-horizons-988223-264-432

Avis :

Je vous retrouve pour une chronique un peu spéciale car j’attends ce dernier tome de la saga depuis maintenant un an, puisque j’ai enchaîné les trois premiers tomes ainsi que Les Origines, au mois de janvier l’année dernière. Je me suis achetée ce dernier tome dès sa sortie et je l’ai commencé un peu avant les vacances de Noël. Même si j’ai eu du mal à lire ces derniers temps, il est vrai que j’ai laissé celui-ci traîné sur la longueur surtout parce que je ne voulais pas terminer cette saga et quitter les personnages.

La couverture est aussi belle que les précédentes, et j’ai toujours un faible pour la présentation des livres Phobos, en effet, j’ai beaucoup apprécié l’aération de la mise en page, les quelques dessins qui se présentent à l’intérieur ou encore le style des commentaires ajoutés un peu comme sur Youtube et les réseaux sociaux.

Si j’ai trouvé le début un peu long, remarque sur un livre de 600 pages, ça ne m’étonne pas forcément, j’ai en revanche beaucoup accroché au reste du roman. On a des rebondissements sans cesse, et on s’enfonce toujours plus dans la découverte des personnages, chacun leur tour, dans leur passé, et c’est ce qui m’a plu. En revanche, je dois avouer que j’ai manqué de certains personnages qui ont disparu de la surface de la saga pour différentes raisons. Ceux qui ont lu les autres tomes comprendront certainement à qui je fais référence. J’ai encore quelques questions restées sans réponses à la fin du roman, ce qui m’a légèrement gêné. Néanmoins, j’aime beaucoup cette fin et je pense qu’on n’aurait pas forcément pu faire mieux à moins de refaire quelques tomes. Mais j’aurai eu peur de me lasser des personnages au-delà de celui-ci. Ils ont tous eu une belle évolution, notamment dans ce dernier roman. On a des personnages plus matures, plus tendres, plus en équation avec eux-mêmes malgré tout ce qu’ils affrontent encore !

J’aurai bien envie de crier un petit «  QUI AVAIT RAISON ?! » sur certains passages, mais je vais me retenir pour vous ! Les couples ont été bien agencés pour certains, sans tomber dans le grotesque, le dingue ou autre. Et je suis toujours en amour pour les mêmes personnages que dans les tomes précédents notamment Léonor, Mozart, Andrew… Même si je trouve que celui-ci n’est pas assez présent. En revanche, j’ai moins aimé le personnage de Kris, je ne sais pas, quelque chose m’a dérangé… Je ne peux vous expliquer le pourquoi du comment, hormis peut-être si vous avez lu ce tome et que vous souhaitez en discuter (et encore même comme ça je ne suis pas certaine de pouvoir l’expliquer.)

C’est une belle fin pour une belle saga. J’ai cru entendre parler d’une adaptation en série, si celle-ci se faisait, il est évident que je regarderai même si j’aurai très peur d’être déçue.

Note : ♥♥♥♥♥

Alors, est-ce que vous avez lu cette saga ?

Si oui vous en avez pensé quoi ? Notamment pour ce dernier tome ?

Je serai vraiment ravie de discuter un peu plus avec vous sous mes chroniques, que vous ayez lu les livres ou non, par rapport à un ressenti que vous pouvez avoir, un cri de joie, une déception… Peu importe.

Top 10 tuesday

TTT : Les 10 meilleurs romans pour une nuit torride.

Rendez-vous organisé par Frogzine.

Je ne pensais pas faire ce TTT, notamment parce que je comptais faire avant tout ma chronique sur Phobos 4. Mais je vois que vous êtes très peu à lire de l’érotique, de la dark romance ou même du new adult… Du coup si jamais ça peut donner des idées à certains, voilà mes préférés. Je tiens à préciser que certains titres (que je signalerai) sont des dark romances et sont donc destinés à un public averti. Il n’y a pas que des livres érotiques mais aussi des romances avec quelques scènes de sexe sans pour autant que ce soit de trop.

 

 

Attention, les livres suivants sont des dark romances.

 

Je n’en ai pas 10 parce que je n’en ai pas lu énormément qui m’ai beaucoup plu comme ceux-là, en revanche, j’en ai beaucoup qui m’attendent dans ma PAL !

C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi que lisez-vous ? #13

Bonjour,

je vous retrouve aujourd’hui pour un petit update lecture de la semaine passée même si je n’ai pas eu forcément énormément de temps à consacrer à mes lectures.

 

Qu’est ce que j’ai lu la semaine passée ?

phobos-tome-4-horizons-988223-264-432 J’ai terminé Phobos 4 hier justement.

Je vous en parle bientôt, j’ai une chronique à faire dessus, en tout cas je suis plutôt contente de la fin de cette saga même si j’ai toujours des questions qui restent en suspens. Ce n’est pas une fin qui m’a pourtant autant déçue comme j’ai pu l’être avec d’autres sagas comme Divergente ou autre… Je ne vous en révèle pas trop pour le moment de ce fait !

 

 

 

 

Qu’est ce que je suis en train de lire ?

Je suis toujours en train de lire Tous les deux de Nicholas Sparks, et je tombe amoureuse des personnages de jour en jour, j’ai hâte de le terminer et de vous en faire une chronique. J’attaque également à partir d’aujourd’hui Le joueur de flûte de Hamelin de Jay Asher et Jessica Freeburg ainsi qu’Inaccessibles T2 de Katharine McGee.

Que vais-je lire ensuite ?

Je n’en ai absolument aucune idée ! Donc si vous avez des choses à me proposer… Sachant que j’espère avoir Un palais de brume et de colère de Sarah J. Maas cette semaine puisque je l’ai demandé à mon chéri pour la Saint Valentin. (C’est mal, je sais !) Mais si jamais je ne l’ai pas… Je pense partir sur une romance ! Heroes ou Gravity peut-être.