Mini chroniques

[Mini-chroniques] Les BDs.

Bonjour !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour parler bandes-dessinées car j’en ai énormément lu ces derniers temps, je compte dans cette catégorie les romans graphiques !

En effet, j’ai eu la chance de lire :

  • Le journal d’Anne Frank.

J’ai beaucoup aimé l’adaptation de ce grand classique de la seconde guerre mondiale ! J’ai trouvé les dessins magnifiques, et plutôt fidèle à ce que j’avais ressenti durant ma lecture.

.

.

.

 

.

  • Péchés mignons T1, d’Arthur de Pins.

J’ai connu Arthur de Pins à travers la BD que j’avais lu au lycée : Zombillénium ! Ca avait été un vrai coup de coeur, et j’avais découvert quelques planches de Péchés mignons sur internet, alors forcément, il y a un mois, quand j’ai trouvé les trois premiers tomes en occasion. Je n’ai pas pu m’empêcher de les prendre ! J’aime beaucoup l’humour qui s’en dégage et le style de dessin.

 

  • La petite mort T1 de Davy Mourier.

Encore un artiste que j’ai découvert à travers ses planches sur internet, mais aussi à travers les court-métrages disponibles sur différentes plateformes ! Alors encore une fois, quand j’ai vu deux tomes de cette merveilleuse BD, pleine d’humour noir, je me suis immédiatement jetée dessus !

 

 

Publicités
Chroniques

[CHRONIQUE] My Hipster Christmas.

My Hipster Christmas

Auteur : Mag Maury. Genre : Romance. Edition : Addictives Pages : 321.


Quoi de mieux pour Noël, qu’une romance de Noël ?

Couverture My Hipster Christmas

Il déteste Noël, elle adore… ça démarre mal ! À Liverpool, le Barbershop Hipster Maniac est une institution. Tenu par trois amis barbus et tatoués, c’est l’endroit idéal pour écouter du bon rock, se faire tailler la barbe et boire un coup ! Sauf que pour Line, c’est aussi le début des ennuis. Pour commencer, à son arrivée dans le quartier, elle a embouti la voiture de Jordan, l’un des trois barbiers. Ensuite, elle a découvert qu’ils étaient voisins de commerce… et de palier ! Impossible donc d’échapper à cet homme au regard de braise, au corps imposant de muscles et de tatouages… et au caractère insupportable ! Il l’attire, la repousse, joue avec elle, mais le pire, c’est qu’il déteste Noël… alors que c’est la période préférée de Line ! 

 

Avis Demynotebook

En cette période, il était normal que je me lance dans une romance de Noël ! D’autant plus qu’il s’agit d’une New Romance, et j’ai l’impression de ne pas en avoir lu depuis une éternité… Mais si c’est pour retrouver des personnages aussi prenants que Line et Jordan, ma foi, j’attendrais encore avant de retrouver une New Romance ! 

Comme vous vous en doutez, j’ai beaucoup aimé les personnages de Line, la douceur, la gentillesse, et le caractère de feu à la fois, mais aussi Jordan, dans le côté totalement torturé, avec un humour douteux, et je dois dire, à la limite carnassier pendant tout le début du roman ! Encore une fois, on est dans les préjugés, mais j’adore… C’est mon côté fleur bleue. 

J’ai beaucoup aimé l’histoire, et on met du temps à savoir pourquoi notre personnage principal est torturé. D’ailleurs je dois bien avouer que j’avais deviné une partie de l’intrigue seulement. Le fait de ne pas avoir deviné la totalité m’a d’ailleurs plu ! 

C’était une très belle lecture, très intéressante, où on a la chance de s’attacher aussi aux personnages secondaires, notamment les amis de Jordan. Je ne sais pas pourquoi, tout le long, j’ai eu une mauvaise sensation par rapport à un des amis de Line, mais il n’y avait pas forcément de raison. C’était peut-être simplement par expérience dans la vie réelle. En plus des personnages, j’ai été très intéressée par les grands thèmes du roman : Noël, les difficultés de la vie… Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler, mais il y a une belle morale, et c’est ce qui m’a probablement le plus plu. 

 

♥♥♥♥

 

Chroniques

[CHRONIQUE] Grace and Fury

Grace and Fury.

 

Auteur : Tracy Banghart. Genre : Dystopie & Young Adult. Edition : Hachette romans.

Pages : 360. Prix : 18e00.


 

La dystopie, cet endroit merveilleux pour les héroïnes badass.

La révolution ne fait que commencer.

Couverture Grace and Fury

 

« À Viridia, les femmes n’ont pas le droit de lire. Pas non plus le droit de choisir leur mari, leur métier, leur avenir. Ni d’avoir des idées. »

Depuis toujours, Serina a été formée pour devenir une Grâce et satisfaire le prince héritier, s’il la choisit. Sa sœur Nomi, elle, a été entraînée pour servir Serina et l’aider à séduire le prince.

Quand le jour de la sélection des Grâces arrive enfin, rien ne se passe comme prévu. Nomi est retenue à la place de sa sœur, et Serina envoyée en prison pour un crime qu’elle n’a pas commis.

 

Avis Demynotebook.

J’ai eu la chance de pouvoir recevoir ce livre dans ma box du mois d’octobre chez Milleetunlivresbox. C’était à la fois une réelle surprise et un déchaînement de joie car j’avais grand espoir de le trouver rapidement car il me faisait sérieusement de l’œil ! Encore une fois, j’ai fait cette lecture avec ma grande copine Histoire Naturelle de Bibliophiles.

 

J’ai entamé directement ce livre à la fois avec beaucoup d’appréhension et beaucoup d’envie. Le résumé m’a réellement donné la rage de lire si je puis dire, même si je ne me considère pas comme féministe, cette idée d’une société où les femmes n’ont pas  » les droits  » que nous avons aujourd’hui m’a à la fois mise en rogne et m’a donné envie de savoir ce que nous allions bien pouvoir faire d’un tel pays !

On retrouve donc Nomi et Serina dans ce pays que je déteste déjà. Et je suis tout de suite emballée, j’aime Nomi, la rebelle mais aussi Serina. Et surtout… Je retrouve un petit air que j’ai déjà vu dans La Selection de Kiera Cass. Oui, je l’avoue, j’adore cette idée de retrouver ce très beau luxe des robes magnifiques et du crêpage de chignon pour obtenir les faveurs d’un grand Monsieur. (Ou la défaveur d’ailleurs !) Que voulez-vous, on ne se refait pas… Ne me jugez pas trop vite, je suis sûre que vous aussi vous tomberiez dans le panneau ! Mais ce joli tableau, c’était sans compter sur Nomi et Serina qui se transforment l’une l’autre petit à petit ! 

Vous pouvez le constater, je suis très attachée aux personnages, notamment à celui de Nomi, l’attachement à Serina s’est développé au fur et à mesure du roman, elle évolue, elle grandit, et ça me plait énormément… La jeune Grâce se révèle, et c’est très plaisant. Je me suis également attachée aux personnages d’Asa et de Val. Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler ! Mais ces deux personnages m’ont réellement charmée pendant une grande partie du roman. Tandis que j’ai trouvé Malachi et Cassia détestable. (Pour ceux qui ont lu le livre, Dieu que c’est surprenant, n’est-ce pas ?)

Oui, une grande partie du roman.  Il faut savoir que je me suis sentie littéralement trahie par l’auteur ! Elle a joué avec mon cœur, avec mes sentiments, elle a craché sur ses personnages ! Elle s’est amusée avec mes pauvres petits personnages ! (Oui, je les lui vole et oui je suis en état de choc.) Et ça ne m’a pas plu du tout, du tout ! Elle nous laisse sur notre faim (fin, jeu de mots, qui n’est pas drôle, je vous l’accorde.) La fin m’a laissée sur les fesses, pardonnez-moi l’expression. J’ai besoin de la suite. J’ai besoin de savoir ce qui se passe. On entre dans le vif sujet tellement vite dans le roman, mais on ne le quitte jamais ! Il y a de l’action à chaque chapitre, chaque page… Et justement, il y a de l’action dans les dernières lignes de ce livre ! Et je vais devoir attendre, péniblement. La dernière fois que j’ai eu cette sensation, c’était en lisant Divergente de Veronica Roth. Sauf que… J’avais la suite. Ce qui n’est pas le cas ici !  Il est donc évident que je lirais la suite de cette saga, et j’ai hâte. 

Coup de coeur.

♥♥♥♥♥


Au delà de l’histoire :

Voilà un livre qui aurait été d’une grande utilité pour mes 3e sur  » Dénoncer les travers de la société « . En effet, on retrouve la domination d’un homme (plus ou moins) sur tout un état, ainsi que des éléments à dénoncer comme la situation des femmes qui ne peuvent pas lire,  » Sois belle et tais-toi « , qui ne peuvent pas choisir leur métier, leur mari… C’est également un joli pied de nez à ce qui se passe encore dans ce monde où toutes les filles n’ont pas droit à l’éducation, au fait de choisir leur vie… A la fois c’est une dystopie, mais c’est aussi terriblement d’actualité. 

C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi que lisez-vous ?

Bonjour, je vous reparle de mes lectures cette semaine !

En effet, j’ai terminé Everlasting de Juliette Pierce suite à mon partenariat avec Inceptio grâce au Blog Lady Chantilly Bouquine, vous pourrez y retrouver ma chronique à propos de cette dystopie.

En parallèle, voici mes nouvelles lectures :

 

J’ai reçu Grace and Fury dans la box Milles et un livre box et je le lis donc en commun avec ma copine Histoire naturelle de Bibliophiles qui a d’ailleurs la gentillesse de m’attendre pour cette lecture ! Et je me suis enfin décidée à lire Harry Potter pour faire une séquence dessus avec mes élèves !

Je suis également en train de lire la version roman graphique / BD du Journal d’Anne Frank car je voulais absolument le présenter à mes élèves. De plus, les dessins et l’objet livre sont vraiment magnifiques…

Pour ce qui est de mes lectures futures :

Pour le moment je n’en ai aucune idée. J’aimerai re lire Acide Sulfurique pour mes 3e et lire (enfin également !) La vague !

Blabla time

Comment, en tant que professeure, je vois le harcèlement scolaire.

Bonsoir,

Résultat de recherche d'images pour "Marion, 13 ans pour toujours"Suite à la journée nationale contre le harcèlement scolaire, et notamment suite à une discussion avec mes élèves ainsi qu’après avoir vu le film  » Le jour où j’ai brûlé mon coeur « , l’adaptation filmique de l’histoire vraie de Jonathan Destin, j’ai décidé de prendre la parole.

Il faut savoir que certains professeurs ont eux-mêmes été harcelés à l’école, donc oui, nous savons ce que c’est, nous sommes confrontés à des élèves qui en sont victimes tous les jours. Et je rappelle que nous aussi, nous avons été des élèves.

Une fois, une de mes élèves m’a dit : « Moi, Madame, quand j’ai été harcelée, personne n’a rien dit, personne n’a rien vu. «  Et j’ai dû lui expliquer que j’avais 120 élèves, et que même si j’essayais d’être la plus attentive possible, je ne parvenais pas à tout voir. Je regarde de nombreux documentaires, et je fais une prévention assez drastique pendant mes cours sur le harcèlement scolaire, et le cyber-harcèlement. Hier, j’ai été choquée, et j’ai trouvé le documentaire de TF1 suite au téléfilm nommé plus haut, culpabilisant pour nous, professeurs. Je ne dis pas que tous font l’effort d’essayer de voir si leurs élèves ne vont pas bien, ce serait mentir ! Mais nous essayons, et nous n’y parvenons pas toujours. Si la famille ne voit pas ce mal être, comment, nous, qui les voyons 5h dans la semaine, pourrions-nous le remarquer si aucun signe ne nous alerte ? Si les élèves ne nous parlent pas ? La vérité sur Alice par Mathieu

Nous ne tenons pas plus que vous à annoncer les tentatives de suicide et suicides, à nos élèves, à nos collègues… Sachant que nous devons déjà l’encaisser en tant que personne. C’est extrêmement difficile de remarquer qu’un élève va mal. Je rebondis sur une  » idée  » que j’ai pu entendre hier…  » Les élèves atteint de harcèlement scolaire oublient leurs affaires. » Non, pas uniquement, et parfois ça n’arrive même pas du tout. Les résultats peuvent chuter, ou au contraire être très bons, car on se rattache à ce que l’on peut, ou alors justement on lâche tout. Parfois, on le remarque, on en parle avec la direction, et on décide de parler avec l’élève harcelé, élève qui ne réagit pas, qui ne souhaite pas nous parler… C’est une situation bien plus complexe qu’il n’y parait.

A Silent Voice, tome 1 par OimaChers élèves, chers parents, si vous voyez quelque chose ou si vous vivez quelque chose qui s’apparente à du harcèlement (moqueries, racket, bousculades, bagarres fréquentes, caricature, insultes…) n’hésitez pas à nous en parler, à parler à des adultes de confiance, à l’équipe pédagogique ! Nous sommes aussi là pour ça ! Mais nous n’avons pas de pouvoirs… Nous sommes incapables de deviner ce qui se passe dans votre tête, dans la tête de votre copain/copine, de vos enfants… Rappelez-vous que vous n’êtes jamais seul. Vous pouvez également appeler le 3020, en tant que victime ou en tant que témoin…

La vérité, c’est que le harcèlement est de moins en moins tabou pour les parents et pour les enseignants, certes… Mais pas pour les élèvesP'tit gros par Grelaud, comment expliquer qu’on se fait traiter, frapper, harceler sur les réseaux sociaux parce que l’on a peut-être fait un faux pas ? Ou alors parce que l’on n’est pas dans la norme des canons, parce vous êtes trop gros.se, trop maigre, que vous avez trop de formes, pas assez, que vous portez des lunettes, que vous avez une maladie visible que les autres ne comprennent pas, parce que vous avez votre propre personnalité, et que ce n’est pas dans les normes d’un petit groupe (ou d’un gros groupe d’ailleurs) de personnes qui ont décidé de vous rendre la vie dure ? C’est inexplicable. C’est inexplicable parce ça ne devrait pas exister, et on ne devrait pas avoir à expliquer ce genre de chose.

Le harcèlement scolaire tue, et ce n’est la faute de personne si ce n’est des harceleurs eux-mêmes et des témoins directs qui n’ont rien fait. On ne peut pas rejeter la faute sur les parents, ou sur des enseignants qui n’ont rien vu, et j’insiste sur le  » qui n’ont rien vu « . Je ne parle pas des professeurs auxquels on a parlé mais qui n’ont pas été plus loin pour savoir ce qui se passait. Nous tirer des balles dans le pied ne servira à rien et ne sauvera personne. Parents, élèves, professeurs, parlez, avant qu’il ne soit trop tard. Rien n’est plus fragile et dangereux qu’un enfant ou un adolescent qui pense qu’il n’a plus rien à perdre.

 

Cordialement, 

Demynotebook, professeure de français.

 

 

C'est lundi que lisez-vous ?

C’est lundi, que lisez-vous ?

Bonjour,

Je vous retrouve pour un article qui n’a pas été fait depuis plusieurs mois car je lisais de moins en moins… Je reprends donc directement avec mes lectures actuelles.

Qu’est-ce que je suis en train de lire ?

Couverture Everlasting

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que vais-je lire ensuite ? 

Bonne question ! Pour l’instant, je n’en ai pas la moindre idée. J’aimerai relire un roman d’horreur pour Halloween, donc peut-être un des contes interdits ! Ou alors peut-être un livre qui aura rapport avec les cours de français de mes 3e ou de mes 5e où je vais traiter l’autobiographie et la différence.

Et vous ? Vous lisez quoi en ce moment ?

 

Throwback Thursday

[TTL] Frissons, sang, horreur,thriller, angoisse, suspens.

Hello !

Allez on continue à reprendre les bonnes choses avec les rendez-vous littéraires ! Cette semaine, on attaque les lectures horribles pour Halloween ! En ce qui me concerne, je vais vous présenter un livre que j’ai beaucoup aimé et que pourtant je n’ai jamais eu le temps de chroniquer alors que je l’ai adoré.

Avant tout, il faut savoir que ce livre est réservé aux adultes et particulièrement dérangeant, il ne s’agit pas de s’amuser à se faire peur juste pour Halloween avec un truc qui finit bien et où en fait, tout va bien. Absolument pas. Les thèmes abordés sont plutôt glauques, n’en doutez pas.

Il s’agit du livre Les 3 p’tits cochons de Christian Boivin. Est-ce que c’est une blague ? Absolument pas ! Il s’agit du quatrième tome de la saga des contes interdits.

Couverture Les 3 p'tits cochons

 » Trois individus qui trempent dans le voyeurisme, la pornographie, le cannibalisme et la nécrophilie.

Une étudiante universitaire menant une vie bien rangée qui se retrouve à la morgue après avoir consommé du Flakka. 

Un tueur à gages qui revient dans sa ville natale afin de mettre sa soeur en terre et qui découvre de troublantes vérités à son sujet.

Une rousse excentrique à la libido débridée et dénuée de tout sens moral, capable de pervertir les âmes les plus pures. « 

 

Je ne sais pas pourquoi, mais je suis toujours plus prise au coeur par les romans québecois. Je n’ai lu que ce tome-ci, mais Halloween arrive et je pense que d’autres contes macabres comme Le petit chaperon rouge, m’attendent bien tranquillement !