Non classé

[CHRONIQUE] Le secret de Lomé

Le secret de Lomé

Auteur : Alexiane de LysCouverture Le secret de Lomé, tome 1

Editeur : Michel Lafon

Nombre de page : 380 pages.

Genre : Fantasy

 

Lomé mène une vie parfaite, jusqu’au jour où, lors d’une excursion, elle tombe au fond d’une grotte et resurgit dans une contrée inhospitalière et terriblement dangereuse : Bâl’Shanta. Dans ce monde peuplé de créatures extraordinaires, la jeune fille, qui a toujours obtenu ce qu’elle voulait, découvre une civilisation organisée en castes et se retrouve assimilée à celle des esclaves. Pour survivre et espérer rentrer chez elle, Lomé devra faire preuve d’une grande force de caractère et se battre. Heureusement elle pourra compter sur le soutien d’alliés inattendus… Un destin à accomplir Un peuple à libérer

Mon avis.

Avant tout, j’aimerai remercier les éditions Michel Lafon pour ce partenariat, même si, malheureusement, il n’a pas été à mon goût.

En effet, suite à la lecture du résumé et à cette merveilleuse couverture qui m’a énormément donné envie, je me suis lancée dans ce livre dès sa réception… J’ai d’abord cru à une dystopie, orientée un peu plus fantastique.

Et au final, c’est ce côté trop fantastique qui m’a dérangé. Je n’ai pas réussi à m’attacher au personnage de Lomé, qui est le personnage principal. J’ai eu la sensation de retrouver un personne trop naïf, et surtout… Elle est terriblement énervante ! J’ai horreur des personnages un peu « boubourges » comme je les appelle. Je ne crois d’ailleurs pas à son revirement de caractère par la suite.

L’univers était probablement trop dense pour moi, ce qui fait que je n’ai pas accroché même si l’écriture de l’auteure est parfaitement bien travaillée. J’espérais retrouver un parallèle avec notre monde que je n’ai pas eu, on était trop dans l’irréel pour moi alors que je suis plutôt dans une période contemporaine au final. J’ai donc fini par arrêté ma lecture malheureusement… Dans ce cas, je ne préfère pas noter ce livre. Je retenterai peut-être dans quelques années, si mes goûts changent entre deux.

 

Publicités
Blabla time

Blablatime #4 : C’est la rentrée !

Bonjour !

Résultat de recherche d'images pour "La rentrée"

Je vous retrouve pour un blabla cette fois-ci qui va parler de la bête noire de tout le monde ! (Sauf la mienne visiblement…) LA RENTRÉE !

La rentrée, ou bien le moment de stress intense que j’ai bien pu avoir… Vous le savez depuis un moment maintenant, je suis professeure contractuelle de français en collège. En effet, les contractuels sont des profs comme les autres, avec quelques inconvénients en plus… Vous ne savez pas si vous allez avoir un poste le jour de la rentrée, ni de toute l’année. Bingo ! Autant vous dire que quand le rectorat m’a appelé mercredi alors que la pré-rentrée était vendredi, ça a été le soulagement intense, surtout quand ça a été confirmé le vendredi justement.

Donc oui, ok, mais en fait, un prof ça fait quoi de plus à la rentrée ? 

Hé bien ça fait comme vous ! Ca stresse. A l’heure où j’écris cet article, je n’ai pas encore rencontré mes classes, j’ai seulement commencé mes séquences (bah oui, tu peux pas t’y prendre à l’avance, t’as pas tes niveaux) et j’ai été chercher mes manuels, badges etc… Oui, coup de chance, je suis dans le même établissement que l’année dernière. Mais quand l’article sera posté, j’aurai probablement déjà rencontré une de mes classes de 4e, et je déchanterai peut-être ! (Non, je rigole, pas maintenant.)

Alors pour ma part, pour la rentrée, je fais comme les gamins ! J’ai envie de nouvelles chaussures, de nouvelles fringues, d’un maquillage distingué, d’un nouveau sac. D’ailleurs voici celui sur lequel je vais jeter mon dévolu dans la semaine : LeGrand Express L - Indus

Ok et pour les cours ?

Pour les cours c’est le moment des achats de livre, Alice au pays des merveilles pour le dernier ! Mais aussi, les choses qui peuvent te faciliter la vie, une petite boite pour pouvoir mettre tes punitions par niveau, une boite de mouchoir pour les gros chagrins et les gros rhumes. (Oui, oui, les gros chagrins existent encore au collège.) LES MILLIERS DE STYLOS dont je suis amoureuse, Staedtler, Stabilo, tout y passe avec moi. Mais aussi un agenda spécial prof pour pouvoir mettre toutes les classes.

Résultat de recherche d'images pour "stabilo point 88"

C’est ta première rentrée mais vu que tu connais l’établissement, tranquille ?

Ah ah ah ! Non, pas tranquille du tout. Les professeurs c’est comme les élèves, t’es stressé de voir tes monstres et tu te demandes à quelle sauce tu vas les manger, (et comment ils vont te gratiner dès le premier cours.) Oui parce qu’être jeune n’a pas que des avantages, surtout en ce qui concerne les premières heures voires les premières semaines de cours. Vous ne connaissez pas vos élèves, donc vous avez peur de dire une boulette. Vous ne connaissez pas non plus leur réaction. (Oui, parce que s’il s’énerve ou qu’il se met à pleurer, ça vous surprend à chaque fois la première fois !) Et surtout, ils vous testent indéfiniment. (Jusqu’à ce que vous explosiez et que vous vous transformiez en dragon cracheur de dictée et de contrôles, là ça fait moins rire.)

 

Enfin bref,

Tout ça pour vous souhaiter une bonne rentrée !

 

Vous faites quelle rentrée cette année vous ? Ecole ? Travail ?

Chroniques

[CHRONIQUE] A un fil

A un fil

Auteur : Rainbow Rowell

Editeur : Milady

Nombre de pages : 384

Couverture A un fil

Le mariage de Georgie bat de l’aile, et ça ne date pas d’hier. Pourtant, son mari et elle n’ont pas cessé de s’aimer. Deux jours avant d’aller fêter Noël dans la famille de Neal, sa femme lui annonce qu’elle ne sera pas de la partie. Scénariste pour la télévision, elle doit impérativement rester à Los Angeles pour se consacrer enfin à sa série. Lorsque son mari décide de partir dans le Nebraska seul avec les enfants, Georgie croit avoir tout fichu en l’air… jusqu’au moment où elle découvre un moyen de communiquer avec Neal dans le passé. Ce vieux téléphone jaune à cadran rotatif lui fait faire un bond de quinze ans en arrière ; c’est peut-être l’occasion rêvée pour remettre son couple d’aplomb.

Avis.

J’ai reçu ce livre après l’avoir demandé dans ma dernière Once Upon a Book. (Dont je ne me souviens plus du thème au passage…). J’avais déjà lu Fangirl que j’avais beaucoup aimé, de cette auteure, ainsi que Eleanor & Park où il me manquait un petit quelque chose. J’ai donc voulu retenter un roman de cette auteure, où cette fois il est question d’adultes et non pas d’ados. Je suis pas fan de ce genre de couverture habituellement, mais je trouvais que ça changeait et que ça sortait un peu de ma zone de confort, en plus j’aimais bien les couleurs, donc en avant !

J’ai lu ce roman dans un moment très tranquille puisque j’étais en vacances. On retrouve Georgie, lors de Noël qui ne peut pas partir avec sa famille : son mari et ses deux filles car elle doit travailler sur un projet important. Mais voilà, elle travaille trop, son couple bat de l’aide, enfin la totale. Et finalement, en allant chez sa mère, elle se rend compte qu’elle peut appeler Neal, son mari, à travers un ancien téléphone à cadran. Mais lorsqu’ils étaient adolescents, la veille d’un autre événement important pour eux.

Bon, jusque-là rien d’exceptionnel, d’autant que je suis pas fan de ce genre d’histoire où on remonte dans le temps mais bon, pourquoi pas ? J’aime bien cette auteure, je me dis que c’est l’occasion ! Puis ça va me changer de ce que j’ai lu dernièrement. Je m’attache tout de suite aux deux filles de Georgie, malgré leur jeune âge. Je m’attache également à Georgie même si je la trouve parfois un peu exaspérante. Mais là, c’est le drame. Je ne m’attache pas du tout à Neal. Je le trouve égoïste au possible, pas présent du tout, enfin bref, le genre de mec qui déjà dans la vraie vie me rebute, et ça ne manque pas non plus dans les romans visiblement !

Mais je continue ma lecture parce que l’écriture est agréable, même si j’ai du mal à rentrer dedans d’un coup. Cependant voilà, plus j’approche de la fin, moins je suis surprise du déroulement, et ça m’a beaucoup gênée dans ma lecture. Il ne se passe rien d’extraordinaire, il y a très peu de suspense à mon sens. Je n’ai pas passé un mauvais moment, mais encore une fois, comme lors d’Eleanor & Park, il m’a manqué quelque chose. Donc ce n’est ni un coup de coeur, ni une déception.

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Quand la nuit devient jour.

Quand la nuit devient jour.

Auteur : Sophie Jomain

Editeur : Pygmalion

Nombre de page : 238

Genre : Contemporain

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression.
Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.

 

Avis.

J’ai eu envie de reprendre une lecture de cette auteure après avoir vécu un énorme coup de coeur lorsque j’ai lu Cherche jeune femme avisée. Et j’ai été attirée par le résumé et la couverture que je trouve particulièrement jolie.

C’est la première fois que je lis un livre qui traite de ce sujet. D’ailleurs, Sophie Jomain nous laisse au début un mot comme quoi elle a hésité à écrire ce roman. J’ai été ravie pour ma part de voir un roman comme celui-ci même si ça n’a pas été un coup de coeur.

Ca n’a pas été un coup de coeur parce que j’ai eu du mal à m’attacher au personnage principal. J’aurai préféré qu’on se centre sur le sujet de l’euthanasie, sur ce qu’elle ressentait par rapport à ça, j’avais la sensation que ce n’était pas assez poussé même si le passage où elle doit en parler avec ses proches est très intéressant ! J’ai été gênée par le fait que j’ai eu la sensation de passer d’un fait réel à une fiction.

Cependant, j’aime toujours autant l’écriture de Sophie Jomain qui est très fluide, aucunement besoin de se concentrer ou de relire les phrases pour rentrer dans le roman dès le premier coup. Le petit détail qui m’a gêné… C’est la fin ! Comme certains le savent, je ne suis pas du tout pour les fins ouvertes, ça me dérange. Et je n’ai pas eu la sensation qu’il y aurait un second tome… Donc je suis restée sur ma faim, un peu comme une idiote devant ma liseuse en mode : Bah… Et ensuite ?!

Note : ♥♥♥♥♥

Chroniques

[CHRONIQUE] Seduced in the dark

Seduced in the dark.

[ATTENTION DARK ROMANCE]

Couverture Captive in the dark, tome 2 : Seduced in the dark

Auteur : CJ Roberts

Editeur : Pygmalion

Nombre de page : 570

Saga : Captive in the dark.

« Je sais que l’on m’observe. Il y a toujours quelqu’un. Quelqu’un qui essaie de me faire manger. C’est une femme. Elle me dit son nom, mais ça m’est égal. Elle ne m’intéresse pas. Rien ni personne ne m’intéresse vraiment. Il y a toujours quelqu’un qui m’observe. Toujours.Je veux partir d’ici. Je ne suis pas malade. Si Caleb était là, je sortirais sur mes deux pieds, heureuse, souriante, complète. Mais il est parti. Et ils ne me laissent pas le pleurer. »

Avis.

Il y a un petit mois de ça, je vous ai parlé du premier tome de cette saga qui était : Captive in the dark que j’avais particulièrement apprécié ! Cette fois, on va donc parler du second tome où j’ai été ravie de retrouver Caleb et Livvie. Dans un tout autre genre d’ailleurs, puisque de nouveaux personnages apparaissent !

Ma chronique s’annonce courte pour ne pas trop vous spoiler, mais toujours est-il que j’ai trouvé ce tome-ci plus intéressant encore que le premier. Puisqu’ici, il ne s’agit pas que de l’enlèvement, mais aussi de toute une traque à l’homme, tel un thriller ! Thrillers dont je ne suis pourtant pas adepte à la base…

Je me suis beaucoup attachée à Livvie encore une fois, et Caleb m’a beaucoup manqué dans ce tome-ci en revanche ! D’autant plus que ce second tome est beaucoup plus long que le premier.

Je vous passe l’écriture de CJ Roberts qui est restée égale au premier tome : entraînante, fluide, prenante. J’ai lu ce livre très rapidement, j’avais hâte d’arriver à la fin tout en la redoutant car je ne voulais pas quitter nos personnages… J’ai d’ailleurs beaucoup aimé cette fin ! J’ai eu la sensation d’avoir enfin un peu de calme dans cette histoire, une touche de tendresse… J’ai clairement été ravie, et mon côté fleur bleue a été satisfait !

Note : ♥♥♥♥♥

 

Chroniques

[CHRONIQUE] Dark psycho : Red room

Dark Psycho : Red room.

[Dark Romance / Dark psycho : Réservé à un public averti.]

Auteur : Thania Odyne Couverture Dark Psycho, tome 1 : Red room

Edition : Autoédité

Nombre de pages : 380

Saga : Dark psycho

Genre : Dark Romance

Eléonore, jeune journaliste, se plonge dans une enquête sur le darknet. Cette face cachée du web recèle bien des mystères qu’elle souhaite montrer au grand jour. Ce qu’elle n’avait pas prévu c’est qu’en entrant dans ce monde parallèle, sa vie allait devenir, en un claquement de doigt, un vrai film d’horreur. Cet homme dissimulé derrière un masque va lui faire subir les pires atrocités mais quelque chose en lui, l’attire inexorablement. Il n’y a aucune logique à ça ! C’est un psychopathe, sans émotion, qui torture et tue sans remords. Elle est lumineuse alors qu’il est le mal incarné. Comment une relation pourrait-elle être possible ? Qui est-il vraiment et qu’attend-il de cette femme qui chamboule ses certitudes ? Quand un serpent rencontre une souris, qui des deux en sort vivant ?

Avis.

Comme vous l’aurez remarqué, ces derniers temps je lis énormément de Dark Romance. Et j’ai voulu m’essayer à un genre d’autant plus violent puisqu’il s’agit de Dark psycho dont j’ai entendu parler sur un forum destiné à la romance. Donc, dernier avertissement avant de lire cette chronique. Ce roman comporte des scènes de torture, de meurtre…

Contrairement aux autres dark romance que j’ai lu, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Cependant, je l’ai lu d’une traite car je voulais savoir ce qui allait arriver. Ce qui m’a intéressé dès le début de ce roman, c’est le côté dark net / deep web que vous connaissez probablement. L’idée des red room que je ne connaissais pas m’a d’ailleurs moi aussi poussée à faire quelques recherches (loiiiiiin du deep web) pour savoir s’il s’agissait d’une invention de l’auteure, pour le roman, ou quelque chose qui existe réellement. Même si cette situation m’a effectivement rappelé le roman Hell.com de Patrick Senécal (qui est un très bon livre horrifique au passage !)

J’ai aimé l’histoire en général, on ne s’ennuie pas, ce qui fait que j’ai passé ma nuit à finir ce livre. L’écriture est bien, provoque des frissons… Mais voilà, je n’ai pas accroché à la soi-disant romance qu’on y trouve. Eléonore passe pour une idiote durant les 3/4 du livre pour se révéler au final plus intelligente que l’on ne le pense. A mes yeux, elles se révèlent trop tard. Quant aux personnages masculins, mission réussie concernant Samuel : je le déteste ! En ce qui concerne Kayden, je ne sais pas trop quoi en penser. Encore une fois, je n’ai pas non plus réussi à m’attacher…

Pour le côté romance, du coup, c’est un échec pour moi. En revanche, en ce qui concerne le côté horreur, ça a très bien marché… Pendant les 3/4 du livre. Une des dernières actions de la fin ne m’a pas fait peur et cela me semblait un peu fouillis… Et à ce moment, on perd la crédibilité de la chose, petit à petit, jusqu’à ce moment… Je pense que l’idée des red room aurait du être plus poussée. Après, cela reste mon avis, et uniquement mon avis.

Je pense lire le second tome, mais plus par curiosité qu’autre chose. Je suis curieuse de savoir comment les personnages masculins peuvent se sortir de là, ainsi qu’Eléonore. Ce ne sera peut-être pas pour tout de suite étant donné que je n’ai pas été passionnée par ma lecture.

Note : ♥♥♥♥♥

 

Chroniques

[CHRONIQUE] A la place du coeur, saison 1

A la place du coeur, saison 1.

Auteur : Arnaud Cathrine

Editeur : Robert Laffont

Collection : R

Nombre de pages : 252

Saga : A la place du coeur. (3 saisons)

Genre : Young Adult.

Couverture A la place du coeur, tome 1

Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.
Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l’effroi.

Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu’une chose : à la fin de l’année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »…
Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s’annonce et la perspective obsédante de la « première fois ». Sauf que le lendemain, c’est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l’entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes…

Avis.
Je sais qu’écrire sa chronique quand on vient de terminer un livre n’est pas toujours la meilleure idée, notamment quand on l’a lu d’une traite et qu’on a passé la nuit dessus. Mon cerveau a dormi 3 heures cette nuit, il ne me remercie pas, mais il était extrêmement compliqué de lâcher ce livre qui parle de notre jeunesse, de celle dont je faisais encore partie, à 1 an prêt, lors des attentats de Charlie Hebdo. Je suis un peu Esther, un peu Caumes, et aujourd’hui, j’ai besoin de parler de ma lecture autrement qu’en parlant de l’écriture et des personnages.
J’ai commencé à lire ce livre pour la simple et bonne raison que ça fait des mois et des mois, pour ne pas dire deux ans, qu’il faut que je le lise. Mais soyons plus que sincère, j’ai été extrêmement touchée par les attentats. Je fais partie de ces adolescents qui ne sont pas nés pendant les attentats, qui n’ont pas eu ces horreurs comme monnaie courante, contrairement à mes élèves aujourd’hui. Peut-être que je vous en parlerai si ça vous intéresse ? Toujours est-il que le seul attentat dont je me souviens, et encore, par la télé, avant celui-ci, est celui des tours du World Trade Center. Ici, Arnaud Cathrine nous parle de ce que nous avons connu : les heures passées devant les informations, la peur d’aller dans la capitale française, l’incompréhension, et notre vie d’adolescent et de jeune adulte qui continue à se paufiner à côté. Ca peut paraître anecdotique, mais ça ne l’était pas en 2015 en ce qui me concerne.
De ce fait, je me suis sentie excessivement proche de Caumes, Esther, Hakim et Théo, avec toutes les questions qu’ils se sont posées. Les amalgames, la peur, les heures à se demander où sont ces terroristes plutôt que de continuer à vivre normalement. On s’attache très rapidement à eux. Pour moi, c’était important qu’on trouve une lecture qui parle de ce que nous les ados, avons ressenti il y a 3 ans maintenant. Je sais que cette lecture a été ressentie comme néfaste par certaines personnes. Et même si j’ai terminé le livre en pleurant toutes les larmes de mon corps, cette lecture m’a également fait du bien. Ce n’est pas un coup de coeur, mais c’est une lecture dont je me souviendrai probablement.

Note : ♥♥♥♥