Chroniques

[CHRONIQUE] Outrage

Outrage

[ATTENTION. CE LIVRE N’EST PAS UNE ROMANCE ET EST DÉCONSEILLÉ AUX PERSONNES SENSIBLES. IL S’ADRESSE AUX PLUS DE 18 ANS MALGRÉ LE MANQUE D’AVERTISSEMENT SUR LA COUVERTURE.]

Auteur : Maryssa Rachel

Editeur : Hugo & Cie

Nombre de pages : 315

Résumé : Rose est une femme libre, indépendante, torturée, traumatisée, elle s’est construit une carapace de survie.

Elle fuit l’amour par peur de l’attachement. Elle est perverse, passionnée, cyclique, addict au sexe et à l’alcool mondain. Mais ce soir-là, dans un bar, elle tombe amoureuse d’un être qui lui ressemble, peut être un peu trop. Tout en lui la repousse et pourtant… Lui, c’est Alex, un artiste paumé, un je-m’en-foutiste tout aussi névrosé qu’elle.

Rose va vivre cette passion destructrice où Alex la guide, la commande, la déconstruit, la fabrique, la façonne… Rose n’écoute pas la bête qui rugit en elle et qui lui dit » fuis « . Son corps, son sexe deviennent chaque jour plus douloureux, mais elle tient, par amour pour cet homme qui la dévore chaque jour un peu plus…

Puis vient la douleur du déchirement. Alors, elle va essayer de noyer ses maux dans la seule addiction qui lui permet d’échapper à la douleur : le sexe.

L’amour, c’est l’oubli de soi pour le bien-être de l’autre.

Avis : Aujourd’hui je vous retrouve pour un livre qui a fait énormément polémique sur la toile et jusque dans vos libraires. Je fais un petit à part tout de suite. Il s’agit bien d’une chronique, et je compte m’exprimer sur cette polémique. Je suis ouverte à toute discussion sans aucun problème, mais je ne tolérerai aucun manque de respect, que ce soit à mon égard pour avoir lu ce livre, à l’égard de l’auteure, ou encore de l’éditeur. Merci.

J’ai tout d’abord voulu lire ce livre effectivement, à cause de cette polémique. Je voyais des messages horribles, des gens qui hurlaient qu’il faudrait censurer ce livre, qu’il n’a pas sa place dans une librairie, qu’il manque un avertissement sur la couverture dans le moins mauvais des cas. Et évidemment, quand on me dit qu’un livre ne devrait pas exister et qu’il devrait être censuré, non seulement je vois rouge, mais en plus, je demande à lire ce qui crée un tel bordel sur internet ! Je me suis donc lancé dans Outrage, décrié pour l’inceste qu’on y décrit et les pratiques sexuelles déviantes. Il y a un an, j’ai lu deux livres de Patrick Senécal, alors le choquant et les pratiques sexuelles déviantes voire complètement écœurantes, je dis oui, pourquoi ? Parce que j’aime sortir de ma zone de confort !

Je suis néanmoins d’accord avec une chose, non seulement la couverture est très jolie, mais malheureusement rien ne montre que ce livre est déviant, et réservé aux adultes, pas aux enfants, ni aux ados, aux adultes, et j’insiste bien sur ce mot. Des adultes de plus de 18 ans. Des personnes conscientes de ce qu’elles lisent. Autrement dit, âmes sensibles s’abstenir.

Adieu New Romance et Young Adult, bienvenue dans le Dark Realism. Car il ne s’agit pas là d’une dark romance et encore moins d’érotisme. Dès les premières pages on découvre donc notre protagoniste Rose, qui est avec S. mais qui va en pincer pour quelqu’un d’autre, Alex. On suit Rose dans sa découverte de l’amour, dans son enfance, et dans sa décadence au fur et à mesure que les pages se tournent. Rose a été victime d’inceste, oui, les fameux passages qui fleurissent sur internet, totalement sortis de leur contexte. Donc dès le début, le livre est trash, on sait clairement ce qui nous attend. Mais là où certains y ont vu une apologie de l’inceste et de la pédophilie, j’y ai vu pour ma part une grande dénonciation, et par la suite du livre, un cri de douleur. Un cri de douleur pour montrer ce que peuvent penser les victimes de ces viols ignobles. Rose est cette femme qui nous semble d’abord forte, qui a été capable de ne pas se bloquer, de ré-approprier son corps. On est à la fois dans la tête de cette femme qui a su sortir de son monde, mais où elle pense encore à moitié que ce qui lui est arrivé était normal, puisqu’une enfant pense naturellement que ce genre de chose se passe chez tout le monde, puisque c’est ce qu’on leur insinue. Elle reste bloquée dans l’idée qu’elle a apprécié ces viols. Mais je trouve que dans les premières pages, c’est perceptible quand elle revient à son enfance, mais pas dans sa vie d’adulte.

La deuxième partie évoque l’après-rupture avec Alex. J’ai trouvé cette partie beaucoup plus sombre, beaucoup plus longue. J’ai parfois eu la sensation que l’on n’avançait pas, que l’on tournait en rond. J’ai eu la sensation de voir un enchaînement de pratiques sexuelles déviantes, spéciales, le genre de truc que le commun des mortels trouve répugnant, surtout s’il doit en parler en public, mais où il est en réalité un minimum intéressé pour savoir tout de même de quoi il retourne.

Vivre à deux, c’est difficile, c’est apprendre à vivre avec une personne qui parfois nous sort par les yeux.

Pour ce livre, Maryssa Rachel a eu la plume exacte, parfaite. On a une écriture acide, avec des phrases courtes, un langage cru, très cash, très trash. Et à côté, il y a ces citations dont je vous fais part par-ci par-là dans cet article, qui sont douces, qui révèle des vérités sur l’amour, et qui sont magnifiquement écrites. Ces citations qui sont comme une lumière dans les ténèbres dans lesquelles elle nous enfonce. Et je vous assure que quand on les voit, quand on les médite un petit peu, juste après la phrase immonde, trash, cru qui vous donne la nausée, bah ça fait du bien, réellement. Et ça vous permet de sortir un peu la tête de l’eau.

En ce qui concerne les personnages, on ne peut pas dire qu’ils soient tout blanc ou tout noir. Il y a une part de douceur, et une part de noirceur dans chacun. Rose est le personnage principal qui montre cela. Elle est l’amour pour Alex, la tristesse de S, mais elle aussi celle qui domine lors de la seconde partie, l’amante respectueuse, et Maryssa Rachel insiste dessus plusieurs fois, et la maîtresse dominatrice. Elle est à la fois Rose et la bête dont elle parle souvent elle-même.

Tandis que S, au début du roman, est la personne douce, la tendresse, celle qui comprend. Et petit à petit elle devient aussi celle qui souffre en silence, et celle qui dans sa tendresse et dans sa tentative de raisonner Rose, devient également un bourreau de plus, puisqu’elle l’enfonce dans la réalité qu’Alex va la faire souffrir avant même le début de cette relation.

En ce qui concerne Alex, vous avez, à mes yeux, le pervers narcissique par excellence. On a LE mec à qui malheureusement pour beaucoup d’entre nous, nous avons été confronté. C’est le personnage jaloux, qui vient, qui part, qui revient, et qui s’enfuit. L’homme immonde, trompeur, imbu de lui-même à première vue, et complètement apeuré derrière. L’homme que vous voyez comme un héros qui vient vous sauver, alors qu’il n’est que le Loup comme l’appelle Rose. Le loup qui mange comme un porc, le loup qui sent mauvais. Il vous fait miroiter l’amour, mais attend toujours en retour. Et peu importe ce que vous lui donnerez, il n’aura jamais assez. Il est celui qui capture la femme et la fait devenir soumise dans la vie de tous les jours, et pas forcément sexuellement parlant.

La fin m’a laissé dubitative. Je ne m’attendais pas forcément à ça, même si j’ai beaucoup aimé les références qui reprenaient le début du livre. On repart plus serein après cette fin. On est dans l’idée que Rose est tombé au plus bas, mais qu’elle remonte petit à petit. A la fin du livre, j’ai eu la sensation d’avoir appris des choses, d’avoir pu réfléchir à des sujets sur lesquels, habituellement, je ne suis pas à l’aise, voir sur des sujets dont je ne parle absolument pas.

C’est ça l’amour vrai, c’est l’amour sans rien demander, c’est être bien avec la personne.

EN BREF. Cette chronique est très longue, il est donc possible que vous ne lisiez que ça alors je vais tenter de vous faire quelque chose d’assez résumé. Je n’ai pas aimé ce livre, je ne l’ai pas détesté, et je ne suis pas restée non plus totalement et seulement spectatrice. C’est le genre de livre que je ne veux pas noter, mais où je pourrais parler d’un bon livre pour les personnes qui sont accrochées, ouvertes d’esprit et qui veulent prendre le temps de réfléchir sur un livre qui pourtant, ne veut pas vous donner ce temps. J’ai pu réfléchir sur les pratiques sexuelles mises dans ce livre, qu’est ce qui est « normal » et que chacun peut se permettre de faire selon ses limites, qu’est ce qui ne l’est pas qui est considéré comme « banalisé ». J’en suis personnellement arrivée à la conclusion que chacun faisait ce qu’il veut tant que le consentement est des deux côtés. Tout simplement. Même s’il s’agit de pratiques extrêmes. J’ai également appris et réfléchis sur la sensibilité et les réactions des victimes de viols, mais aussi d’inceste et de pédophilie. Plus encore, j’ai réussi à m’initier à la notion d’amour dont parle l’auteure, l’amour que Rose éprouve pour Alex, malsain, mais aussi celui dont on n’attend rien, le « vrai amour » comme dirait Maryssa Rachel.

L’homme ou la femme, qu’importe, l’amour n’a pas de sexe.

Note : ♥♥♥♥♥

Publicités

6 commentaires sur “[CHRONIQUE] Outrage

  1. Meilleur chronique de tous les temps ♥ J’aime le recule que tu as vis à vis de ce livre et toute la nuance que tu y apportes. D’après ta chronique cela me fait penser à Lolita de Nabokov où l’auteur dénonce le pédophile et n’en fait pas l’apologie ! Cependant, beaucoup de lecteurs encore aujourd’hui trouvent ce roman choquant, car ils voient dedans une approbation de la pédophilie. Pourtant l’auteur a clairement expliqué sa pensée à ce sujet…

    Aimé par 1 personne

    1. Oh trop choue ! ❤

      J'essaye de faire ce que je peux oui pour que ça reste juste ! Il y a du choquant, mais il y a aussi tellement de bon dans ce livre…

      En plus Maryssa Rachel a donné une interview calme et posée pour répondre à tout cela, et je trouve qu'elle explique vraiment bien son livre, sachant que j'ai lu cette interview ce matin après avoir terminé le livre, et après avoir commencé ma chronique du coup !

      Je vais me pencher sur ce livre parce que ça fait plusieurs fois que tu m'en parles et du coup ça m'intéresse.

      C'est dommage que les gens sortent autant les passages de leur contexte… On a besoin de tout un livre pour juger ce genre de passage, sinon effectivement, bonjour la dérive.

      Aimé par 1 personne

  2. Jolie chronique et surtout très intéressante 🙂. Je ne le lirais pas, je suis une « âme sensible » et je préfère m’éviter cela. Toutefois j’ai aimé lire ton avis sur ce livre et cette polémique. Les gens lisent ce qu’ils veulent. La chose qui me dérange est, comme tu l’as dit plus haut, le fait qu’il n’y ait aucun avertissement sur ce livre (le résumé en dévoile peu sur le genre de recit que l’on va y trouver).

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends tu ne le lises pas, ça dépend de chacun ! Ce qui ne m’a pas plu, c’était vraiment les commentaires comme quoi les lecteurs étaient bons pour être internés, l’auteure, et l’éditeur aussi ! Et qu’il fallait censurer le livre… Ce n’est pas du tout le cas. Mais oui, un bandeau d’avertissement serait nécessaire.

      En tout cas merci de m’avoir lu ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Je ne pense pas lire ce livre parce que le sujet ne m’intéresse pas plus que ça, mais j’ai lu ta chronique en entier après (comme tout le monde je pense) avoir assisté à toute la polémique qui a entouré sa sortie. J’ai beaucoup apprécié la façon dont tu as donné ton avis, tu prends du recul et nuance tes propos. Parce que oui, il y a polémique mais pour ce que j’ai vu et pour les avis que j’ai lu comme le tien, la polémique n’a lieu d’être que sur le fait que le contenu de ce roman et les avertissements ne soient pas visibles sur la couverture ce qui fait qu’il peut se retrouver dans toutes les mains. Après, des livres de ce genre existent depuis longtemps, ce n’est pas un contenu inédit j’en ai déjà lu moi-même, et ce n’est pas une raison pour crier au scandale, en s’énervant contre les éditions, l’auteur, les lecteurs simplement parce qu’on y trouve des scènes choquantes et des pratiques extrêmes… Chacun lit ce qu’il veut après tout ! Si on se sait trop sensible, on laisse ce genre de lecture pour les autres tout simplement. 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s