Chroniques

[CHRONIQUE] : Jessie

Jessie

jessie-1534-264-432Auteur : Stephen King

Editeur : Albin Michel

Nombre de pages : 412

.

Cet article est en collaboration avec une très bonne amie qui est la blogueuse Histoire naturelle de bibliophiles ! Je vous invite à aller voir son article sur le personnage de Jessie, dans le cadre de sa catégorie : Portraits fictifs ! «  Portrait fictif est une série d’articles présentant une fois par mois un personnage féminin de la littérature qui m’a marquée. Je vous y présenterai le personnage dans la saga, quel est mon rapport à ce personnage et enfin pourquoi je pense qu’elle est intéressante à présenter dans cette série d’articles »

.

Résumé : Il ne fallait pas jouer à ce petit jeu, Jessie. Vous voilà enchaînée sur votre lit, le cadavre de Gerald à vos pieds, condamnée à vous enfoncer dans la nuit, la terreur et la folie. Les femmes seules dans le noir sont comme des portes ouvertes… si elles appellent à l’aide, qui sait quelles créatures horribles leur répondront ?

.

Avis : Aujourd’hui je viens vous parler d’un livre d’un auteur connu de tous, qui est Stephen King ! Ce livre traînait depuis assez longtemps dans ma PAL, et nous avions décidé d’en faire une lecture en commun avec la jolie Histoire naturelle de bibliophiles. Ce livre, je l’avais pris parce que j’aime énormément les huis-clos, je garde notamment Misery en mémoire, du même auteur, qui m’avait fasciné ! Je me suis donc lancée dans l’histoire de cette femme enchaînée à un lit, en tête à tête avec sa propre folie et le cadavre de son défunt mari.

Dès les premières pages, je savais déjà à quoi m’attendre en ce qui concerne la petite soirée sympathique de Jessie et Gérald, donc je dois bien avouer, que j’étais déjà emprunte d’angoisse, et d’envie parce que j’adore ce genre de livre ! (Oui je sais, vous êtes en train de vous dire : Complètement attaquée la pauvre fille…) Donc je me suis laissée entraîner petit à petit dans l’écriture de Stephen King, tout en lisant doucement, car je me connais, j’ai toujours beaucoup de mal à avancer de manière assez rapide dans un livre de cet auteur. Et même si je m’attendais en quelque sorte à ce qui pouvait se passer dans ce livre, j’ai été de plus en plus étonnée et horrifiée au fur et à mesure que je tournais les pages. Pour ainsi dire, je ne suis pas prête de me laisser passer des menottes aux poignets désormais ! J’ai été prise dans le courant de l’histoire, dans la tête de Jessie, tiraillée par sa raison, puis par sa folie…

Stephen King a une manière de vous horrifier et de vous donner des sueurs froides avec des détails extrêmement précis sur les corps, sur la douleur de la victime qui est ici Jessie. Néanmoins, cette fois, je n’ai pas réussi à m’identifier au personnage de celle-ci. Tout simplement car elle n’est pas de mon âge, et nous n’avons pas du tout un vécu semblable (merci pour moi !) que ce soit en ce qui concerne sa jeunesse ou sa relation avec Gérald. Cela ne m’a pas empêchée d’être écoeurée par les nombreux détails, et apeurée. (La fille qui s’est retrouvée à faire des bonds juste parce qu’elle n’a pas entendu son chat s’approcher et qu’il lui a sauté sur les genoux alors qu’elle était en train de lire…)

Dans ce livre, même si c’est un huis-clos avec Jessie, vous allez vous apercevoir que son imagination, sa peur, font qu’elle n’est pas seule ! En effet, on rencontre les personnages de Ruth, et Bobonne, comme elle les appelle, qui sont les petites voix dans sa tête ! Ruth étant la grande gueule, et Bobonne la courageuse, raisonnée. Habituellement amoureuse des personnages à fort caractère, j’ai cette fois-ci préféré Bobonne ! Apeurée, certes, mais courageuse, pleine de bonnes idées. Un vrai bonheur de voir une personne plus ou moins sensée dans cette folie qui prend Jessie. Et d’ailleurs, qui ne serait pas pris de folie en étant accroché à un lit, avec ses démons, et son mari mort à ses côtés…

Néanmoins, quelque chose m’a gêné dans cette lecture, entre les différentes allusions à un autre livre de S. King qui est Dolores Claiborne, et cette façon dont Jessie commence à délirer (mais est ce qu’elle délire vraiment au fait?) en « si peu de temps ». J’ai trouvé l’action précipitée ici… Néanmoins, j’ai beaucoup aimé la fin ! Je me suis énormément remise en question par rapport à ma vision du roman à cause, ou grâce à cette fin. Elle fait que j’ai trouvé la lecture sympathique, plutôt que longue comme je commençais à le penser, arrivée aux ¾ de la lecture.

En conclusion, Jessie est un livre à lire pour ceux qui sont fans de huis-clos, pour ceux qui aiment se faire peur et se poser des questions sur comment ils réagiraient à la place de cette femme ! On passe un bon moment horrifique. Peut-être bien pire que ce qu’on peut imaginer lorsqu’on touche à toute la vérité.

Au-delà du livre : Je vous conseille de lire avant, ou après si vous voulez vous réserver une surprise, le livre Dolores Claiborne, car il est évoqué de manière presque gênante si on ne connaît pas l’histoire de cette seconde femme ! De plus, une adaptation cinématographique de Jessie est en cours, et j’irai la regarder avec plaisir. Stephen King l’a vu, et il semble être d’accord avec cette adaptation, alors dans ce cas… Il n’y a plus qu’à attendre une sortie !

Note : ♥♥♥♥♥

Publicités

5 commentaires sur “[CHRONIQUE] : Jessie

  1. Jessie est dans ma PAL depuis un bon moment maintenant, il me semble que j’avais essayer de le commencer mais j’ai vite abandonner.. je croit que je vais faire un effort et me replonger dedans doucement mais sûrement, merci pour ton avis !

    Aimé par 1 personne

    1. Avec plaisir !
      Après je trouve que ça change vraiment de ce que fait King d’habitude, parce que j’ai eu peur, mais de là à être aussi angoissée qu’à la lecture de Misery (qui m’a donné goût au huis-clos !) bhein… Pas vraiment. Mais ça reste une bonne lecture.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s